Menu
lodj lodj
séprateur .png
lodj
Twitter
YouTube
Digital TV
LinkedIn
Facebook
Instagram
Tiktok
search








Aziz Akhannouch pourra-t-il tenir encore 4 ans ?


Rarement dans l’histoire récente du Maroc un chef de gouvernement ou, plus anciennement, un Premier ministre aura été autant décrié qu’Aziz Akhannouch. M. El Youssoufi était respecté pour son passé, et de M. Jettou on attendait beaucoup pour l’avenir ; M. El Fassi a rasé les murs mais acheté la paix sociale, M. Benkirane était le bruit et la fureur, et M. Elotmani était l’incarnation de l’intellectuel taiseux et fataliste. Mais aucun d’eux n’a jamais été aussi largement impopulaire parce que chacun d’eux, à sa manière, était un professionnel de la politique. A l’exact inverse de M. Akhannouch.



écouter le podcast en entier :


Par Aziz Boucetta

Il est vrai que les astres lui sont plutôt défavorables, et même très… Il est arrivé alors que la crise Covid battait encore son plein et que la pluie a décidé de rester dans les nuages, et cinq mois après son installation, la guerre de l’Ukraine a éclaté, et les équilibres mondiaux, géopolitiques et économiques, aussi. Tout cela est vrai, mais tout cela n’explique pas tout.

Depuis qu’il est entré en fonction, son parti régulièrement élu en pole position, lui-même solennellement nommé par le chef de l’Etat, puis son gouvernement largement investi par la Chambre des représentants, M. Akhannouch fait face à un rejet de plus en plus marqué. Pourra-t-il tenir ainsi encore quatre ans ?

La situation de M. Akhannouch est dramatiquement compliquée par deux vérités : le conflit d’intérêt, et l’incapacité à s’exprimer en public, face au public, pour convaincre l’opinion publique. Un seul passage à la télévision, laborieux et calamiteux, et puis plus rien. L’ennui le plus troublant est que le chef de ce gouvernement éminemment politique, ou se voulant comme tel, manque singulièrement de sens politique. Bien que l’envolée des prix des hydrocarbures soit d’origine exogène, il y existe une part domestique due à des décisions politiques, même symboliques, qui manquent, et le chef du gouvernement ne prend pas la mesure de ce danger.

Et pas un mot sur le conflit d’intérêt, avéré comme pour Afriquia (même si M. Akhannouch en a formellement « démissionné » en septembre), ou supposé, comme pour son épouse et sa plateforme Wasal dont le lancement coïncide très fâcheusement avec la pourtant très légitime mesure douanière de suppression de la franchise de 1.250 DH pour les produits commandés en ligne à l’étranger. Le rapprochement établi par la vox populi entre le lancement de la plateforme et la mesure douanière est assurément abusif et injuste mais, dit-on, « on ne prête qu’aux riches » et M. Akhannouch devrait méditer sur cela.

Et pourtant, son gouvernement abrite tant de compétences individuelles. Mais c’est sans doute cela qui complique les choses. De l’avis même de ses amis, qui le reconnaissent, toutes lumières éteintes et toutes fenêtres fermées, « Ssi Aziz est un bon gars, mais il n’est pas fait pour ce job ! ». La sentence tombe comme un couperet, suintant de la bouche de proches du chef du gouvernement, qui le connaissent bien, aggravant singulièrement les doutes qui commencent à germer dans l’esprit de certains membres du… gouvernement, et même de certains caciques de la… CGEM !

Or, ledit gouvernement fait son travail, et ses ministres tentent tant bien que mal d’apporter leur pierre à l’édifice Maroc, mais en silos, comme il sied à des ingénieurs. La technocratie bat donc son plein, les projets seront livrés et des avancées enregistrées, mais la politique ne doit pas perdre ses droits, afin que la rumeur ne gagne pas des points et ne voile pas les réalisations.

M. Akhannouch doit comprendre qu’un chef de gouvernement est aussi un chef d’orchestre et, à défaut de tenir ce rôle, chacun de ses très compétents ministres jouera sa partition et l’opinion ne percevra qu’une cacophonie grinçante. Aziz Akhannouch n’est certes pas un tribun mais de son silence il pourrait payer le tribut, car de plus en plus de voix murmurent, susurrent qu’il ne pourra pas tenir ainsi quatre années durant.

Qu’adviendra-t-il si, d’aventure, les murmures deviennent tumultueux, amplifiés par les crises multiples qui menacent le monde, et le Maroc ?

Rédigé par Aziz Boucetta sur Panora Post 

Regarder le vodcast en entier :




Lundi 20 Juin 2022


Dans la même rubrique :
< >

Coup de cœur | Chroniqueurs invités



Magazine créé avec Madmagz.






Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.