Menu
lodj lodj
séprateur .png
lodj
Twitter
YouTube
Digital TV
LinkedIn
Facebook
Instagram
Tiktok
search








Le renseignement espagnol et le Maroc : Si on ne savait pas, maintenant on est fixés


Une année après sa rédaction, le quotidien espagnol El Pais, connu chez nous pour porter le Maroc bien enfoui dans son cœur, vient de publier des extraits d’un rapport de quatre pages du Centro Nacional de Intelligencia (CNI, Centre National de Renseignement), successeur du fameux CESID, célèbre lui pour avoir entretenu une intense activité au Maroc et particulièrement dans ses provinces du nord.



Par Naim Kamal

Ce rapport, élaboré et transmis au gouvernement de Pedro Sanchez au faîte de la récente crise maroco-espagnole, suivi d’un autre en juin 2021 apparemment du même tonneau, inscrit l’afflux migratoire de mai 2021 dans le cadre « des pressions sur le gouvernement espagnol afin de changer sa position sur la question du Sahara».

Il est difficile de porter une appréciation objective sur la teneur du rapport du CNI, le quotidien espagnol n’en ayant publié que les grandes lignes. Susceptibles donc d’avoir été tronquées et fait ainsi l’objet de manipulations à dessein. 

D’une pierre trois coups

Mais il n’est pas interdit de s’interroger sur l’intérêt des sources à l’origine de la divulgation, une année plus tard, d’un rapport censé être (au moins) confidentiel. Son tort ? Réduire, in fine, du moins par l’usage qu’en a fait El Pais, l’évolution de la position espagnole à l’égard du Sahara à une soumission de l’Espagne « au plus haut niveau » à un « chantage » marocain et de ramener la légitime position du Maroc à un simple  "discours agressif" avec lequel Rabat aurait essayé de faire changer la position de Madrid sur la question.

Au Maroc on ne s’est jamais fait d’illusions sur les sentiments de milieux espagnols, notamment dans l’appareil sécuritaire, à l’égard du Royaume, ni cru qu’un iftar ramadanesque avec le Souverain, insigne honneur, allait faire disparaitre par enchantement les animosités séculaires. Elles sont à l’œuvre et le resteront pour longtemps encore.

En faisant ses rapports sur la situation, le CNI est dans le cœur de son métier de renseignement, de décryptage et d’analyse.

Mais la divulgation d’extraits de ce travail, à un moment où tout le monde en Espagne a les yeux rivés sur les prochaines législatives prévues pour fin 2023, est, de par «les morceaux choisis », une pierre à trois coups : entretenir le feu de la critique de la « normalisation » des relations maroco-espagnoles, maintenir sur le gril le gouvernement de Pedro Sanchez qui aurait cédé aux « pressions » et, surtout, réduire à la seule question du contrôle de la migration la nature du partenariat stratégique entre les deux pays et de la feuille de route conçue pour le consolider.

Encore une fois, on ne peut évaluer la qualité du rapport du CNI, mais à en juger par les extraits divulgués, il est d’une faible teneur. Pour le renseignement espagnol, le Maroc a initié "une stratégie parfaitement planifiée et dirigée depuis les plus hauts niveaux du pouvoir" et, plus précisément, par le Roi Mohammed VI’’. Le document du CNI identifie également Fouad Ali El Himma, conseiller du Souverain, comme le planificateur de cette stratégie.

Et outre El Himma, le CNI pointe du doigt [et pourquoi pas met à l’index] le ministre des Affaires étrangères, Nasser Bourita, de même que les chefs de la Direction générale des études et de la documentation (DGED), Yassin Mansouri, et de la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST), Abdellatif Hammouchi. »

Enorme révélation en effet, et authentique scoop qui valent leur pesant de lignes ! Car si on ignorait qu’il fallait être le CNI, en charge à la fois du renseignement et de la sécurité intérieurs et extérieurs d’un grand Royaume comme l’Espagne, pour savoir que ce sont, en face, ces personnages, ces départements et ces services qui sont à la manœuvre dans un dossier aux implications nationales et aux ramifications régionales et internationales, maintenant on est fixés. 

Rédigé par Naim Kamal sur Quid 



Jeudi 9 Juin 2022


Dans la même rubrique :
< >

Coup de cœur | Chroniqueurs invités



Magazine créé avec Madmagz.






Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.