Menu
lodj lodj
séprateur .png
lodj
Twitter
YouTube
Digital TV
LinkedIn
Facebook
Instagram
Tiktok
search








Pegasus, une affaire franco-française ?




Par Aziz Boucetta

break_time500mspegasus_1627040013.mp3 A lire ou à écouter en podcast :  (1.21 Mo)

Et subitement, les choses s’emballèrent !... Une autre enquête surgit d’un autre consortium journalistique, braqué cette fois sur l’affaire NSO, du nom de cette entreprise israélienne qui fabrique des logiciels espions, dont Pegasus. La France apprend qu’elle est lourdement espionnée, qui plus est par un pays supposé allié et fortement exotique, le Maroc. Tout du bon roman de l’été, règlement de comptes avec le mystérieux NSO, mise au pilori du turbulent Maroc, et heureuse diversion sur le pass sanitaire qui ne passe pas. Mais à examiner l’affaire de plus près…
 

Les faits. 50.000 numéros de téléphones sont « sélectionnés » par la quarantaine de pays clients de NSO. Le consortium Forbidden Stories (FS), composé entre autres des journaux Le Monde, The Guardian, The Washington Post révèle que le Maroc, entre autres pays, espionnerait des dizaines de numéros de téléphones de dignitaires français, président de la République et premier ministre compris, et aussi algériens (6.000 numéros), et même marocains (dont celui du roi et de sa famille). D’où déferlement immédiat d’infos, d’analyses, de commentaires, voire d’accusations, du Maroc. Lequel dément formellement tout usage de Pegasus et saisit la justice au Maroc et en France contre tout accusateur qui ne produirait pas de preuve.


Les « anomalies ». Comment les journalistes de Forbidden Stories ont-ils identifié les noms correspondant aux numéros ? Réponse de Sandrine Rigaux, rédactrice en chef de FS : « Le Projet Pegasus commence par une fuite de données, une fuite massive de 50.000 numéros de téléphone auxquels on a accès avec Amnesty International »… Elle ne dit pas comment ces numéro, détenus par de très hautes personnalités et vraisemblablement très protégés, ont « fuité ». Puis, comment identifier les identités des personnalités ? Réponse de la même : « Il existe des bases de données, qu’on a croisé avec notre liste de 50.000 numéros ». Comment de tels numéros peuvent-ils donc figurer sur ces « bases de données » ? Il est permis de douter de cela.


Les interrogations. Plusieurs faits paraissent étranges… En premier, donc, la capacité d’Amnesty et de FS d’identifier les numéros de tous ces dirigeants (chefs d’Etat, services de sécurité…) ; Il est évident que sans assistance, l’identification serait impossible. Reste à répondre à cette question du « qui » a assisté, lequel ne peut être étranger au renseignement.


Un premier élément de réponse est apporté par le ministre des Affaires étrangères Nasser Bourita, dans son interview à Jeune Afrique : « Une force de frappe médiatique considérable mobilisée, y compris dans le service public d’un pays en particulier ». On a constaté le traitement de cette affaire par toutes les chaînes du service public… français (RFI, France24, France5, France Culture…), et le service public français, comme tous les services publics dans le monde, n’agit pas contre les intérêts de son Etat.


Il serait raisonnable de penser que de la même manière que journalistes et analystes français imputent une forte collusion entre la sécurité et le politique au Maroc, cette « proximité » existe aussi en France, ce qui est même probable, comme partout ailleurs dans le monde. Mais c’est le service public français (et non les autres grands journaux de FS, qui ont traité du Maroc à égalité avec les autres pays) qui s’est déchaîné, service public dépendant du politique, et donc du sécuritaire.


