Menu

Inciviques de tout le pays, unissez-vous !




A lire ou à écouter en podcast :

inciviques_de_tout_le_pays,_unissez_vous_!.mp3 Inciviques de tout le pays, unissez-vous !.mp3  (3.95 Mo)

Quel est le point commun des Marocains aujourd’hui ? Jeûner (ou être en manque) au volant de sa voiture. Quel est le facteur aggravant ? L’incivisme triomphant. De fait, si on a le grand malheur de se trouver dans un véhicule entre 15 heures et 17 heures, dans une quelconque ville d’importance, on vivra le calvaire. Explications.
 

Ce qui se passe est que toutes les personnes qui ont la chance d’avoir une occupation, et même les autres, désœuvrées, parcourent les rues et sillonnent les boulevards, à la même heure. Il ne s’agit pas d’une collectivité de conducteurs, non… mais de la somme de centaines, de milliers, d’individus au volant. Chacun pense à lui-même, chacun est en manque de quelque chose, et chacun veut arriver à sa destination, en général chez lui, le plus vite possible. Pour attendre de manger et de boire.
 

Un seul mot d’ordre, le ftour, une seule obsession, les p’tits fours. Dieu attendra, et la loi des hommes aussi… les gens veulent tous rentrer en même temps, ce qui certes n’est pas un crime, mais pourquoi diable ne respectent-ils pas le code de la route ?
 

Deux véhicules s’effleurent, leurs conducteurs descendent de leur voiture, hagards, l’œil qui divague, et ils regardent béatement mais avec colère, hébétés de privation, des dégâts qui n’existent pas. Derrière eux, des énergumènes aux traits hallucinés, vaguement humains, bloquent leur main sur leur klaxon, regardant autour d’eux d’un air mauvais, sans attendre aucun autre résultat que de se défouler et de libérer leur hargne. A quelques voitures en arrière, une ambulance, gyrophare tournoyant, tente désespérément de se frayer un passage. La stridulation de sa sirène se mêle à l’assourdissant vacarme occasionné par les coups de klaxons rageurs… qui laissent deviner le torrent d’invectives en bonne darija de chez nous qu’ils traduisent.
 

Le spectacle est assez étonnant… Des dizaines de véhicules dont l’étrange immobilité contraste avec la dense activité régnant à l’intérieur des habitacles : eux deux s’expriment davantage avec leurs mains qu’avec leurs bouches, elle parle à débit rapide au téléphone, lui arbore un regard éteint et oublie sa main appuyée sur le klaxon. Inutilement. Tous attendent la Libération, formant un riant tableau d’une population en stress hydrique calorifique.
 

L’ambulance bruyante n’essaie plus de se frayer un chemin, le gyrophare est éteint et la sirène désormais muette. L’ambulance se serait-elle dans l’intervalle transformée en corbillard silencieux et l’ambulancier énervé en croque-mort résigné ? Sans doute pas, mais peut-être que oui.
 

Puis, miracle ! La Libération advint, au son d’une voiture de police qui surgit, se faufile avec autorité entre des véhicules dont les conducteurs, subitement réveillés, manœuvrent promptement pour céder le passage à la maréchaussée. Et la Liberté s’incarne dans deux policiers, tout aussi en manque que les autres, aussi énervés que tout le monde, mais terriblement efficaces, masques sur le visage, malgré la chaleur et en dépit de l’excitation.
 

Et le flot des voitures s’écoule… les gens roulent, jusqu’au feu d’après, tout à fait décoratif, alternant le rouge, l’orange et le vert dans une indifférence aussi générale que coupable. Il est toujours incroyable d’observer avec quelle facilité et quelle tranquillité d’esprit les conducteurs ignorent un feu rouge, pourtant sacré ! Et ne prenez jamais le risque de rappeler à ses devoirs un jeûneur brûleur de feu durant le ramadan, il vous évoquera vos ancêtres jusqu’à la troisième génération en des termes peu avenants et fort peu convenants pour des êtres disparus. Ou alors, il vous agonira d’injures à base de « ح », de « ق » ou encore de « ه »…
 

L’idée de ne s’engager dans un carrefour que si on est sûr d’en sortir n’existe déjà pas chez nous en temps normal, alors durant le ramadan… Mais ce qui sauve ce pays de l’incivisme et des incivilités, c'est encore la peur du gendarme !
 

Ce qui est, simultanément, heureux pour l’ordre public et fort regrettable pour l’ordre moral…
 

Rédigé par Aziz Boucetta sur https://panorapost.com






Mercredi 5 Mai 2021



Inscription à la newsletter

Plus d'informations sur cette page : https://www.lodj.ma/CGU_a46.html





L'ODJ WEB MAG



Magazine créé avec Madmagz.



Partager ce site