Menu
lodj lodj
séprateur .png
lodj
Twitter
YouTube
Digital TV
LinkedIn
Facebook
Instagram
Tiktok
search








​Relations Maroc/ Espagne: Mise en garde contre l'adoption par Rabat d’une « stratégie multiple » pour récupérer Sebta et Melilia


Il semble que Madrid commence à redouter la politique marocaine quand à la question des villes occupées de Sebta et Melilia. Deux instituts liés au ministère de défense espagnole redoutent les implications de la politique marocaine vis-àvis de ce dossier brulant.



​Relations Maroc/ Espagne:  Mise en garde contre l'adoption par Rabat d’une « stratégie multiple » pour récupérer Sebta et Melilia
Quelques jours avant la visite du ministre israélien de la Défense Benny Gantz à Rabat, le Centre d'études supérieures de la défense nationale (CESEDEN) et l'Institut espagnol d'études stratégiques IEEE, tous deux affiliés au ministère de la Défense, ont achevé un rapport de 214 pages adressé au Premier ministre Pedro Sanchez, intitulé « Document de recherche 19/2021 » ou « Le nuage gris sur Madrid » préparé par Josep Paquis, professeur de sciences politiques à l'Université de Barcelone, Javier Jordan, professeur de sciences politiques à l'Université de Grenade, et Manuel Torres, professeur de sciences politiques à l'Université Pablo de Olavid de Séville.

Un rapport qui met en garde le gouvernement espagnol contre l'utilisation par Rabat de stratégies hybrides et donc aux orientations multiples pour faire pression sur Madrid et récupérer les deux  villes sans s'engager dans une guerre sur le terrain, de l'emploi de "la force de l'immigration" à la construction d'une base militaire près de Melilla, et l'initiative du Maroc à travers une célèbre entreprise par la mise en place d'une ferme piscicole près de ce que les autorités espagnoles considèrent  dans leurs eaux territoriales, à la nouvelle alliance dans le domaine militaire et du renseignement entre Israël et le Maroc,

Le rapport, qui se présente sous un aspect académique, sans cacher sa dimension de renseignements, met le niveau de danger au gris, ce qui indique l'ambiguïté et la prévalence de l'anxiété, avec la visite du ministre israélien de la Défense Benny Gantz à Rabat.  Il met en garde contre l'accord maroco-israélien, et indique que selon les informations du renseignement, un un accord sans précédent sera lancé qui donneraune position de force au Maroc pour la négociation.

C'est très difficile, voire impossible, car l'accord attendu, selon nos sources au Maroc, permettra au Royaume d'acquérir facilement des équipements de sécurité israéliens de haute technologie. , en plus de la coopération en matière de planification opérationnelle et de recherche et développement technologique militaire au moindre coût." Les auteurs du rapport soulignent que la coopération maroco-israélienne comprendra la construction d'une base militaire près de nos frontières.

"Le projet d'une base militaire dépassent de loin les objectifs de l'accord d'Abraham, dont le Maroc est membre, et nous avons également obtenu des informations selon lesquelles la coopération entre Rabat et Tel-Aviv pourrait aller au-delà de la sécurité et de la défense pour parvenir à un accord de renseignement, et Israël travaillera au développement d'une industrie locale pour produire drones, ce qui renforcerait les capacités aériennes marocaines, et permettra également aux Israéliens de produire des drones en grande quantité et à moindre prix au Maroc, ce qui Leur permettra de bien se positionner sur les marchés d'exportation.

L'insistance constante sur le danger du voisin dérangeant du sud

Le rapport soumis au gouvernement espagnol ne diffère pas des rapports précédents publiés par diverses institutions et du même centre de recherche à caractère de renseignement au cours des deux dernières années sur la nature de l'intimidation et de l'exagération de petits faits pour assumer le caractère d'une menace pour la péninsule ibérique et l'Union européenne de la part de ce pays s'étendant sur la rive sud de la mer Méditerranée.

L'Institut avait mis en garde dans un précédent rapport l'an dernier du danger marocain croissant pour l'Espagne, notamment à travers sa quête silencieuse et calme pour récupérer Sebta et Melilia, à travers le siège des deux villes, mais aussi à travers la migration de masse qui s'est produite en mai dernier. Dans le contexte de l'augmentation du niveau de prudence, ajoute le rapport espagnol, « il y a danger au sud comme au nord. Les autorités marocaines ont accordé un permis d'exploration pétrolière sur la côte de Tarfaya à une société qatarie près des eaux canariennes. Le gouvernement et la communauté locale sont très mécontents de ce développement et demande à Madrid une intervention urgente car y trouver du pétrole ou du gaz serait catastrophique pour l'environnement".