Quel intérêt aurait dès lors le renseignement français à tenter cette vaste manœuvre de déstabilisation du Maroc ? L’Afrique... 2021 a sonné comme la fin de la Françafrique, militaire, sécuritaire et monétaire, suite au retrait annoncé du Mali, des relations très tendues avec le Gabon et la Centrafrique, et des liens fragilisés avec la Côte-d’Ivoire, la Guinée et le Sénégal, en attendant les problèmes avec le Tchad et le Niger, chacun des deux pays pour des raisons propres à lui. Et la fin de la Françafrique, donc, doit avoir un coût, en l’occurrence la grogne des militaires (qui s’additionnent à celle des sécuritaires), exprimée tantôt dans des tribunes médiatiques, tantôt par le mystérieux départ du général Lecointre de la tête de l’état-major des armées juste après l’annonce de la fin de Barkhane au Sahel, tantôt par un Conseil de défense en forme de règlement de comptes…


Le monde actuel est remodelé selon une configuration de superpuissances (Etats-Unis et Chine), de grandes puissances (Russie, France, Royaume-Uni,…) et de puissances régionales qui émergent sur le plan géopolitique. Le Maroc est l’une d’elles, en Afrique occidentale d’abord, sur l’ensemble du continent ensuite. Son récent et spectaculaire rapprochement avec l’axe Washington-Londres-Tel Aviv est de nature à bousculer les confortables équilibres africains d’antan.


Il est évident que la France en particulier et l’Europe en général ont quelque difficulté à admettre cette nouvelle donne, celle d’une Afrique plus mature qui rejette les discours d’antan et les dominations économiques passées. Et pour cela, tout est permis. Pour le cas du Maroc, après l’Allemagne qui saisit le Conseil de sécurité et l’Espagne qui s’arcboute à l’Europe pour soumettre le royaume, voici venu le tour de la France d’abattre ses cartes, clairement, limpidement.


Il faudra en tenir compte à l’avenir, comme le dit le chef de la diplomatie marocaine.


Rédigé par Aziz Boucetta sur https://panorapost.com




Vendredi 23 Juillet 2021


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 16 Mai 2022 - 00:51 Cynisme et euphorie de Washington

Chroniqueurs invités | Coup de cœur



Magazine créé avec Madmagz.






Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.

 

Inscription à la newsletter

Plus d'informations sur cette page : https://www.lodj.ma/CGU_a46.html














L’ODJ : Invitation à collaboration & contribution


Chèr Monsieur, Chère Madame

Je suis le Web Master de L'ODJ Média,

j’ai le plaisir de superviser le nouveau média “L’ODJ” pour le groupe de presse Arrissala 
 

L’ODJ est un bouquet de publication en format presse numérique : (7)
 

Nous lire : Portail Web   & Magazine mensuel

Nous écouter : Web Radio   & Portail Radio   & APP Mobile

Nous voir : Web TV    & Portail vidéos replay   & Youtube

Nous suivre : Instagram   / FaceBook    / TiK To  K / Linkedin   / Twitter

 

“L’ODJ” c'est quoi ?: « L’opinion des jeunes » de 7 à 77 ans 

 

L’esprit : Faire revivre l’esprit de l’Opinion Des Jeunes, sans nostalgie aucune, ni c'était mieux avant,  mais bien pour la nouvelle génération connectée avide de plus de liberté responsable, de changement durable, d'horizon positif, d'avenir partagé, d'ouverture soutenue et de culture sans modération.
 

Le Bouquet L'ODJ n'est pas un simple canal d'actualités ou d'informations en continu, mais un bouquet multimédia et multi-canal pour du contenu à l’ordre du jour.

 

Contenu : À travers des articles, des podcasts, des vidéos, des émissions Web TV, notre couverture médiatique cible des thématiques qui intéressent la jeunesse marocaine (Bien être, Santé, Culture, Environnement, Digital, Economie, Politique, Sport, Lifestyle, Musiques  .....), sans pour autant être dans l'information éphémère ni soumis à la dictature de l'actualité immédiate.

 

Soit, une actualité durable qui ne suit d'autre ligne que la volonté d'éclairer et d'approfondir les enjeux d'un monde, devenu plus complexe et parfois difficilement compréhensible.
 

L’ouverture (liberté et responsabilité): Le challenge et la réussite du projet restent, avant tout, l’ouverture vers les internautes (propositions en ligne), des partenariats Win Win, et des chroniqueurs invités à travers essentiellement trois rubriques :
 

Quartier libre : https://www.lodj.ma/Quartier-libre_r4.html   
 

Chroniqueurs invités : https://www.lodj.ma/Chroniqueurs-invites_r20.html   
 

Coup de cœur : https://www.lodj.ma/Coup-de-coeur_r11.html  



Partager ce site