L'ODJ Média




La discrète offensive diplogazière du Maroc en Afrique




A lire ou à écouter en podcast :

la_discrete_offensive_diplogaziere_du_maroc_en_afrique.mp3 La discrète offensive diplogazière du Maroc en Afrique.mp3  (3.58 Mo)

Le ministre des Affaires étrangères Nasser Bourita l’a rappelé tout récemment encore, et comprenne qui voudra : « Le Maroc agit d’abord, puis fait ses annonces après, et pas l’inverse ». En matière diplomatique, cela a toujours été le cas, ou presque, ainsi qu’on l’a pu constater pour le deal avec Donald Trump sur le Sahara et, plus tôt, pour l’entrée à l’UA ou encore lors du Sommet africain lors de la COP22. Et cela se poursuit avec le projet de gazoduc Nigéria-Maroc…
 

L’emplacement géographique du royaume, à la confluence des trois ensembles géopolitiques et culturels que sont l’Afrique, l’Europe et l’espace arabo-islamique lui confère voire lui impose une nécessaire agilité diplomatique. Longtemps reclus, voire enserré, dans sa géographie, le Maroc semble vouloir briser cet étau pour prendre l’initiative et devenir le maître (ou au moins « co-maître ») d’un jeu dont il détient plusieurs atouts.
 

Ainsi, le projet titanesque de gazoduc reliant le Nigéria au Maroc, avec perspective de raccord à l’Europe, est de nature à transformer profondément, et donc à bouleverser durablement, la réalité géoéconomique, et par conséquent géopolitique, du bloc ouest-africain/européen. Le Maroc s’est soudainement invité dans cette nouvelle sphère d’influence, avec la double perspective de briser la stratégie russe d’encerclement européen et de se poser comme fournisseur potentiel et indirect de l’UE en gaz naturel.
 

Que la résurgence du projet de gazoduc Nigéria-Maroc dans l’entretien téléphonique d’hier 31 janvier entre les chefs d’Etat des deux pays intervienne quelques temps après des manœuvres algériennes à la frontière marocaine et la présence concomitante d’un groupe naval russe à Alger n’est certainement pas le fruit du hasard… cette démonstration russe succède elle-même à l’installation projetée de Américains à Dakhla.
 

Il est évident que l’ouverture d’une nouvelle source d’approvisionnement énergétique européenne à travers le Maroc ne peut que perturber la stratégie russe de domination de l’Europe par l’énergie, et le regain d’intérêt de la Cédéao pour ce projet gazier, lors de sa réunion de décembre dernier, peut le confirmer. Et ce faisant, Rabat, sans s’adresser directement à Moscou, lui adresse un signal important, que les Russes ne sauraient négliger, même si l’encerclement européen n’est pas leur seul objectif, celui de reprendre économiquement et politiquement pied en Afrique étant également une volonté du Kremlin.
 

Il reste la question du financement de ce projet de gazoduc maroco-nigérian. Estimé entre 20 et 30 milliards de dollars, il devra faire appel à plusieurs sources de financement. Les Européens se caractérisent encore une fois par leur manque de réactivité dans une région pourtant située à leur flanc sud, abandonnant l’initiative à d’autres puissances qui seraient intéressées par une implantation en Afrique occidentale.
 

Aussi, dans cette partie du monde, l’Afrique de l’Ouest en l’occurrence, qui bouge et évolue, un grand jeu d’échecs démarre, avec les positionnements américains et chinois en premier, Israël et le Conseil de coopération du Golfe en second, peut-être le Japon et l’Inde plus tard. Une réaction russe pourrait être attendue dans les semaines ou mois qui viennent. Quant à l’Europe, engluée dans ses problèmes internes et ses fragilités croissantes, elle assiste à ce regain d’activité dans une région dont elle devrait faire une priorité.
 

Si ce projet de gazoduc se réalise, le Maroc renforcera son soft power dans la région par un peu plus de hard power. Le renforcement de son front interne et une diplomatie moins retenue, plus audacieuse, plus offensive, y aiderait considérablement.
 

Rédigé par Aziz Boucetta sur https://panorapost.com





Mardi 2 Février 2021


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 15 Avril 2024 - 02:25 France/Maroc, le point d’inflexion ?

Chroniqueurs invités | Lifestyle | Breaking news | Portfolio | Room | L'ODJ Podcasts - 8éme jour | Les dernières émissions de L'ODJ TV | Communiqué de presse | Santé & Bien être | Sport | Culture & Loisir | Conso & Environnement | Digital & Tech | Eco Business | Auto-moto | Formation & Emploi | Musiczone | Chroniques Vidéo | Les Chroniques Radio | Bookcase | L'ODJ Média




A mag created with Madmagz.




Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.

 




Recherche

















Revue de presse










Menu collant à droite de la page