Menu

Les Meeting Days du CRI débattent de la mixité en entreprise


Pour son programme mensuel du "rendez-vous des CRI Meeting Days", le Centre Régional d’Investissement de Marrakech Safi a lancé le premier webinaire sous le thème « Mixité en entreprise : levier de performance et de pérennisation ».
L’occasion pour le CRI de présenter sa propre expérience sur la question. D’autant plus que, suite à la nouvelle loi 47-18, relative à la réforme des centres régionaux d’investissement(CRI), la parité revêt une importance capitale.



Ladite loi prévoit, d’ici 2023, un taux de 30% de femmes au niveau des Conseils d’administration des sociétés faisant appel public.

« La réorganisation du CRI Marrakech Safi respecte les 50% de femmes, en termes de recrutement, d’effectif, de postes de responsabilité et de rémunération », selon son Directeur Yassine Mseffer.

Lors du séminaire, plusieurs chiffres-clé ont été donnés par les intervenants Doha Sahraoui, Professeure à l’Université Cady Ayyad ; Aude de Thuin, Fondatrice de Women’s Forum & de Women in Africa ; Janie Letrot, Secrétaire générale du Club des Femmes Administratrices (CFA) ; Younes El Mechrafi, Directeur Général de La Marocaine des Jeux et des Sports ; Aalya Ghouli, Directrice Marketing, Stratégie, Innovation et Digital, au groupe BNP Paribas BMCI ; Khadija Boujanoui, Présidente du « Comité Parité et Diversité » au sein de 2M et Hamid Bentahar, Président d’Accor.

En termes d’impact, la mixité est une opportunité pour notre pays. En effet, la réduction de l’écart entre les deux sexes pourrait augmenter le PIB de 5,4% à 8,6%.

Aussi, les entreprises comptant 30% de femmes aux postes de prise de décision, résistent et dépassent les crises. Le modèle du Nigéria a été cité comme exemple.  Le secteur de l’entreprenariat est dirigé à 40% par des femmes, surtout pour ce qui est de l’aviation, de l’agriculture, de la santé et de l’éduction. Alors qu’en Afrique de l’ouest, ce taux est presque diminué de moitié : 24% et au Maghreb, il est 4 fois moins : 11%.

Au niveau national, il est à noter que les femmes sont bien représentées au sein de certaines entreprises et banques, qui encouragent diversité et mixité, attesté par leurs Directeurs.  Le comité de la direction de la MDJS est à majorité constitué par des femmes et leur contribution génère 4,5 Milliards de dirhams par an. Aussi, la BMCI compte 52% de femmes dans son effectif total

La formation, l’accès des femmes aux postes de gouvernance, que ce soit au public ou au privé, le renforcement de leurs capacités, la visibilité des femmes entrepreneurs, le partage des retours d’expérience sont autant de créneaux à privilégier.

Bouteina BENNANI




Bouteina BENNANI


Rédigé par Bouteina BENNANI le Mercredi 10 Mars 2021

Dans la même rubrique :
< >

Samedi 10 Avril 2021 - 13:12 Industrie : La relance post-Covid



 L’ODJ dispose d’un service de streaming audio “Commentaire” pour renforcer la proximité et favoriser les interactions avec ses lecteurs.

Cher(e)s lecteurs et lectrices, vous pouvez réagir à cet article, sans avoir à écrire un commentaire,  via cette fonctionnalité en enregistrant simplement des messages d’une durée de 30 secondes.

Commencer par citer le titre de l'article et réagissez sur le contenu ou interpeller son auteur.

Envoyer votre message Audio , sous réserve de modération , il sera diffusé sur la Web radio Radio L'ODJ dans le programme dédié chaque jour à vos commentaires audios 




 

Le Bouquet L'ODJ : Web Radio    , Portail lodj.ma    , Application mobile    , Magazine Web connecté