Menu
lodj lodj
séprateur .png
lodj
Twitter
YouTube
Digital TV
LinkedIn
Facebook
Instagram
Tiktok
search








Un nouveau contrat social pour l’éducation 

Aucune technologie ne remplacera les bons enseignants !


La question éducative a été et demeurera pour toujours une question centrale dans la vie des peuples dans la mesure où l’éducation constitue la base du progrès humain et de la mobilité sociale. L’école n’est pas simplement un lieu où on apprend à lire et à écrire et où on « ingurgite » des connaissances ! L’école a des fonctions beaucoup plus larges : c’est un lieu de socialisation par excellence où on apprend le vivre ensemble, le travail en commun, un lieu où on acquière les valeurs fondamentales qui cimentent une nation et qui créent le substratum d’un peuple… C’est à juste titre qu’un enseignant est considéré aussi comme un éducateur.



Par Abdeslam Seddiki

La question éducative a été et demeurera pour toujours une question centrale dans la vie des peuples dans la mesure où l’éducation constitue la base du progrès humain et de la mobilité sociale.  L’école n’est pas simplement un lieu où on apprend  à lire et à écrire  et où  on « ingurgite »  des connaissances ! L’école a des fonctions beaucoup plus larges : c’est un lieu de socialisation par excellence où on apprend le vivre ensemble, le travail en commun,  un lieu où on acquière les valeurs fondamentales qui cimentent une nation et qui créent  le substratum d’un  peuple… C’est à juste titre qu’un enseignant est considéré aussi comme un éducateur

Le document publié par l’UNESCO en novembre 2021,  intitulé « Un nouveau contrat social pour l’éducation » constitue un apport indéniable à cette problématique.  Ce rapport, dont la préparation s’est étalée sur deux années,  est le fruit d’une Commission Internationale constituée    de personnalités appartenant à différents domaines de la connaissance et à différentes aires géographiques. Une  diversité qui traduit parfaitement les principes fondateurs de  l’UNESCO  tels qu’ils sont stipulés dans sa charte constitutive : « plusieurs voix, un seul monde ».

Trois questions fondamentales ont retenu l’attention des experts.  « Que devons-nous conserver des pratiques éducatives ? Que devons-nous abandonner ? Et que devons-nous entièrement réinventer ? ». Ce sont les réponses  apportées à ces questions qui constituent la quintessence de ce nouveau contrat social pour l’éducation. Lequel contrat
« doit être enraciné  dans les droits humains et être fondé sur les principes de non-discrimination, de justice sociale, de respect de la vie, de la dignité humaine et de la diversité culturelle ; il doit aussi s’appuyer sur une éthique de la sollicitude, de la réciprocité et de la solidarité ; il doit enfin renforcer l’éducation comme projet public et un bien commun de l’humanité ».
Tout est dit dans ce paragraphe !

Bien sûr,  la crise du covid oblige,  il n’a pas échappé à la Commission d’examiner l’impact  de cette crise sur l’éducation. Celle-ci, comme on a pu le constater ici et ailleurs  a montré une grande fragilité face à la crise covid. C’est ainsi  qu’au  plus fort de la pandémie, 1,6 milliard d’élèves et d’étudiants ont été touchés par des fermetures d’écoles à travers le monde.  Quant à l’enseignement à distance, on sait également qu’il n’est pas vécu de la même manière partout. Ce sont généralement les  enfants vivant dans pays pauvres et à l’intérieur de chaque pays, ceux issus des familles démunies qui ont rencontré le plus de difficultés à s’y adapter.

D’ailleurs, le rapport a pointé du doigt l’effet des inégalités de richesse sur l’éducation. Elles se traduisent par l’exclusion des pauvres, laquelle sape la cohésion nécessaire à la prospérité et à la bonne gouvernance des sociétés. Elles rendent également plus difficile la mission des écoles, qui doivent uniformiser les règles du jeu pour des publics issus de situations hétérogènes et chez qui le niveau de soutien à l’éducation est très différent – problème d’autant plus crucial que la garantie pour tous d’une égalité des chances à l’école est une condition préalable pour des futurs plus justes et équitables. 

