L'ODJ Média




Comment faire de la géopolitique sans politique ?


Dans géopolitique, il y a certes le préfixe « gé » pour terre et territoires, mais il y a également « politique », dans le sens de la gestion de la chose publique. Or, la géopolitique est une affaire éminemment publique, et la politique y doit tenir son rôle en définissant ses positions. La géopolitique d’un pays relève principalement de la diplomatie, et est donc « le domaine réservé » du chef de l’Etat, mais même un chef d’Etat a besoin de personnels de tous bords qui fondent, soutiennent et relaient sa politique.



Par Aziz Boucetta

La classe politique du royaume s’appuie comme partout ailleurs sur des partis, très nombreux, comme dans bien d’autres pays dans le monde. Mais seule une dizaine compte, qui ne se semble pourtant pas concernée par la chose diplomatique. Par ignorance ? Par peur ? Par auto-conviction ou forte suggestion de ne pas se mêler de choses qui les dépassent ? Un peu de tout cela, sans doute.

Or, selon la constitution et la pratique politique, les partis sont en charge de l’encadrement des populations pour, entre autres, les sensibiliser aux changements majeurs initiés dans le pays. Comment le pourraient-ils donc, alors qu’ils ne sont pas eux-mêmes mobilisés autour de ces mutations ? La question du Sahara… C’est le seul domaine où l’ensemble des partis s’impliquent, et encore… quand ils parlent de cette question, qui est pourtant celle de tous les Marocains et qui fait unanimité, c’est avec des éléments de langage convenus et des postures bien entretenues. En cause, la présence tutélaire de la diplomatie officielle, toujours.

La diplomatie marocaine connaît un autre problème, en l’occurrence sa fermeture hermétique. Le ministère fonctionne en interne, en entre-soi. Les diplomates sont, au Maroc, une caste bien différenciée des autres fonctionnaires, et même ceux qui réussissent à rejoindre ce corps, par nomination royale ou adoubement quelconque de quelque grand, ne sont jamais vraiment intégrés dans l’appareil, ni admis par ses caciques.

Nasser Bourita, très largement considéré comme l’un des meilleurs ministres des Affaires étrangères que ce pays ait jamais eu, présente néanmoins l’inconvénient de ne pas être ouvert sur la société ou même sur la classe politique, et encore moins sur les médias. Travaillant seul, de l’aveu même de ceux qui le connaissent bien, il est peu partageur dans un domaine qui, pourtant, ne peut rayonner que s’il...est mutualisé.
 

La diplomatie parlementaire, pour sa part, et bien qu’elle puisse s’appuyer sur certaines personnalités à la compétence reconnue, hommes ou femmes, reste en marge de la vraie politique diplomatique qu’une nation aussi vieille que le Maroc peut souhaiter. Hors de ce cercle restreint, convaincu et rompu aux exercices diplomatiques et compétent pour projeter les nouvelles stratégies du pays à l’international, la nouvelle caste parlementaire reste très en-deçà des attentes, et des compétences, en la matière.

La diplomatie médiatique, car elle existe, ou pourrait exister, a aussi un rôle à tenir, mais pour cela, elle doit être nourrie d’informations pour qu’elle puisse à son tour alimenter ses différents relais internationaux, dans toutes les langues. Et il en va de même pour la diplomatie économique, dont la CGEM pourrait être le fer de lance, si tant de ses membres n’avaient tant d’intérêts à défendre, d’abord.

Quant au gouvernement, supposé porter dans son ensemble la politique du pays, y compris la diplomatique, il s’en retient prudemment, craintivement… politiques publiques économique, énergétique, agricole, industrielle…, ne sont pas destinées à asseoir une nouvelle posture internationale, mais la géopolitique étant la somme de tout cela, certes non directement, une cohérence et une convergence gouvernementales la fonderait, l’appuierait et la renforcerait.

Une vision géopolitique, certes conçue par le haut, ne peut donc être si elle n’est pas relayée par ces différents corps, gouvernement, partis, diplomates, médias, entrepreneurs de tous bords. Pour infuser là où elle doit être comprise et surtout admise, c’est un travail de tous les instants, partout, sans relâche qu’il faut mener.

Observons les Turcs, les Iraniens, les Israéliens, et bien évidemment les Chinois… Leur présence mondiale doit beaucoup à la mutualisation des efforts et à la convergence des actions. Aussi contestée soit cette présence – et une émergence géopolitique se faisant en grignotant l’influence des grands ne peut qu’être contestée, voire combattue – elle requiert une multitude de relais, en plus des médias.

Dans cette phase de mutation géopolitique, ou de volonté de mutation, que connaît le royaume, et sans en rien diminuer le talent du palais ou l’allant de la diplomatie, des résultats significatifs ne pourraient être atteints que par une plus grande implication de tous, puis par une convergence de leurs actions. Comme le veut le dicton marocain, « une seule main n’applaudit pas »…

Rédigé par Aziz Boucetta sur Panorapost 



Mardi 7 Février 2023


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 29 Mai 2024 - 10:16 Deux ministres PAM sous les projecteurs

Chroniqueurs invités | Lifestyle | Breaking news | Portfolio | Room | L'ODJ Podcasts - 8éme jour | Les dernières émissions de L'ODJ TV | Communiqué de presse | Santé & Bien être | Sport | Culture & Loisir | Conso & Environnement | Digital & Tech | Eco Business | Auto-moto | Musiczone | Chroniques Vidéo | Les Chroniques Radio | Bookcase | L'ODJ Média | Last Conférences & Reportages



Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.

 


















Revue de presse