"Rabat a également accordé des licences à une société israélienne pour explorer le pétrole et le gaz dans les eaux de Dakhla, qui appartiennent à notre région  dans les Îles Canaries. Concernant notre frontière nord avec le Maroc, il y a une nouvelle décision très dangereuse que Rabat a prise, sur laquelle nous ne devons pas nous taire, quels que soient les défis. Les autorités marocaines. projette l'établissement d'une ferme piscicole à côté des eaux territoriales des îles , et nous avons contacté nos amis du renseignement européen, mais nous n'avons pas trouvé de réaction forte aux initiatives marocaines, et tout le monde a peur de la réaction de Rabat." poursuit le rapport.

"Washington, le lobby judéo-marocain nous a fermé de nombreuses portes au nez. Les USA ne sont pas prêts à donner des leçons à Rabat. Cette dernière n'est pas enthousiaste à l'idée d'ouvrir les frontières de Ceuta et Melilla. L'activité des renseignements marocains dans les deux villes est devenue au-delà de toute imagination, et les Espagnols d'origine marocaine sont devenus une bombe à retardement.  pour nous. Rabat peut l'activer à tout moment et quand, et pour la réouverture de la frontière les autorités marocaines ne sont pas pressées pour discuter de la question avec nous, et use d'arguments peu convaincants ne pas s'asseoir à table  et trouver une solution de négociation en matière de sa position géopolitique forte." peut-on lire dans le même rapport. 

L'avertissement du gouvernement espagnol sur la nouvelle situation du Maroc : « Nous savons tous que la nation espagnole est en grand danger, le lobby juif représente la première force de pression dans le monde, et donc le rapprochement maroco-israélien a donné à Rabat force et influence dans la région. Nous avons enregistrés un enthousiasme sans précédent dans les déclarations des officiels israéliens d'origine marocaine occupant des postes sensibles en Israël et la place du Maroc en Israël se distingue par la présence d'un million de marocains dans les villes Israéliennes" ..

Le Maroc récolte ce qu'il a semé depuis deux décennies dans le nord

Beaucoup de choses se sont passées dans le nord pendant le règne du roi Mohammed VI sans bruit, des grands projets  d'infrastructure au "siège" de la contrebande sous toutes ses formes, passant par l'attention grandissante au domaine maritime, tant au niveau touristique qu'à l'économique et le militaire. L'incident de l'ilôt Leila était une étape déterminante, je me souviens de ce que Fouad Ali El Himma a dit  un jour après le défilé militaire de l'Espagne en réponse à ce qui s'est passé sur l'île : «C'est ce que Dieu a donné,  la volonté de Dieu est prévalente, mais les choses se jugent par leur fin", Fouad Ali El Himma parlait au nom d'un pays qui veut lever une injustice, mais il n'en a pas les moyens.

L'ami du roi a prononcé cette phrase dure après ce qui est arrivé aux soldats marocains en février 2002 , il augurait des transformations majeures à venir. A cette époque, l'orientation de l'Etat dans la nouvelle ère se concentrait sur le facteur de développement.

Certaines provinces du nord à travers l'implantation de nouveaux ports à Nador et Al Hoceima, en plus... et certains aspects d'urbanisation et de développement économique à Tanger-Tétouan , et l'effort continu pour encourager le capital national organiquement lié au marché structuré. que le Maroc est déterminé à opérer de profonds changements sans bruit et sans friction directe ou conflit militaire ou diplomatique, en frappant les intérêts distincts des deux villes capturées par l'étranglement économique...

Les deux villes considèrée par l'Espagne, dépendantes de son autorité et partie de sa souveraineté nationale, avec une autonomie, se sont transformés en batailles avec des armes non conventionnelles, d'où la demande constante de crédits accrus à Maraq L'immigration non réglementée. C'est précisément là que se concentre le conflit entre le Maroc et l'Espagne, et à travers elle l'Union européenne, comme le dit le proverbe indien, lorsque les options possibles se rétrécissent, l'impossible devient possible.

Par ailleurs, le Maroc a retrouvé sa profondeur navale en modernisant les équipements militaires des Forces Royales Navales et en construisant le petit port de Ksar, puis par le grand port de Tanger Med, qui a évincé le port espagnol d'Algésiras... et voici Le Maroc récolte aujourd'hui les fruits de ce qu'il a semé pendant deux décennies avec une âme longue et tranquille.

