L'ODJ Média




La cata du mercato (politique)




Par Aziz Boucetta

la_cata_du_mercato__politique_.mp3 A lire ou à écouter en podcast :  (3.92 Mo)

On aurait pu le prévoir, car c’était prévisible… A l’approche des élections générales et à défaut d’élaborer des programmes qui fassent sens et de dérouler des discours de bon sens, les partis politiques s’adonnent au jeu qu’ils maîtrisent le mieux, en l’occurrence puiser des notables dans d’autres partis, voire en jachère… Assez funeste pour ce Maroc auquel nous aspirons et dont les grandes lignes ont été révélées par le modèle de développement…
 

Le Maroc n’est pas encore sorti de la pandémie et l’inventaire des dégâts n’est pas encore véritablement établi. Le modèle de développement est soumis à l’appréciation du public et sa mise en place doit être la belle-œuvre de la nouvelle majorité, et des partis… Et que pensez-vous que font ces partis ? Ils veulent s’assurer leur place près du soleil, et au diable la vertu et autres valeurs éthiques.
 

Alors le mercato… définition d’un mercato par Le Robert : « Marché officiel des transferts de joueurs d'un club professionnel à un autre ». C’est essentiellement le football, qui est un jeu collectif. Nous pouvons donc dire que le « marché officiel des transferts » est ouvert dans ce grand « jeu collectif » qu’est devenue désormais et bien malheureusement la politique marocaine. C’est finalement une poignée de personnes qui s’agitent et courent après la baballe du pouvoir, sous les yeux d’un public qui tantôt les applaudit, plutôt les hue…
 

Alors qui sont ces partis qui s’adonnent au mercato, qu'on aime qualifier de transhumance (cela fait plus intelligent, voire plus érudit) ? Excluons d’emblée le PJD. Oh, non pour ou par une quelconque vertu politique, mais simplement parce que les « chalands » ne sont pas attirés par une formation qui a le vent en proue, ce qui la freine dans son élan et réfrène les élans des candidats potentiels. Ce parti est aujourd’hui aussi flavescent que les « chalands » potentiels qui regardaient avec intérêt dans sa direction sont évanescents.
 

Il reste les trois autres composantes du fameux carré de tête, que sont l’Istiqlal, le RNI et le PAM. Pour cette dernière formation, on peut aisément soutenir l’idée que son temps est désormais révolu. Pour poursuivre la métaphore du football, ce parti est descendu en 2ème division. Restent les deux autres, attirés soit par l’argent du RNI, soit l’entregent de l’Istiqlal. Et là, leurs sens frétillent et leur cœur tangue… la Balance ou la Colombe, le Rose ou le Bleu, sachant qu’un deal ne fait jamais une idylle.
 

Dans cette lutte homérique qui nous fait descendre de plusieurs étages, il semblerait que le RNI ait un avantage avec son « bleu » car si on reprend la définition du mercato qui est un « marché », on peut gager que ce marché est « liquide » et que le liquide bleu est de toutes les élections, encore plus celle-ci que les autres. Pourquoi ? Parce qu’avec le nouveau quotient électoral, il ne saurait y avoir de trop grands écarts en partis de tête, et qu’ainsi, le RNI, parti d’appoint historique, pourrait bien prendre l’avantage sur l’Istiqlal, parti historique tout court… Et là, problème. Mais passons.
 

Aujourd’hui, les « dignitaires » du PAM et du PJD se déversent dans le RNI et l’Istiqlal, chacun de ces deux partis à la recherche éperdue du maximum de candidats avec sérieuses chances de l’emporter. Nous sommes ainsi loin de l’éthique politique, et même de la finesse car à force de « se piquer » mutuellement des candidats avec un taux de participation qui promet d’être famélique, ils risquent fort de se classer derrière un PJD bien plus fin, sauf coup de théâtre… Quant à l’éthique, mieux vaut reporter cela en 2035.
 

A un moment où le Maroc négocie un tournant majeur de son histoire, de sa politique, de son économie et de sa géopolitique, et avec un modèle de développement à mettre en place, nous autres Marocains avons eu cette idée folle d’espérer avoir des responsables politiques partisans vraiment responsables.
 

Peut-être en 2035 !... Mais bon, c’est mieux que si c’était pire…
 

Rédigé par Aziz Boucetta sur https://panorapost.com




Jeudi 24 Juin 2021


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 15 Avril 2024 - 02:25 France/Maroc, le point d’inflexion ?

Chroniqueurs invités | Lifestyle | Breaking news | Portfolio | Room | L'ODJ Podcasts - 8éme jour | Les dernières émissions de L'ODJ TV | Communiqué de presse | Santé & Bien être | Sport | Culture & Loisir | Conso & Environnement | Digital & Tech | Eco Business | Auto-moto | Formation & Emploi | Musiczone | Chroniques Vidéo | Les Chroniques Radio | Bookcase | L'ODJ Média




A mag created with Madmagz.




Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.

 




Recherche

















Revue de presse










Menu collant à droite de la page