Menu
lodj lodj
séprateur .png
lodj
Twitter
YouTube
Digital TV
LinkedIn
Facebook
Instagram
Tiktok
search








Le don d’el Youssoufi et « don » Akhannouch




Par Aziz Boucetta

le_don_d_el_youssoufi_et___don1633004146.mp3 A lire ou à écouter en podcast :  (859.13 Ko)

Les élections du 8 septembre et les résultats auxquels ils ont donné lieu rappellent un événement passé plutôt inaperçu voici un peu plus de deux mois. Voici un peu plus de deux mois, donc, la veuve de l’ancien Premier ministre Abderrahmane el Youssoufi signait un acte de donation de tous les avoirs, meubles, immeubles et écrits divers aux Archives nationales et à la Fédération des musées. Un acte de don qui donne à réfléchir…
 

Quelle est la différence entre les politiques d’aujourd’hui et ceux d’hier, ici et ailleurs ? Le Verbe et l’ascèse. Jadis, les responsables politiques, pour être élus, devaient sillonner leurs pays, parler à tout le monde, et être convaincants. Pour cela, il leur fallait disposer d’une dose de culture et d’érudition qui leur procuraient les mots adéquats, l’empathie voulue et, en conséquence, la grande force de persuasion qui était la leur.
 

Naguère, aussi, et ceci expliquant cela, les personnels politiques n’étaient pas nécessairement connus pour leurs richesses et leurs patrimoines, du moins dans les grandes démocraties. On se souvient, à cet égard, de la réflexion faite par Georges Pompidou à l’alors jeune et ambitieux Jacques Chirac, qui disposait d’un château en Corrèze : « Ah ! Quand on veut faire de la politique, il ne faut pas avoir de château... sauf s'il est dans la famille au moins depuis Louis XV ! ».
 

« O tempora, o mores », criait le grand Cicéron, et son cri est toujours valable aujourd’hui… A chaque époque ses habitudes… Aujourd’hui, avec la mercantilisation du monde, et plus particulièrement de la politique, nous verrons de plus en plus de riches accéder au pouvoir dans les différents pays, et exemples sont légion : Donald Trump pour le plus récent, mais aussi l’Ukrainien Petro Porochenko, le Chilien Sebastian Piñera ou, plus anciennement, comme prémisses de cette tendance, Silvio Berlusconi ou Thaksin Shinawatra en Thaïlande.
 

Le Maroc ne déroge pas à la règle, ayant vu l’apparition, puis l’émergence, et enfin le triomphe des riches, conduits par Aziz Akhannouch, mais aussi Moulay Hafid Elalamy, et d’autres encore… Est-ce une mauvaise chose ? Pour la politique, assurément oui, mais pour la pratique et le pragmatisme, pas forcément. A chaque époque, ses habitudes, donc…
 

Le monde d’hier avait besoin de sachants mais celui d’aujourd’hui est plus marchand, et il a donc besoin de praticiens. Il faut juste que les choses se fassent dans les règles et que les intérêts de la communauté puissent être préservés. Il existe une institution pour cela, et elle a pour nom la justice, elle-même soutenue et alimentée en informations par la société civile. De la même manière que quand le bâtiment va, tout va, lorsque le châtiment ne va pas, rien ne va !
 

Le geste donc, de feu Abderrahmane el Youssoufi, qui pourrait être suivi par celui d’autres grands personnages historiques de l’Etat, devrait donner à réflechir à celles et ceux qui seront appelés à nous gouverner, pas tant sur l’aspect pécuniaire de la donation, mais surtout le côté moral. Quand on fait de la politique, c’est pour servir. On peut ne pas être dans l’ascèse, mais il faut servir et à défaut de faire des dons, on peut toujours commencer par le don de soi, une expression qui implique tellement de qualités, abnégation, altruisme, désintéressement…
 

Nos futurs gouvernants auront-ils la sagesse de comprendre cela, et de l’appliquer, ou n’auront-ils d’yeux que sur leurs chiffres, ceux de la nation et ceux de leurs affaires, même s’il n’y a pas de relation ou de corrélation entre eux, ce qu’on espère… Le Maroc inaugure une nouvelle ère où ce sont les entrepreneurs qui dirigeront ce qui ne doit pas devenir le Maroc SA.
 

Nous ne pouvons que l’espérer !
 

Rédigé par Aziz Boucetta sur https://panorapost.com




Jeudi 30 Septembre 2021


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 18 Mai 2022 - 09:38 L'exemple tunisien

Chroniqueurs invités | Coup de cœur



Magazine créé avec Madmagz.






Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.