L'ODJ Média




Le lobbying, ou l’art de lober l’adversaire


Avec ce scandale appelé Marocgate, l’occasion est donnée de revenir sur la question du lobbying déployé par le Maroc pour défendre ses intérêts et atteindre ses objectifs. Pour nos « amis » européens, le royaume est un corrupteur. Non, il fait juste du lobbying, sauf preuve contraire et surtout crédible. Il faut donc passer au-dessus de ces procès d’intention, lobant ainsi les adversaires.



Écouter le podcast en entier :


Par Aziz Boucetta

L’origine du mot est anglosaxonne et le lobby désignait le lieu où les groupes d’intérêts s’activaient, et s’activent encore, pour orienter la réflexion des décideurs, influencer les choix des consommateurs, défendre une cause ou même en combattre une autre. Le lobbying étant une activité qui nécessite des frais, l’utilisation de l’argent va vite conduire vers un amalgame avec la corruption, qui est une forme de lobbying, pressé et/ou insistant…

Au parlement européen, où le Maroc est accusé de corrompre à tour de bras, il faut admettre que le pays est également attaqué, sans relâche, sur à peu près tout : droits humains, espionnage, migrations, Sahara… Mais les intérêts du royaume transcendent les seuls députés européens qui, comme chacun sait, n’ont de véritable pouvoir que celui de chercher à en avoir. Les intérêts géostratégiques du Maroc sont ailleurs, autonomie de décision, projection en Afrique, relation avec ses ressortissants en Europe et, bien sûr, Sahara.

Il faut comprendre et admettre que ces ambitions du royaume ne peuvent être acceptées par les chancelleries occidentales car elles bousculent un ordre établi ancien. Sans préjudice pour le maintien d’une diplomatie offensive, il appartient donc au Maroc d’aller vers les opinions publiques, en usant des moyens d’influence convenus ; dans cet objectif, il se doit de chasser en meute, faisant intervenir en convergence ses médias, ses intellectuels, ses diplomates retraités, aussi expérimentés que désœuvrés, sa communauté à l’étranger, sa production cinématographique…

Convaincre l’opinion publique de certains pays et se rapprocher de celles des autres est important pour, à terme, agir et influer sur les classes politiques de tous ces Etats. Et bien évidemment, une telle politique doit être imaginée, conçue et mise en place par notre pouvoir politique, qui doit accepter d’impliquer toutes les personnes à même de convaincre. Convaincre qui ? Leurs correspondants à l’étranger, universités, corps constitués, leaders politiques en devenir, professions réglementées, médias… Une action d’envergure menée selon une conduite globale où tout le monde intervient auprès de tout le monde.

Aujourd’hui, le lobbying du Maroc est confié à des organismes ou à des personnages dont c’est le métier. Ils sont rémunérés et donc intéressés, mais rémunérer quelqu’un pour accomplir une tâche ne signifie pas qu’il en soit...convaincu. L’objectif supérieur du client, en l’occurrence le Maroc, est réduit à un simple chiffre d’affaires pour le lobbyiste, étant entendu que si l’objectif du premier est primordial et crucial, le chiffre d’affaires du second, en cas d’échec, est remplaçable car simplement commercial.

 

Il importe donc de défendre ses objectifs par la conviction de ceux qui en sont chargés, et c’est là qu’interviennent les nationaux, envoyés en missi dominici auprès des personnes ou des organes/organismes concernés.

Or, cela a déjà été dit mais mérite d’être redit, notre diplomatie fonctionne en cercle privé et selon une approche exclusive. Seuls les diplomates en exercice ont le pouvoir de porter nos objectifs dans le monde, alors même que les autres, même les parlementaires, ne semblent pas soutenus par notre diplomatie, d’où le revers du parlement européen. Si cet échec ne porte pas vraiment à conséquence, l’institution de Strasbourg ne servant pas à grand-chose, d’autres revers peuvent être plus préjudiciables.

Les Marocains brillent par leur absence au sein des grands organismes internationaux et dans les cercles plus étroits, ici et là. Par manque de conviction ? Non, mais plutôt du fait de l’absence d’une politique et d’une approche soigneusement pensées, appuyées par des moyens adéquats, humains et financiers.

Il appartient donc à notre pouvoir politique de cesser de penser que les objectifs géopolitiques du pays sont de son seul ressort. D’autres personnalités peuvent et doivent être impliquées, dans le cadre d’une politique publique exclusivement dédiée à cela. Les institutions et corps constitués, la société civile et les universités, en Europe et ailleurs, doivent être approchés par les nôtres, des contacts noués, des échanges institutionnalisés, des visites au Maroc programmées… Et cela doit se faire continuellement, hors crise, auprès de tous. Et nul besoin de corrompre car, hors les corrompus, les autres peuvent être convaincus, à la condition qu’on engage les personnes et les moyens académiques nécessaires.

Nous avons bien des think-tanks au Maroc, mais seul le Policy Center for the New South se projette vraiment à l’international, avec ses chercheurs marocains et étrangers, sur les cinq continents. Nos ministres ne voyagent pas assez en Afrique, nos universitaires n’ont pas les moyens d’aller à la rencontre de leurs confrères, nos parlementaires voyagent pour le plaisir, nos médias sont désargentés, notre production culturelle est insignifiante, nos cercles de réflexion n’ont pas les moyens de s’ouvrir…

C’est à cela qu’il faut trouver une solution et à ceux-là qu’il faut permettre de se déployer et de dérouler leurs plaidoyers car le lobbying, n’en déplaise aux Européens, n’est pas seulement de l’argent.

Rédigé par Aziz Boucetta sur Panorapost



Mercredi 22 Février 2023


Dans la même rubrique :
< >

Mardi 23 Avril 2024 - 00:11 La panne d'imagination

Lundi 22 Avril 2024 - 17:07 La mystérieuse percée kabyle à l’ONU

Chroniqueurs invités | Lifestyle | Breaking news | Portfolio | Room | L'ODJ Podcasts - 8éme jour | Les dernières émissions de L'ODJ TV | Communiqué de presse | Santé & Bien être | Sport | Culture & Loisir | Conso & Environnement | Digital & Tech | Eco Business | Auto-moto | Formation & Emploi | Musiczone | Chroniques Vidéo | Les Chroniques Radio | Bookcase | L'ODJ Média




A mag created with Madmagz.




Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.

 




Recherche

















Revue de presse










Menu collant à droite de la page