Stratégie hybride et patience stratégique

Dans son numéro de lundi dernier, le journal La Razon a passé en revue la recommandation de l'Institut de la sécurité et de la culture selon laquelle l'Espagne "devrait surveiller l'activité marocaine et ne pas sous-estimer son réarmement", et que le Maroc n'avait pas oublié ses allégations concernant la marocanité de Sebta , Melilia et des îles au nord de l'Afrique. 

L'institut, à travers l'observatoire de Sebta et Melilia, insiste sur ce sujet, notant que Rabat utilise une « stratégie hybride multidimensionnelle et mixte dans le but de L'annexion de ces terres. » Bien que les experts ne considèrent pas cela comme une menace à l'heure actuelle, ils demandent aux autorités madrilènes de se méfier et de surveiller le réarmement militaire de Rabat. Car « ce qui ressort du rapport sur les revendications du Maroc concernant Ceuta et Melilla dans une perspective de zone grise, présenté aujourd'hui, qui considère que « le moment est venu d'affronter fermement les points faibles car l'Espagne, en tant que pays, doit savoir empêcher le Maroc d'atteindre ses objectifs », selon le directeur de l'Observatoire, Carlos Echeverria.

Les experts expliquent que le but de la zone grise est de « forcer les relations entre les deux pays à changer le statu quo », c'est-à-dire « d'atteindre des objectifs similaires à ceux de la guerre, mais sans guerre » avance de milliers de migrants qui sont entrés dans Sebta, obligeant l'armée à intervenir.


Le rapport de « Larazon » considère que le Maroc fait preuve d'une sorte de patience stratégique, qui fait aussi partie de ce type de stratégie, qu'il s'agisse de fermer les frontières motifs ou la recherche d'un soutien extérieur pour ses revendications, comme lorsque l'administration Trump qui a reconnu la souveraineté marocaine sur le Sahara.
Pour cette raison, le même journal affirme qu'il « est conseillé aux autorités espagnoles de prendre en compte la perspective mixte et plurielle dans l'analyse de la politique marocaine envers Sebta et Melilia.

L'incident de Sebta en mai dernier a servi de sonnette d'alarme. Le fait que la force militaire soit d'importance secondaire dans la zone grise, il ne faut pas le sous-estimer « car, au final, elle réduit l'écart militaire entre le Maroc et l'Espagne.

Le programme d'acquisition des forces terrestres, maritimes et aériennes marocaines est un autre facteur qui doit être pris en compte leur donne un avantage face à une escalade Mon hypothèse est dans la zone grise » et peut même soulever de sérieux doutes du côté espagnol sur la faisabilité politique et militaire de défendre Sebta et Melilia.

Une grande partie du rapport préparé avec l'esprit des renseignements indique que les services espagnols dirigent  une grande partie de leurs efforts et de leur budget vers le Maroc. Il est vrai que beaucoup de ce qui a été mentionné dans le rapport remis au Premier ministre Sanchez, et la fuite de certains de ses passages à la presse espagnole, se concentre sur la description du Maroc d'aujourd'hui comme un "géant" en Méditerranée n'est pas sans vérité, mais il contient beaucoup d'élément attisant le nationalisme  et place le voisin occidental de l'Espagne dans la position d'un "foyer inquiétant", qui reprendra Sebta et Melilia sans livrer de guerre, par épuisement économique et patience stratégique, comme si cette question sera réglée à court terme.  Il a beaucoup d'exagérations qui servent des objectifs internes en Espagne et une guerre de positions sur l'échiquier interne en premier lieu.
Abdelaziz Gougas



Lundi 6 Décembre 2021

Mustapha Bourakkadi
Journaliste sans la prétention de détenir la science infuse... ma seule ambition est de rapporter... En savoir plus sur cet auteur

L'ODJ Room | Les émissions de L'ODJ TV | Revue de presse | L'ODJ Podcasts | L'ODJ Lifestyle | Communiqué de presse | Sport | Breaking news | Quartier libre | Santé & Bien être | Culture & Loisir | Conso & Environnement | Recettes de cuisine | MOOC & Webinaire | Vidéo Replay | Digital & Tech | Musiczone | L'ODJ Média | Magazine | Small Business | Home sweet Home | Auto-moto | EduWhatsUp



Magazine créé avec Madmagz.






Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.