Menu
lodj lodj
séprateur .png
lodj
Twitter
YouTube
Digital TV
LinkedIn
Facebook
Instagram
Tiktok
search








Les dessous de la guerre d'Ukraine


La décision du Kremlin d’exiger le paiement de ses fournitures en roubles risque de donner un coup d’arrêt à l’hégémonie de la monnaie américaine et si Moscou généralisait cette exigence à tout son export et que Pékin suivait son allié pour le Yuan, l’ordre mondial serait complétement bouleversé



Par Gabriel Banon

Les évènements d’Ukraine ne sont pas simplement l’expression d’un pouvoir solitaire, ils sont surtout l’expression d’une remise en cause de l’ordre mondial tel que nous l’avons vécu ou subi depuis la deuxième guerre mondiale.

L’Occident derrière les États-Unis d’Amérique a depuis, considéré être le guide du reste du monde et l’exemple à suivre. Le « monde blanc » s’était arrogé la suprématie économique, technologique et militaire et ce, sans partage.

Les accords de Bretton Woods depuis juillet 1944, dessinaient les grandes lignes du système financier international de l'après-Seconde Guerre mondiale, et caractérisaient la monnaie américaine comme convertible en or sur une base fixe de I gramme d’or pour un dollar.

Le 15 août 1971, en annonçant, unilatéralement, la fin de la convertibilité en or du dollar, le président américain de l'époque, Richard Nixon, a sonné le glas de Bretton Woods. Les déficits budgétaires américains et la dégradation de la balance des paiements courants des États-Unis provoqués par la guerre du Vietnam et le financement inflationniste du « Welfare State » en sont la cause. 

Les accords de la Jamaïque entérineront formellement cette situation le 8 janvier 1976. Le dollar, reste inconvertible. C'est de cette époque que date la désormais célèbre formule attribuée au secrétaire américain au Trésor, John Connally : « Le dollar est notre devise et votre problème. »  Le flottement, sinon l'instabilité des monnaies était ainsi institutionnalisé.

Mais, adossé à leur suprématie militaire, les États-Unis imposent petit à petit le dollar comme monnaie de réserve et devise universelle de paiement, spécialement pour les énergies fossiles. La machine à imprimer le dollar s’emballe et personne aujourd’hui ne connait le montant de la circulation fiduciaire du dollar.

Cette suprématie du dollar et l’endettement de Washington toujours plus grand, posent le problème de l’équité économique pour les principales capitales d’Europe et d’ailleurs. L’épargne mondiale est ainsi siphonnée par les Américains qui ont donné également un pouvoir supplémentaire à leur monnaie : quiconque utilise le dollar, même pour des opérations commerciales ou financières hors du territoire américain, est justiciable des tribunaux américains. Telle était encore la situation jusqu’au déclenchement de la guerre d’Ukraine.

Immédiatement des trains de sanctions se sont abattus sur la Russie et une tentative d’isolement mis en route. 

Les stratèges, derrière Washington firent tous une énorme erreur de jugement. La Russie est d’abord la première puissance militaire avec les États-Unis, particulièrement pour l’armement nucléaire et les nouvelles applications de l’intelligence artificielle dans l’armement. La guerre d’Ukraine a donné l’occasion à Moscou de distiller par-ci par-là des nouvelles armes dont le grand publique ignorait l’existence comme le missile hypersonique. 

Alliée à la première puissance commerciale du monde, la Chine, les sanctions ne pouvaient influencer la politique du Kremlin. Par contre elles provoquent des contre-sanctions douloureuses pour le consommateur européen. Le citoyen lambda découvre subitement la dépendance de l’Occident, en premier chef l’Europe, de nombreuses matières premières essentielles dont la Russie est soit le plus grand producteur du monde, soit le principal fournisseur tels que le gaz, le pétrole ou encore le blé.

Récemment, la décision du Kremlin d’exiger le paiement de ses fournitures en roubles risque de donner un coup d’arrêt à l’hégémonie de la monnaie américaine et mettre en question la suprématie du monde occidentale. Si Moscou généralisait cette exigence à tout son export et que Pékin suivait son allié pour le Yuan, l’ordre mondial serait complétement bouleversé et le déclin de l’Occident acté.

Ceci explique peut-être cette union sacrée des Etats européens derrière les États-Unis d’Amérique que l’on constate aujourd’hui. Ils ne défendent pas l’Ukraine au comportement plus que douteux durant la dernière guerre mondiale, mais en réalité, la survie du monde occidental. 

Rédigé par Gabriel Banon sur Quid  -



Dimanche 3 Avril 2022

Chroniqueurs invités | Coup de cœur



Magazine créé avec Madmagz.






Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.