L'ODJ Média




M. Bourita, le visa, c’est aussi la dignité des Marocain(e)s !


Après des décennies de luttes et de combats, des années de militantisme et d’engagement, les Marocains ont finalement obtenu un statut de citoyens à part entière. Sujets, oui, avec bonheur, mais citoyens aussi, avec honneur, et aussi avec des droits et de sérieuses menaces sur quiconque leur dénierait ces droits, au Maroc. Mais aujourd’hui, il se trouve des Etats qui, par leurs comportements, privent ces mêmes Marocains de ce statut acquis de haute lutte, même si largement perfectible.



Écouter le podcast en entier :


Par Aziz Boucetta

Entendons-nous bien : Bien que la mobilité soit un droit parmi les autres, et que chacun ait le droit de se déplacer dans le monde dès lors qu’il remplit aux conditions requises, chaque pays a le droit d’imposer des restrictions à l’entrée de son territoire. Les Européens le font, les Américains aussi, les Russes, les Chinois, et tous les autres qui choisissent d’ériger une barrière à leur frontière, une barrière administrative appelée « visa », et le Maroc aussi.

Mais, pour autant, la dignité des citoyens d’un pays donné doit être respectée, et le visa ne doit pas servir à humilier les personnes, entraver les mobilités et, pire, collecter de l’info sur les gens. Massivement, exhaustivement. Or, avec le système de visas Schengen, c’est le cas, sans même avoir accès aux différentes représentations consulaires et/ou diplomatiques des pays en question !

En effet, le demandeur réduit au rang de quémandeur doit se rendre dans ls locaux d’une société privée chargée de recueillir les dossiers, dans lesquels figurent l’ensemble des documents exigés, et qui sont aussi nombreux que souvent très personnels et inutiles : relevés de comptes bancaires, actes de mariage, actes de propriété, attestations de régularité fiscale… et il en va de même pour une partie des pays hors Schengen.

Pourquoi notre diplomatie, en charge des relations avec les autres pays du monde, ne réagit-elle pas ? Et pourtant, la grandeur d’un pays n’est pas seulement le niveau du PIB ou la puissance militaire, mais c’est aussi et SURTOUT le respect que témoigne un Etat à ses propres citoyens. Et les laisser être traités de la sorte, sur leur propre sol, par des Etats tiers n’est pas forcément une marque de respect ou de considération.

Un Marocain souhaite se rendre dans un pays Schengen, il doit donc demander un visa. Jusque-là, la chose est normale, mais de quel droit, au nom de quelle morale, le consul du pays en question refuserait-il de le recevoir dans ses murs, discuter avec lui, recueillir ses documents ? De quel droit ce pays accorde à un tiers privé, spécialiste de la collecte de données et donc de leur conservation (malgré les politiques de confidentialité, utiles à lire…) la possibilité de recevoir ce citoyen et de garder son passeport pour une durée indéterminée, le privant de voyage urgent ou imprévu, le cas échéant ? Selon quelle vertu et quelle logique ces pays et ces sociétés s’arrogent-elles le droit de diviser les demandeurs en VIP et non VIP ?

Après être considérés systématiquement « suspects » avant d’entrer à Schengen, voilà les Marocains « persona non grata » même dans les consulats des pays concernés ! Et notre diplomatie qui regarde cela sans broncher !!  Et si un Etat, comme aujourd’hui la France, a quelque grief contre le gouvernement marocain, il se permet de prendre l’ensemble des Marocains en otage, et notre diplomatie regarde cela, toujours sans broncher… pas plus qu’elle ne pipe mot face à cette hérésie consistant à laisser ses propres citoyens payer une société privée étrangère pour un service que l’Etat marocain pourrait procurer à ses propres citoyens, en mettant en place une structure qui accomplirait la besogne (et recruterait en passant quelques dizaines de personnes).

Et tout cela se produit au moment même où cette diplomatie nationale a décidé d’introduire un système de visa électronique, « pour faciliter l’octroi de visa aux ressortissants étrangers soumis à cette formalité », nous apprend le ministère des Affaires étrangères qui, occupé par le bien-être des étrangers, en oublie coupablement ses propres compatriotes.

Résumons : Les Marocains ne peuvent pas poser un pied en Europe sans visa, et pour obtenir ce sésame (l’expression est historiquement intéressante…) ils ne sont pas admis dans les consulats des pays où ils veulent se rendre, obligés d’aller solliciter un rendez-vous à une entreprise privée, spécialiste de la collecte de données. Puis ils attendent LA décision des consulats qui diront oui ou diront non, accorderont 15 jours ou trois ans et, dans tous les cas, conserveront les précieuses données ! Et si les sociétés de collecte des dossiers jurent leurs grands dieux de ne pas divulguer les données – et on est priés de les croire sur parole, rien de tel de la part desdits consulats.

M. Bourita, et le gouvernement auquel il appartient, devraient savoir que la grandeur d’un pays passe d’abord par la dignité de ses citoyens, et cette dignité est tributaire de la protection dont ils (et leurs données) bénéficient de la part de leurs autorités publiques. On peut attendre, on attend…

Rédigé par Aziz Boucetta sur Panora Post 



Mercredi 27 Juillet 2022


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 15 Avril 2024 - 02:25 France/Maroc, le point d’inflexion ?

Chroniqueurs invités | Lifestyle | Breaking news | Portfolio | Room | L'ODJ Podcasts - 8éme jour | Les dernières émissions de L'ODJ TV | Communiqué de presse | Santé & Bien être | Sport | Culture & Loisir | Conso & Environnement | Digital & Tech | Eco Business | Auto-moto | Formation & Emploi | Musiczone | Chroniques Vidéo | Les Chroniques Radio | Bookcase | L'ODJ Média




A mag created with Madmagz.




Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.

 




Recherche

















Revue de presse










Menu collant à droite de la page