L'ODJ Média




L’administration Biden et le monde arabe


Nombre d’Arabes et de musulmans ont célébré le rétablissement des relations diplomatiques entre l'Arabie Saoudite et l'Iran. Ils y ont vu un affront dévastateur porté à l'administration Biden, une victoire pour l'Iran et la Chine et un échec patent de la diplomatie américaine au Moyen-Orient



Écouter le podcast de cet article :


Par Gabriel Banon

L’administration Biden et le monde arabe
Ces Arabes et musulmans considèrent l'accord saoudo-iranien comme le résultat direct de la politique conflictuelle engagée par l'administration Biden, véritable « guéguerre » contre les pays arabes, alliés traditionnels de l'Amérique, particulièrement l'Arabie saoudite. 

C’est aussi une conséquence de la politique d'apaisement des Américains envers les mollahs en Iran.
 
La priorité donnée par Washington aux intérêts du complexe militaro-industriel américain, traduit la faiblesse actuelle des liens entre l'administration Biden et ses alliés arabes. Nombre d’observateurs considèrent que ces relations « n’ont ni le niveau, ni la profondeur requis ».

Déjà l'administration Obama était allée trop loin dans son désir de nouer un partenariat avec les islamistes de la région, l'Iran et les Frères musulmans. Elle tournait ainsi, ipso-facto, le dos aux pays arabes.

C’est l'administration Obama qui a été à l'origine de la première crise de confiance entre Washington et les pays arabes. L'administration Trump avait corrigé le tir et s’était engagée dans une alliance sans précédent avec les Arabes pour isoler l'Iran et vaincre l'État islamique.

Cette alliance arabo-américaine a duré quatre ans, avec un agenda commun pour l'Arabie saoudite et ses partenaires : ils ont affronté les Houthis, soutenus par l'Iran au Yémen et ont soutenu les adversaires de l'Iran. 

Ils ont participé à l'éradication de Al-Qaïda et l'État islamique et, surtout, ont mené une politique de délégitimation de l'islam radical. Mais le départ de Donald Trump et l'élection de Joe Biden ont placé les Saoudiens, et avec eux tous les Arabes, dans une position difficile. Si les Arabes ont gardé le cap de la politique convenue avec l'administration Trump, son successeur s'y est révélée hostile. En 2021, la coalition arabe se dirigeait vers la guerre avec l'Iran, alors que l'administration Biden s'est précipitée pour faire la paix avec Téhéran ! 

On assiste, avec l'administration Biden au retour de la politique de l'administration Obama, faisant ainsi l'impasse sur les préoccupations de la coalition arabe et ses craintes face à l'expansionnisme des terroristes et autres radicaux au Moyen-Orient. 

 

L’abandon par l'administration Biden de l'Afghanistan aux Talibans et la précipitation des Occidentaux à négocier avec les Mollahs de Téhéran, sans se préoccuper des pays arabes ni de leurs intérêts nationaux, ont choqué le monde arabe.

La satisfaction affichée par de nombreux Arabes sur les réseaux sociaux pour ces nouvelles relations entre l’Arabie saoudite et l’Iran, est, en réalité, la satisfaction exprimée devant ce qu’ils considèrent comme une défaite majeure de l'administration Biden et une victoire pour la Chine.

Pour eux : « La Chine a obtenu la reconnaissance totale des pays arabes contre les politiques américaines. Aujourd'hui, la Chine a vaincu, en parrainant l'accord historique entre l'Arabie saoudite et l'Iran, alors que les États-Unis ont un nouveau président qui a entrepris de détruire les accords conclus par son prédécesseur au point de s'en vanter pendant sa campagne électorale et sa présidence. »

En faisant de la Chine le sponsor de l'accord, les Saoudiens ont cherché à marquer leur mécontentement vis-à-vis des agissements de l'administration Biden. 

L'analyste politique libanais Jubran Al-Khoury estime que « quelles que soient les tentatives de maquillage de la situation, l'Arabie saoudite a asséné un coup direct et réussi à l'administration Biden et à ses politique au Moyen-Orient ».

L'Arabie saoudite a ouvert grand la porte du Moyen-Orient à la Chine. Depuis 2021, l'Arabie saoudite a adapté sa diplomatie aux différents virages de la politique américaine. Elle a négocié avec l'Iran, a renforcé ses relations commerciales avec la Chine sans se préoccuper de la guerre commerciale déclarée entre les États-Unis et la Chine, et a développé ses échanges avec la Russie...

L'administration Biden ne peut que constater qu’aujourd’hui l'Arabie saoudite est bien moins flexible vis-à-vis des demandes américaines, qu’avant. En effet, l'Arabie saoudite, depuis que le Prince héritier exerce la réalité du pouvoir, avec ses performances actuelles, force l'Amérique à reconsidérer sa politique dans le Moyen-Orient. 

Les Palestiniens, résolument hostiles à la paix entre Israël et les pays arabes, ne sont pas mécontents du coup porté aux États-Unis et à Israël. Ils gardent ainsi l'espoir que l'accord saoudo-iranien empêchera ou retardera l'Arabie et d'autres pays arabes à rejoindre les accords d'Abraham, cette série de traités normalisant les relations diplomatiques entre Israël, les Émirats arabes unis, Bahreïn, le Kosovo, le Soudan et le Maroc.

En dédaignant l'Arabie saoudite, l'administration Biden a donné du pouvoir aux Arabes hostiles à la paix avec Israël. Toute possibilité d'élargir les accords d'Abraham à davantage de pays arabes est désormais compromise pour un temps.

L’accord irano-saoudien pourrait également être le prélude à la sortie du monde arabe hors du contrôle et de l'hégémonie américains. Il renforce également un puissant courant international hostile à la domination américaine et qui souhaite mettre fin à l'unipolarité.

Cet accord va unir les mondes arabe et islamique et mettre en sourdine l’espoir des israéliens de faire adhérer rapidement l'Arabie saoudite aux Accords d'Abraham, sauf, sauf retour au pouvoir de Donald Trump.

La profonde satisfaction que l'Iran et ses mandataires terroristes – le Hamas, le Jihad islamique palestinien et le Hezbollah – expriment face à l'accord saoudo-iranien n'a rien de surprenant. Ils y voient un signe de la faiblesse croissante des États-Unis et de l'échec de la diplomatie de l'administration Biden au Moyen-Orient.

Les maladresses successives de l'administration américaine a considérablement renforcé l'axe du mal dirigé par l'Iran et plus encore par le fait que les anciens alliés arabes de l'Amérique se précipitent dans les bras de la Chine et ouvrent une nouvelle ère de relations avec les mollahs d’Iran. 

 

Rédigé par Gabriel Banon sur Gabriel banon
 
 



Mardi 2 Mai 2023


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 21 Avril 2024 - 15:34 Allo Alger, ici Berkane !

Chroniqueurs invités | Lifestyle | Breaking news | Portfolio | Room | L'ODJ Podcasts - 8éme jour | Les dernières émissions de L'ODJ TV | Communiqué de presse | Santé & Bien être | Sport | Culture & Loisir | Conso & Environnement | Digital & Tech | Eco Business | Auto-moto | Formation & Emploi | Musiczone | Chroniques Vidéo | Les Chroniques Radio | Bookcase | L'ODJ Média




A mag created with Madmagz.




Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.

 




Recherche

















Revue de presse










Menu collant à droite de la page