L'ODJ Média




La Patrie reconnaissante…


Dans ce monde de plus en plus ouvert et en même temps de plus en plus exclusif, l’appartenance nationale revêt une importance croissante. Et l’appartenance nationale est étroitement liée à l’attachement que tel ou telle a pour son pays. Comment accentuer ce sentiment, et comment attirer, célébrer ou maintenir, nos citoyen(ne)s les plus méritants, sur le sol national ? Il existe diverses manières, et la remise d‘une décoration en est assurément une.



Par Aziz Boucetta

Et d’abord, pourquoi une décoration est-elle décernée à une personnalité ? Pour la consacrer, pour lui témoigner la reconnaissance de l’Etat, supposé représenter et incarner la nation, en récompense d’un travail remarquable, une action louable, une initiative honorable… pour apporter la preuve qu’on a fait « quelque chose de plus » que le commun des mortels, une preuve apportée par l’Etat et portée au vu de tous, au su de tous.

Tous les domaines sont éligibles à ce type de reconnaissance de l’Etat, les arts et la science, la recherche et le sport, l’industrie et plus généralement l’entreprise, l’éducation, le militantisme sociétal, la diplomatie... Et chaque année, au Maroc, ce sont des centaines de personnes qui reçoivent une des nombreuses distinctions prévues dans les lois et règlementations nationales, comme (liste non exhaustive) Ouiissam al-Alaoui, Ouissam al-Moukafa al-watania, Ouisssam al-Arch, Ouissam al-Istihkak al-Watani, et bien d’autres encore, en plus des décorations militaires. Mais au vu de la vitalité de notre société et eu égard à la multiplicité des champs d’action, cela reste insuffisant.


Bien que le roi Mohammed VI procède régulièrement à la distinction de personnalités de tous bords, de tous domaines et de tous pays, le Maroc gagnerait sans doute à formaliser la remise d’insignes aux Marocain(e)s les plus méritant(e)s, hommes et femmes, jeunes et moins jeunes, étrangers ou nationaux, Marocain(e)s d’ici et d’ailleurs.

Combien de personnages se distinguent-ils dans notre pays, dans des champs d’activité peu connus ou étant eux-mêmes d’illustres inconnus ?

Depuis quelques années, de grands chantiers sont lancés au Maroc dans divers domaines, comme la santé et l’éducation. Combien d’enseignants talentueux ce pays compte-t-il, imprégnés de leur fonction, ne vivant que pour leur métier et ne respirant que par leurs élèves/étudiants, et qui gagneraient et feraient gagner la grande famille de l’éducation nationale ? Leurs histoires font « la Une » des réseaux sociaux (si on puis dire…), puis ils retombent dans l’oubli.

Combien de médecins et de paramédicaux sont-ils dans le même cas, ayant souffert durant la crise Covid, certains même ayant été emportés par le virus alors même qu’ils le combattaient chez d’autres, et combien de médecins et paramédicaux font-ils montre d’altruisme, dépensant et se dépensant sans compter ? Combien de personnes de tous horizons brillent à l’étranger et/ou y font briller le Maroc sans que personne ne les en remercie ? Combien d’auteurs, de penseurs, d’intellectuels, de chanteurs, d’artistes, d’influenceurs ?... Combien de militants ou de militaires ?... Combien d’anonymes, illustres pour s’être illustrés en se mettant en danger (comme Allal al9adous ou Ali Sahraoui, entre autres…) ?

Et ainsi que l’avait fait le souverain à plusieurs reprises qui a honoré tant de compétences expatriées, combien d’autres talents le Maroc a-t-il « exporté » et qui seraient si reconnaissants en retour à leur patrie, si reconnaissante ? Etudiants méritants, professeurs émérites, industriels, sportifs, entrepreneurs, scientifiques, artistes et autres, bien d’autres qui méritent des consécrations…

Pourquoi ne pas désigner une commission dédiée à identifier les profils à honorer, examiner leurs dossiers, décider de l’insigne à leur accorder (hormis ceux qui sont réservés au Roi), et le leur remettre ? Cela créerait de la reconnaissance en aval pour ceux qui travaillent, et une influence en amont dans leurs secteurs d’activité. Cela créerait également une sorte de « caste » de gens méritants, qui ferait la différence, qui engendrerait de l’émulation…

Une breloque, c’est un petit geste pour le Maroc, mais un acte majeur pour ressouder les rangs, stimuler les énergies et attacher les gens à leur pays.

Rédigé par Aziz Boucetta  sur Panorapost 

 



Lundi 19 Septembre 2022


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 24 Mai 2024 - 02:36 Les chaussettes trouées de M. OUAHBI

Chroniqueurs invités | Lifestyle | Breaking news | Portfolio | Room | L'ODJ Podcasts - 8éme jour | Les dernières émissions de L'ODJ TV | Communiqué de presse | Santé & Bien être | Sport | Culture & Loisir | Conso & Environnement | Digital & Tech | Eco Business | Auto-moto | Musiczone | Chroniques Vidéo | Les Chroniques Radio | Bookcase | L'ODJ Média



Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.

 


















Revue de presse