Tout nouveau contrat social doit se fonder sur les grands principes que supposent les droits humains : inclusion et équité, coopération et solidarité, responsabilité collective et interdépendance. Il doit aussi respecter les deux principes fondamentaux suivants : garantir le droit à une éducation de qualité tout au long de la vie ;  renforcer l’éducation comme un projet public et un bien commun.

Pour ce qui est des propositions  pour un renouvellement de  l’éducation, elles se résument comme suit : une  pédagogie  novatrice, devant s’organiser autour de principes de coopération, de collaboration et de solidarité ; le curriculum doit mettre l’accent sur des apprentissages écologiques, interculturels et interdisciplinaires en mesure d’aider les élèves et les étudiants à accéder et à contribuer au savoir, tout en développant leur capacité à mettre ce savoir en pratique, mais aussi à le remettre en cause ;  le renforcement des dimensions professionnelles des enseignants dans un cadre collaboratif, en reconnaissant les enseignants à la fois pour leur travail de création de savoir et pour leur rôle de premier plan dans le processus de transformation sociale et éducative.

les écoles doivent être préservées, mais aussi réinventées, afin de mieux promouvoir la transformation du monde vers des futurs plus justes, plus équitables, plus durables ; l’existence est jalonnée d’opportunités éducatives qui se déploient dans différents espaces culturels et sociaux. Il appartient aux individus de les saisir et aux collectivités de les développer ;  consacrer le  droit à l’éducation tout au long de la vie ; les universités, en tant que lieux dédiés à la créativité, à l’innovation et au renforcement de l’éducation comme bien commun  , doivent  jouent un rôle crucial dans les futurs de l’éducation ; la participation de toutes les composantes de la société au développement des futurs de l’éducation – enfants, jeunes, parents, enseignants, chercheurs, militants, employeurs, guides culturels et religieux. 

Ce rapport doit être lu dans cet esprit : non comme  un plan  d’action, mais plutôt pour inciter  à la réflexion, à l’imagination et au dialogue. « C’est aux communautés, aux pays, aux écoles et aux programmes et systèmes éducatifs de toutes sortes, partout à travers le monde, qu’il appartient de se saisir de ces questions », appellent les rédacteurs.

L’éducation à l’horizon 2050, c’est maintenant qu’elle se prépare et s’imagine.  S’il y a un domaine dans lequel il faut faire preuve d’anticipation, c’est bien celui de la formation-éducation.  L’ingénieur, le médecin, l’enseignant de 2050 c’est l’enfant qui  vient au monde aujourd’hui et dans les 5 années à venir ! Au Maroc,  on se plaint,  à juste titre,  du manque de médecins, d’infirmiers, d’enseignants, de spécialistes dans plusieurs domaines. La faute c’est de ne  pas avoir anticipé suffisamment les  transformations de notre société, d’avoir abandonné  toute idée de  planification en se contentant de parer au plus pressé et d’une gestion au jour le jour. Ainsi, les réformes conduites dans l’éducation  depuis notre indépendance politique ont eu lieu dans l’urgence et l’improvisation. Le « plan d’urgence » en est une illustration éclatante. 

Pour une fois  notre pays s’est doté d’une vision à long terme couvrant la période 2015-2030. Mais  sa mise en œuvre trébuche. Alors que    nous sommes déjà à mi-parcours, nous n’avons pas  l’impression d’avoir avancé suffisamment. L’essentiel de « l’effort » est consacré aux batailles de seconde zone,  aux polémiques stériles et aux surenchères politiciennes. Nous sommes aujourd’hui au pied du mur. C’est l’avenir de notre pays et de celui de nos jeunes qui est en jeu. Que chacun assume  ses responsabilités.   
 
Par Abdeslam Seddiki



Mardi 1 Février 2022


Dans la même rubrique :
< >

Les émissions de L'ODJ TV | L'ODJ Room | Revue de presse | L'ODJ Podcasts | L'ODJ Lifestyle | Communiqué de presse | Sport | Breaking news | Quartier libre | Santé & Bien être | Culture & Loisir | Conso & Environnement | Recettes de cuisine | MOOC & Webinaire | Vidéo Replay | Digital & Tech | Musiczone | L'ODJ Média | Magazine | Small Business | Home sweet Home | Auto-moto | EduWhatsUp



Magazine créé avec Madmagz.






Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.