L'ODJ Média




Le Maroc a désormais besoin d’une réelle politique sur la migration africaine


Les récents propos du président tunisien Kais Saïed relancent d’une manière inédite la question de la migration de l’Afrique vers l’Europe. A en croire le chef de l’Etat tunisien, un complot serait ourdi contre son pays pour « changer la composition de son paysage démographique », au moyen de l’arrivée de « hordes de migrants ». Une forme de racisme d’Etat en Tunisie, qui rejoint l’aussi brutale que discrète politique algérienne de refoulement des migrants et qui s’ajoute aux protestations de plus en plus audibles au sein de la société marocaine. Un tournant dans la migration à destination de l’Europe ? Une nouvelle méthode visant à « effrayer » les candidats africains à la migration ?



Écouter le podcast en entier :


Par Aziz Boucetta

A entendre les dirigeants de l’Union européenne s’exprimer, et en dehors de l’Ukraine, le problème principal du Vieux Continent serait la « migration massive » des Africains sur le sol européen. Le discours politique, les images des migrants naufragés, les débats dans les médias, les excès langagiers comme « l’africanisation de l’Europe »… tout est fait pour donner le sentiment d’une « invasion » et renforcer celui d’un cataclysmique « grand remplacement ». Et cela se confirme dans les avancées significatives des mouvements d’extrême-droite dans les différentes élections des différents pays de l’Union. Et pourtant…

Or, les chiffres démentent tout cela : moins de 10 millions d’Africains vivent dans les 27 pays de l’UE, dont la moitié de Maghrébins, essentiellement en France, en Espagne et en Italie. Mais cela n’empêche pas une radicalisation des discours et un durcissement des politiques. Mais aujourd’hui, le problème s’est déplacé vers les pays du Maghreb, comme si cela était l’objectif non avoué de Bruxelles : « sous-traiter » par tous les moyens, la question migratoire aux trois pays d’Afrique du Nord, et « par tous les moyens » signifie que chacun de ces trois Etats déploie une politique particulière.

En Algérie, le racisme d’Etat est grandement établi dans les pratiques, à défaut d’être déclaré publiquement par les responsables, quoique… L’Algérie est le seul pays maghrébin ayant une frontière directe 2.200 kilomètres avec deux Etats du Sahel, le Niger et le Mali ; elle devrait donc logiquement recevoir plus de migrants, mais les étendues désertiques à traverser et la brutalité des forces de l’ordre algérienne sont dissuasives.

Tunisie et Maroc n’ont pas de frontières terrestres avec les pays du Sahel mais développent chacun une politique particulière. Ainsi, la Tunisie demeure facilement accessible à travers le territoire libyen où l’anarchie règne depuis la chute de Kaddhafi en 2011. Cela peut expliquer le propos éminemment raciste du président Saïed, par ailleurs aussi injustifiable qu’inadmissible.

Tunisiens...et Algériens déploient deux moyens différents de semer l’effroi dans les rangs des migrants et ils semblent avoir réussi, les premiers en n’hésitant pas à dérouler un discours raciste, à la lisière de la haine, jusqu’au plus haut niveau de l’Etat et les seconds en laissant libre cours à la brutalité de leurs forces de l’ordre qui « déportent » les migrants irréguliers dans un lieu perdu, au nord du Mali, appelé Assamaka, où seul un cimetière fonctionne bien. Résultats, les migrants cherchent à quitter précipitamment la Tunisie et évitent l’Algérie. Une autre manière d’endiguer les migrations en Europe ? On peut poser la question de savoir si cette politique est décidée à Alger et Tunis ou si elle leur a été suggérée…

 

Le Maroc, pour sa part, a choisi une voie plus mesurée. Il se défend d’être le gendarme de l’Europe, mais dans les faits, il l’est, tout en restant accueillant pour les populations subsahariennes. Désigné Leader de la migration en Afrique, le roi Mohammed VI avait décidé voici quelques années de lancer deux vagues de régularisation et ce sont plus de 50.000 personnes qui sont désormais légalement installées au Maroc.

Contrairement aux médias algériens et au président tunisien, tout propos ou comportement raciste ou même xénophobe est proscrit et ses rares auteurs dénoncés. Plusieurs associations sont en charge des problèmes de migrants en situation irrégulière.

Cependant, le problème existe et il revient aux autorités publiques du royaume d’y réfléchir car si l’accueil réglementé est accepté par la population, l’explosion des arrivées à partir du sud et le tarissement des traversées vers l’Espagne crée des problèmes de plus en plus aigus dans un nombre croissant de villes, essentiellement à Casablanca et dans le Nord.  

Ce qu’il manque, encore une fois, une fois de plus, dans ce pays, face à un phénomène aussi politique que géopolitique, tant humain que social, économique ou diplomatique, c’est une réflexion globale dans le cadre d’un débat national. L’Etat ne peut tout faire et encore moins penser à tout.

Nasser Bourita et Abdelouafi Laftit, respectivement en charge des volets diplomatique et sécuritaire de la question migratoire, seront bientôt dépassés voire harassés. Mais en leur qualité de ministres actifs au sein d’un gouvernement passif face à cette question, ils pourraient et même devraient initier cette réflexion, en faisant intervenir la société civile, l’université, les représentations diplomatiques et consulaires africaines, les secteurs de la finance et de la promotion immobilière, les territoires… Dans l’intervalle, l’heure tourne, et pas nécesairement en faveur de la stratégie africaine du Maroc.

Rédigé par Aziz Boucetta sur Panorapost 



Mercredi 1 Mars 2023


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 29 Mai 2024 - 10:16 Deux ministres PAM sous les projecteurs

Chroniqueurs invités | Lifestyle | Breaking news | Portfolio | Room | L'ODJ Podcasts - 8éme jour | Les dernières émissions de L'ODJ TV | Communiqué de presse | Santé & Bien être | Sport | Culture & Loisir | Conso & Environnement | Digital & Tech | Eco Business | Auto-moto | Musiczone | Chroniques Vidéo | Les Chroniques Radio | Bookcase | L'ODJ Média | Last Conférences & Reportages



Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.

 


















Revue de presse