Menu
lodj lodj
séprateur .png
lodj
Twitter
YouTube
Digital TV
LinkedIn
Facebook
Instagram
Tiktok
search








La diplomatie marocaine entre grand écart et grand éclat


La diplomatie marocaine se caractérise par le silence et la discrétion au niveau du palais, et par une singulière agressivité de sa chancellerie, quand c’est nécessaire (et ça l’est souvent), déroutant ainsi tant les anciens amis d’hier que les nouveaux alliés d’aujourd’hui.



Par Aziz Boucetta

Que ceux qui demeurent surpris face à l’audace marquée par la diplomatie marocaine ces dernières années reviennent aux derniers discours du roi Mohammed VI, avec comme point de départ celui délivré à Riyad le 20 avril 2016. Cette adresse est la pierre angulaire de la nouvelle diplomatie de Rabat, faite d’équilibre et d’autonomie, décomplexée et fortement combative.

Revenons à cette année 2016, et suivons le fil du temps et des diplomaties dans le monde. Toutes agressives, ou au moins offensives, préparant ou se préparant à un nouvel ordre géopolitique mondial. En 2017, Donald Trump et Emmanuel Macron conquièrent les présidences de leurs pays et déploient des discours tour à tour combatifs, belliqueux, querelleurs ou pugnaces, rejoints par les Chinois et les Russes, toujours disposés à ferrailler. Dans le Golfe et dans la foulée, l’arrivée de Mohamed Ben Salmane inaugure une nouvelle ère de diplomatie musclée, sciante.

Les Italiens suivent, avec Matteo Salvini, puis les Espagnols avec Arancha González Laya, et les Algériens comme toujours énervés et comme toujours pris dans leur logique obsidionale… Tous les pays déploient des diplomaties entreprenantes, volontaires et volontiers « viriles ». Avant la guerre, stade ultime de la négociation, l’agressivité devient la continuation de la diplomatie, par d’autres moyens…

Confrontée à cela, la nouvelle doctrine diplomatique marocaine ne pouvait que se heurter à ces nouveaux profils, faisant face  au changement des équilibres mondiaux. Et les faits ont suivi. En 2015, le roi Mohammed VI était en Inde, puis quelques semaines après son discours de Riyad, il s’était envolé pour la Chine, avec conclusion de plusieurs partenariats économiques à la clé.

Les événements se sont accélérés depuis cette fin 2020, avec la décision de Donald Trump d’entériner l’intégrité territoriale du Maroc. Quelques semaines ou mois après ce 10 décembre, le Maroc a tapé un grand coup de poing sur la table à Berlin, a renversé une autre table à Madrid et, avec Paris, il table sur le temps. Plus offensif, plus incisif, il s’intègre résolument à l’Union africaine (après son grand retour de 2017), mais la tiens soigneusement éloignée de l’affaire du Sahara.

Rabat se rapproche de Washington, de plus en plus, mais conserve son autonomie de décision ainsi qu’on l’a pu voir lors du vote concernant la Russie. La décision de ne pas participer à ce vote de l’assemblée générale des Nations Unies avait surpris tant de monde, observateurs, Etats, ONG, alliés ou adversaires. Et alors que tout le monde appréhendait les réactions occidentales à la non-participation du Maroc à ce premier vote, Rabat persiste et signe lors d’un second, puis aussi à l’Union interparlementaire en Indonésie, en mars dernier.

Avec la Chine, les relations s’améliorent d’année en année, de mois en mois, de jour en jour, mais en dépit de la très large campagne de vaccination au Chinois Sinopharm, c’est avec les Suédois que Rabat a lancé son usine de fabrication de médicaments. Toujours l’équilibre et l’autonomie.

Arrive Israël… Des relations désormais officielles, des visites de (très) hauts dignitaires israéliens avec signature de contrats de toutes natures, militaires et sécuritaires compris, tout en recevant à Rabat le chef du Hamas. La nouvelle amitié avec l’Etat hébreu n’empêche toutefois pas Rabat de réagir avec virulence lors de la dernière attaque de la Grande mosquée d’al-Qods/Jérusalem, sachant que le roi du Maroc est président du Comité éponyme.

Dans son communiqué, le Maroc tient étrangement à rappeler que « sa condamnation et sa dénonciation [de l’agression de la Mosquée] ont été communiquées au chef du bureau de liaison israélien à Rabat », comme pour souligner sa politique du « en même temps », ou de l’équilibre.

