L'ODJ Média




Hausse des prix, la rue s’ébroue et l’opposition rabroue


La démocratie a ceci de bon qu’elle permet aux peuples de s’exprimer et de choisir ceux qui les représenteront et les gouverneront durant une période donnée. Mais à l’inverse, le mauvais côté de la démocratie est que les peuples peuvent se tromper ou que les gouvernants, une fois au gouvernail, oublient leurs promesses ou s‘oublient tout court. On l’observe aujourd’hui en France ou en Israël, et on le voit aussi au Maroc.



Écouter le podcast de cet article :


Par Aziz Boucetta

Lorsqu’un peuple en vient donc à se tromper dans son choix électoral, ce qui peut advenir, il aura quand même et à terme toujours le dernier mot. Tout dépend de la manière : violente ou pacifique.

La grogne commence en effet par des mouvements d’humeur, puis quand cela ne prend pas, par des manifestations et si ça ne fonctionne toujours pas, l’instabilité sociale s’installe.

Le Maroc est un pays dont l’un des atouts majeurs est la stabilité politique. Cette stabilité est due à la monarchie, fédératrice et au besoin mobilisatrice. Il serait bien regrettable que du fait d’un gouvernement incompétent, inconscient ou insouciant, la paix sociale en vienne à être perturbée et la colère exacerbée.

Or, c’est précisément ce qui commence à apparaître, avec deux événements qui se produisent, et qui doivent être correctement lus.

1/ Le Front social marocain monte au créneau. Regroupant les mécontents de tous bords, un peu gauchistes, un peu plus syndicalistes, saupoudré d’adlistes, il réussit à drainer des centaines de gens dans les rues d’une soixantaine de villes du pays ; une poignée de manifestants ici, une ou deux dizaines là, au total cela fait quelques centaines. Le motif de l’ire du Front ?

Initialement la cherté de la vie, comme élément mobilisateur, mais aussi, avec le temps, les manifestants rappellent le chômage, évoquent la carence en logements, constatent l’indigence du système de santé, contestent l’inconséquence de l’éducation, et reviennent même sur la hogra, la fameuse hogra qui énerve tant !

La métastase de la colère commence à prendre forme. Jusque-là, cette colère était exprimée par chacun dans son coin ; aujourd’hui, elle menace de s’étendre à tous les coins de rue, et plus difficile sera l’action du gouvernement, si action il y a.

Jusqu’à quel point peut-on demander à une population de supporter ses conditions de vie de plus en plus dures ? Et quelles sont les facteurs qui la conduiront à supporter ?

Des problèmes... compréhensibles grâce à des explications intelligibles, une proximité avec le peuple et une intégrité au-dessus de tout soupçon. Ce sont ces éléments qui manquent aujourd’hui au pays. Et ce n’est pas parce que les manifestants font (encore) montre de civisme et de retenue qu’il faut négliger leurs demandes.

2/ La demande de constitution d’une commission parlementaire sur les éventuelles importations de pétrole russe et sa réexportation vers des pays appliquant l’embargo contre les produits russes suite à l’invasion de l’Ukraine. La politique d’équilibre du Maroc entre Occident et Russie est certes heureuse, et elle passe par le refus de boycotter les produits russes et de maintenir ses relations avec Moscou. Mais là encore, des soupçons s’installent…

 

Il est vrai que ce ne sont là, pour l’instant, que des soupçons, mais relayés par plusieurs médias internationaux et commentés par des think tanks spécialisés. Et comme on ne prête qu’aux riches et que les éventuels importateurs exportateurs sont riches, seule une commission d’enquête parlementaire établira la véracité des faits.

Et on peut supposer que les trois partis (PPS, MP et PJD) à l’origine de cette initiative parlementaire détiennent des informations qui les conduisent à demander la constitution d’une telle commission.

Et c'est de la réaction de la majorité et des instances parlementaires que la réalité des choses commencera à poindre.

Résumons, donc… une contestation sociale qui prend de l’ampleur et menace de prendre tout court… une action parlementaire qui, bien que minoritaire, dira des choses qui risquent de faire mal, et du mal… des médias, hormis quelques inconditionnels, qui s’interrogent et interrogent, sans recevoir de réponses… et face à tout cela, un gouvernement atone, les yeux rivés sur ses colonnes de chiffres, pétri de ses certitudes et aussi silencieux que les grands fonds.

Les Marocains ont, ces dernières années, supporté bien des situations inconfortables, voire périlleuses, comme le confinement, les arrêts ou pertes de travail, un appauvrissement sensible des classes moyennes, une sortie de crise qui tarde… mais tout cela avait été expliqué, commenté, débattu, et finalement accepté.

Aujourd’hui, c’est l’indifférence qui irrite et conduit à ces mouvements et actions pour l’instant sporadiques et même anecdotiques mais qui, à terme, pourraient devenir problématiques.

Encore une fois, il est donc urgent de parler et d’agir pour éviter l’agitation, avant que les choses ne soient plus difficiles à gérer.

Rédigé par Aziz Boucetta sur Panorapost 



Mardi 11 Avril 2023


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 15 Avril 2024 - 02:25 France/Maroc, le point d’inflexion ?

Chroniqueurs invités | Lifestyle | Breaking news | Portfolio | Room | L'ODJ Podcasts - 8éme jour | Les dernières émissions de L'ODJ TV | Communiqué de presse | Santé & Bien être | Sport | Culture & Loisir | Conso & Environnement | Digital & Tech | Eco Business | Auto-moto | Formation & Emploi | Musiczone | Chroniques Vidéo | Les Chroniques Radio | Bookcase | L'ODJ Média




A mag created with Madmagz.




Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.

 




Recherche

















Revue de presse










Menu collant à droite de la page