L'ODJ Média




Il est grand temps de penser à une réciprocité au visa Schengen


Au moment même où le Maroc a décidé de lever toute contrainte sanitaire pour l’entrée sur son territoire et que les Marocains connaissent de grandes difficultés à se rendre dans l’espace Schengen, et particulièrement en France, le moment semble opportun de réfléchir à l’application d’un visa pour les ressortissants de pays qui imposent des restrictions peu ou pas justifiées aux Marocains. Au nom de la réciprocité, mais une « réciprocité douce ».



Par Aziz Boucetta

Le monde n’est pas fait de sentiments et de bonnes intentions ; tout y est fonction d’intérêt, tout y est question de calcul, d’avancées et de reculs. La réciprocité entre dans ce schéma, car elle ne peut ni ne doit être appliquée à tous les pays qui réclament un visa pour les Marocains se rendant chez eux. La décision de demander un visa d’entrée sur le territoire doit répondre à certains critères, et aussi à certaines questions.

Pourquoi instaure-t-on un visa ? Pour un ensemble de raisons, allant de l’impératif de sécurité à la crainte de migrations, en passant par le besoin de contrôle, mais aussi la quête de la solvabilité financière du visiteur … et il y a aussi la réciprocité pour la réciprocité, surtout quand l’acte initial est commis, inamicalement, par un pays ou un groupe de pays amis ou proches.

Etats-Unis, Canada, Japon, en Amérique latine, en Asie ou dans d’autres contrées, l’application d’un visa d’entrée pour les Marocains demeure fait ordinaire car il remonte à loin et les relations ne sont pas de la même nature que celles que le royaume entretient avec son « étranger proche », ce même étranger dont les ressortissants peuvent accéder à notre sol, y demeurer ou en partir… simplement en le décidant.

Il est temps que cela change, depuis que la procédure de délivrance d’un visa Schengen relève davantage de l’humiliation collective et de la collecte d’informations que d’une politique sensée, étant entendu que les Etats Schengen et leurs ressortissants bénéficient de bien des avantages au Maroc, pour toute activité qui serait la leur.

Depuis près de quarante ans que le visa d’entrée dans l’Europe voisine a été imposé aux Marocains, les procédures se sont progressivement durci, alors même que les relations économiques s’approfondissaient et les partenariats, souvent inéquitables, fleurissaient. Simple déclaration (dyptique) dans les années 80, puis instauration du visa, demandé auprès des consulats, puis durcissement des règles d’accès auxdits consulats et aussi d’obtention du précieux sésame, puis interdiction pure et simple de fouler le sol des consulats, par l’externalisation de la procédure, pourtant éminemment souveraine, à des sociétés privées.

Et bien, aujourd’hui, il faut réfléchir à une réciprocité « bienveillante », au nom de l’intérêt supérieur de l’Etat, de la dignité des Marocains et de la solvabilité/intégrité des visiteurs européens dans le royaume. Et il ne faut pas craindre la disette touristique, le Covid ayant montré la résilience des Marocains et de leur secteur tourisme, malgré les difficultés.

Le Maroc est certes une terre d’ouverture, d‘hospitalité et de générosité, on le sait pour l’avoir trop répété… Pour cette raison, il ne faut donc pas s’enfermer ou devenir désagréable, inhospitalier, xénophobe. Mais il est important de limiter l’entrée de notre pays à ceux qui le méritent et poser des règles à la venue de ceux qui, simplement, le décident, et y accèdent gratuitement. Or, plusieurs travaux montrent que la gratuité peut entraîner une dévalorisation de l’offre, en étant associée à une qualité faible.

Aussi, pour les ressortissants des Etats Schengen qui imposent des visas d’entrée aux Marocains, sans véritable justification ni raison honnête, ou qui compliquent inexplicablement les procédures d’obtention de ce visa… l’idée est d’imposer un visa d’entrée dans le royaume, délivré à leur arrivée, dans un bureau dédié (ONMT ou autre), avant le poste de police et moyennant le paiement d’une somme de 50 à 100 euros, après avoir indiqué la durée du séjour.

Si dépassement de cette durée il y a plus tard, la personne concernée devra s’acquitter d’une amende et, en cas d’impossibilité, résider dans un hôtel de son choix jusqu’à règlement. Et si changement de statut, la personne devra quitter le pays avant d’y revenir. On peut même affiner les procédures jusqu’à offrir des « visas multiples » aux véritables amis du Maroc, achetables en ligne, pour leur évier les files d’attente…

C’est cela, la « réciprocité douce » à cette politique inique de tant de pays Schengen qui se croient autorisés à entraver le droit des Marocains à la mobilité internationale, qui se pensent investis d’une mission de protection de leurs pays contre nos concitoyens, qui se complaisent dans cette impunité que leur apporte le silence du Maroc. Maintenir ce silence, c’est afficher sa faiblesse, au mieux, laisser prospérer un hégémon dépassé au pire, et cultiver un complexe à l’égard d’une Europe de moins en moins « Lumières », peuplée d’une classe politique de plus en plus « ordurière ».

Pourquoi, en effet, le Maroc réagit-il avec force quand Bruxelles ou Strasbourg pèchent par indélicatesse, et ne dit rien quand Schengen manque de finesse ?...

On ne répond pas à des mesures injustes et brutales par leurs pareilles, mais il n’est pas interdit de défendre la dignité des Marocains par l’introduction de procédures « douces », qui pourraient être « compliquées » le cas échéant.

Rédigé par Aziz Boucetta sur Panorapost 



Mardi 4 Octobre 2022


Dans la même rubrique :
< >

Mardi 23 Avril 2024 - 00:11 La panne d'imagination

Lundi 22 Avril 2024 - 17:07 La mystérieuse percée kabyle à l’ONU

Chroniqueurs invités | Lifestyle | Breaking news | Portfolio | Room | L'ODJ Podcasts - 8éme jour | Les dernières émissions de L'ODJ TV | Communiqué de presse | Santé & Bien être | Sport | Culture & Loisir | Conso & Environnement | Digital & Tech | Eco Business | Auto-moto | Formation & Emploi | Musiczone | Chroniques Vidéo | Les Chroniques Radio | Bookcase | L'ODJ Média




A mag created with Madmagz.




Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.

 




Recherche

















Revue de presse










Menu collant à droite de la page