Résultat éclatant de cette diplomatie du grand écart ! Antony Blinken est venu à Rabat et y a séjourné trois jours, Madrid et Berlin se sont rangés du côté marocain, changeant leur position à 180° pour le dossier du Sahara. Nasser Bourita s’entretient avec son homologue russe de la guerre en Ukraine (c’est de la com, certes, mais c’est toujours ça…) et, quelques semaines auparavant, signe avec le très influent Ning Jizhe, vice-président de la Commission nationale chinoise de la Réforme et du Développement, l’intégration du Maroc à l’Initiative de la Route de la soie.

L’idée de cette diplomatie nouvelle est, semble-t-il, de toujours surprendre et de ne se laisser submerger par aucune puissance, grande ou moyenne. Aujourd’hui, les grandes nations s’annulent elles-mêmes par leurs rivalités, voire guerres. Se soumettre à l’une d’elles est posture perdante et hasardeuse, les tenir à égale distance est un coup gagnant.

La diplomatie marocaine se caractérise par le silence et la discrétion au niveau du palais, et par une singulière agressivité de sa chancellerie, quand c’est nécessaire (et ça l’est souvent), déroutant ainsi tant les anciens amis d’hier que les nouveaux alliés d’aujourd’hui.

Il reste juste, nous ne le dirons jamais assez, à consolider le front intérieur, économique et politique… Mais cela est une autre affaire, où il n’y a que des écarts et peu d’éclat.

Rédigé par Aziz Boucetta sur Panora Post 



Mardi 19 Avril 2022


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 18 Mai 2022 - 09:38 L'exemple tunisien

Chroniqueurs invités | Coup de cœur



Magazine créé avec Madmagz.






Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.

 

Inscription à la newsletter

Plus d'informations sur cette page : https://www.lodj.ma/CGU_a46.html














L’ODJ : Invitation à collaboration & contribution


Chèr Monsieur, Chère Madame

Je suis le Web Master de L'ODJ Média,

j’ai le plaisir de superviser le nouveau média “L’ODJ” pour le groupe de presse Arrissala 
 

L’ODJ est un bouquet de publication en format presse numérique : (7)
 

Nous lire : Portail Web   & Magazine mensuel

Nous écouter : Web Radio   & Portail Radio   & APP Mobile

Nous voir : Web TV    & Portail vidéos replay   & Youtube

Nous suivre : Instagram   / FaceBook    / TiK To  K / Linkedin   / Twitter

 

“L’ODJ” c'est quoi ?: « L’opinion des jeunes » de 7 à 77 ans 

 

L’esprit : Faire revivre l’esprit de l’Opinion Des Jeunes, sans nostalgie aucune, ni c'était mieux avant,  mais bien pour la nouvelle génération connectée avide de plus de liberté responsable, de changement durable, d'horizon positif, d'avenir partagé, d'ouverture soutenue et de culture sans modération.
 

Le Bouquet L'ODJ n'est pas un simple canal d'actualités ou d'informations en continu, mais un bouquet multimédia et multi-canal pour du contenu à l’ordre du jour.

 

Contenu : À travers des articles, des podcasts, des vidéos, des émissions Web TV, notre couverture médiatique cible des thématiques qui intéressent la jeunesse marocaine (Bien être, Santé, Culture, Environnement, Digital, Economie, Politique, Sport, Lifestyle, Musiques  .....), sans pour autant être dans l'information éphémère ni soumis à la dictature de l'actualité immédiate.

 

Soit, une actualité durable qui ne suit d'autre ligne que la volonté d'éclairer et d'approfondir les enjeux d'un monde, devenu plus complexe et parfois difficilement compréhensible.
 

L’ouverture (liberté et responsabilité): Le challenge et la réussite du projet restent, avant tout, l’ouverture vers les internautes (propositions en ligne), des partenariats Win Win, et des chroniqueurs invités à travers essentiellement trois rubriques :
 

Quartier libre : https://www.lodj.ma/Quartier-libre_r4.html   
 

Chroniqueurs invités : https://www.lodj.ma/Chroniqueurs-invites_r20.html   
 

Coup de cœur : https://www.lodj.ma/Coup-de-coeur_r11.html  



Partager ce site