L'ODJ Média




Politique sans éthique n’est que ruine de l’Homme…


Le Maroc est dans la ligne de mire de l’Europe. Officiellement pour diverses raisons, et en vrac pour la corruption, l’espionnage, les libertés… Mais réellement, pour cause de souverainisme mal accepté en Europe de la part d’un pays petit qui ambitionne de devenir grand.



Par Aziz Boucetta

Le Maroc, aspirant grand, doit s’en donner les moyens, tant il est vrai que le respect ne se donne pas, il s’arrache par l’action résolue de ses dirigeants ou se mérite par leur comportement exemplaire.

Hier, lors de la séance de clôture du parlement marocain, une image devait être retenue. La présence à la tribune de la présidence, au perchoir comme on l’appelle sous d’autres cieux, d’un personnage qui défraie la chronique. Son nom, éthiquement et professionnellement, ne doit pas être cité car il n’est pas poursuivi par la justice du pays. Et c’est peut-être là le problème.

Mais son nom est, en revanche, abondamment prononcé par des avocats et des journalistes, pour d’autres affaires passées sans être résolues. Mohamed Boudrika, car c’est de lui qu’il s’agit, occupa l’éminente et très importante et aussi prestigieuse fonction de président du tout aussi prestigieux Raja de Casablanca, fit l’objet à ce titre d’un audit pour multiples indélicatesses dans la gestion du club, est accusé par les uns et par les autres, beaucoup d’autres, de signer des chèques à tour de bras dont on ne connaît pas l’origine des provisions, ou qu’on ne cherche pas à connaître. Selon les avocats, les juges se sont déclarés « incompétents », au sens judiciaire du terme bien évidemment…

M. Boudrika est depuis 2021 membre du Bureau de la Chambre des représentants, il en est l’un des secrétaires, fonction éminente et centrale au sein du Bureau. Il est donc député et dépositaire à ce titre d’une partie de la souveraineté populaire, et il est également président de l’arrondissement Mers-Sultan de la ville de Casablanca. M. Boudrika est membre du Bureau directeur de la Fédération royale marocaine de football (FRMF). M. Boudrika est assurément un homme important.

M. Boudrika, du haut de ses 39 printemps fleuris, est donc très connu au Maroc, des fans de football, des Casablancais, des « militants » du RNI (dont il est membre et coordinateur dans son arrondissement de Casablanca)… et des juges. Le nombre d’affaires où il est cité est proprement effarant, et la dernière en date n’est pas (encore) judiciaire, et se rapporte au désormais fameux mais déjà presqu’enterré scandale de la revente des billets du Mondial de Qatar. En un mot, Mohamed Boudrika, moins que moyen en politique, renvoie une image pas très flatteuse.

Selon plusieurs médias, le député, président, dirigeant et secrétaire Mohamed Boudrika aurait été privé de la présidence tournante de la Chambre des représentants pour le mois de janvier. Pour quelle raison ? Les mêmes médias font le lien avec les déclarations au bazooka du patron du foot marocain sur la future et imminente « déchéance footbalistique...» et éventuelles poursuites judiciaires contre les membres de la FRMF qui auraient trempé dans l’affaire qatarie. Pas de démenti de M. Boudrika, ni de son président à la Chambre Rachid Talbi Alami, lequel ne semblait pourtant pas embarrassé de l’avoir à ses côtés lors de la très solennelle séance de clôture de la session d’automne de ladite Chambre, cette semaine (photo).

Le président Talbi Alami, durant cette séance, a prononcé un discours plein de fraîcheur en empli d’ardeur où il est revenu sur la récente et il est vrai fort agressive résolution du parlement européen à l’endroit du Maroc. Il a décrit avec émotion la qualité de nos institutions, parlement, justice et autres. Il a pourfendu l’hostilité des Européens à l’encontre du royaume et il a vibré de passion en défendant les « institutions, mécanismes et législations qui garantissent les droits de l’Homme », les droits tout court et le droit plus généralement (applaudissements).

C’est beau et c’est grand, mais cela serait encore plus beau et bien plus éminent de procéder à un nettoyage des écuries d’Augias, en suspendant les nombreux élus poursuivis par « la justice indépendante dont la compétence, l’aptitude, et le courage sont reconnus », en privant de leurs privilèges ceux qui sont ne serait-ce que convaincus d’indélicatesses, voire de crimes, et il y en a.

Quant à la justice, elle est certes indépendante mais elle dispose aussi d'une hiérarchie qui est comptable moralement devant l'opinion publique avant de l'être devant elle-même, et cette hiérarchie serait grandie de veiller et de surveiller ce que font, ou ne font pas, certains juges.

Se faire respecter par les autres implique de se respecter soi-même et de respecter les électeurs. Et le respect impose l’intégrité de tous et la fermeté contre tous, la rigueur en toute chose et la justice partout. Autrement dit, savoir être ferme et ne surtout pas la fermer. Contrevenir à cela dessert le royaume et sert d’argument à ceux qui voudraient l’attaquer et veulent l’accabler, en plus de réduire la confiance des Marocains dans leurs propres institutions.

Or, en tardant dans son enquête sur la billetterie de Qatar, le président de la FRMF Fouzi Lekjaa ne sert pas la grandeur de nos institutions, tant louée par Rachid Talbi Alami qui devrait appliquer à la Chambre qu’il préside les somptueux principes qu’il a énoncés dans son discours. Ces deux hauts personnages de l’Etat, engagés sans doute avec sincérité dans la défense de leur pays, devraient savoir que comme science sans conscience n’est que ruine de l’âme, la politique sans l’éthique n’est que ruine de l’Homme, et de la réputation de ce pays qu’ils disent porter dans leur cœur.

Un pays qui, si les choses ne sont pas reprises en main, risque de partir à la « dérive », pour reprendre le terme employé à propos du royaume par le vénérable magazine britannique The Economist, pourtant peu suspect d’antimarocanisme primaire.

Rédigé par Aziz Boucetta sur Panorapost 



Jeudi 9 Février 2023

Chroniqueurs invités | Lifestyle | Breaking news | Portfolio | Room | L'ODJ Podcasts - 8éme jour | Les dernières émissions de L'ODJ TV | Communiqué de presse | Santé & Bien être | Sport | Culture & Loisir | Conso & Environnement | Digital & Tech | Eco Business | Auto-moto | Musiczone | Chroniques Vidéo | Les Chroniques Radio | Bookcase | L'ODJ Média | Last Conférences & Reportages



Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.

 


















Revue de presse