L'ODJ Média




Pour la CAN 25 et le Mondial 30, les maires auront un rôle crucial


Le Maroc, on le sait, organise donc la CAN 2025 et coorganise le Mondial 2030. Il n’a pas reçu la plus importante compétition sportive africaine depuis plus d’un tiers de siècle et accueillir un Mondial, même avec d’autres, sur son sol nécessite bien plus que des stades, des routes ou des autoroutes, des ports et des aéroports. Il faut une gestion des flux humains, une véritable adhésion citoyenne et pour cela, les villes choisies seront au premier rang des responsabilités.



A lire ou à écouter en podcast :


Par Aziz Boucetta

On se souvient que quand la Chine accueillait les Jeux Olympiques en 2008, des consignes avaient été données aux résidents de Pékin pour se départir de certaines de leurs habitudes, en l’occurrence le crachat en public et le « bikini de Pékin », cet usage que les habitants de la capitale avaient de remonter par grandes chaleurs leurs t-shirts sur le ventre. Les autorités chinoises appelaient cela des comportements « non civilisés ».

Au Maroc, la population a bien des mérites, dont la solidarité et le patriotisme ne sont pas les moindres. Les Marocains l’ont prouvé en 2011 par leur attachement à leurs institutions et par leur colère retenue contre le reste, puis lors de la crise Covid et aussi pendant le Mondial de Qatar et, tout récemment, dans cette extraordinaire mobilisation suite au séisme qui a endommagé tant de nos douars et ravagé tant d’existences.

Mais cela n’est pas suffisant pour réussir un Mondial, cette compétition à l’organisation de laquelle nous aspirons depuis une trentaine d’années.

Pour ce genre d’évènement, le civisme des populations est aussi important que la qualité des installations. Et le civisme, c’est savoir respecter les lois, s’approprier un espace urbain ou rural, ne pas salir, ne pas démolir, être respectueux des autres, attendre son tour, payer ses impôts… en un mot comme en cent, être citoyen.

Comment devient-on citoyen dans un pays comme le Maroc ? Dans ce royaume millénaire et anciennement et traditionnellement rural, l’urbanité diffère selon le sens du mot ; si l’urbanité au sens de politesse et de courtoisie est présente et est même une caractéristique de nos compatriotes, l’urbanité dans son acceptation du caractère citadin reste à acquérir. Comment donc deviendrait-on un vrai citoyen ? En s’appropriant l’espace citadin, et en s’identifiant à ses édiles, ses élus locaux, ses maires.

Un(e) maire est en effet la personne qui détient l’autorité administrative dans une ville, petite, moyenne ou grande. Il connaît ses administrés, il sait leurs problèmes, il vit sa ville et dans sa ville. Etre maire est une véritable vocation, voire une passion ; c’est une activité à plein temps. Un(e) maire sillonne sa ville, ordonne les réparations et imagine les améliorations, il est le recours en cas de problèmes individuels ou collectifs.


On se...rappelle de New York, ce 11 septembre, où le maire Rudy Giuliani avait été désigné de maire de l’Amérique (il a eu une suite de carrière plus chaotique quand il s’est approché de la présidence…). On se souvient aussi que lors de la crise des gilets jaunes en France, le président Macron n’avait trouvé d’autres recours que les maires, au-devant desquels il était parti, avec lesquels il avait discuté longuement… pour que le mouvement de rébellion s’atténue.


L’origine du mot maire vient du latin « mayor », ou « plus grand ». Cet élu est l’incarnation de sa ville alors même que le gouverneur est celle de l’Etat ; or ici, sur nos terres, les citoyens, globalement, ont davantage affaire au maire qu’au gouverneur, en charge des missions régaliennes de l’Etat. Au Maroc, bien malheureusement, le gouverneur (et même l’Etat) supplante bien souvent, trop souvent même, les présidents de communes, ou maires, lesquels font toujours pâle figure (quand figure il y a) lors d’un événement international, à Marrakech, à Fès, à Casablanca, à Tanger, ailleurs…

 

Écoutez Les podcasts de Aziz Boucetta
Écoutez Les podcasts de Aziz Boucetta
Et pour nos partis politiques, les maires « nommés » sont dans la plupart des cas des cadres militants ou opportunistes, récompensés pour leur action partisane, et aussi pour leur générosité, en obtenant le fauteuil de président de commune… quand ce n’est pas pour faire bien dans la question de la parité et de l’égalité, en désignant des femmes à des fonctions de maires qui, manifestement, les dépassent.

Mais qui connaît ces maires « nommés » ? Quelle autorité détiennent-ils ? S’identifient-ils vraiment à leur ville ? C’est dans l’action du maire et avec sa personnalité que les citoyens se reconnaissent dans leur cité, la défendent, la protègent, en prennent soin. C’est par l’action du maire que nos villes seront plus propres, plus sûres, plus vivables.

Il appartient donc à nos partis politiques d’en prendre la mesure, et de choisir les candidats aux mairies parmi leurs responsables qui ont fait carrière dans ces villes, qui détiennent une autorité que personne ne leur conteste, qui incarnent leurs cités et qui exercent positivement, inlassablement, efficacement, leur autorité municipale.

Il semblerait que ce soit ainsi que le Maroc devrait se préparer les compétitions à venir et à se préparer à recevoir le public africain de football et les spectateurs et touristes qui viendront dans nos villes en 2030. Les milles détails à régler, ce sont les maires, les sites à développer, ce sont aussi les maires, la sensibilisation des citoyens, ce sont encore et toujours les maires.

Espérons que nos partis le comprennent, espérons que les gens de bonne volonté et de grande expérience s’y engagent. Et surtout, avant tout, espérons qu’après 5 années de « non-politique », les citoyens s’engageront encore dans l’opération électorale.
 

Rédigé par Aziz Boucetta sur Panorapost



Jeudi 12 Octobre 2023


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 15 Avril 2024 - 02:25 France/Maroc, le point d’inflexion ?

Chroniqueurs invités | Lifestyle | Breaking news | Portfolio | Room | L'ODJ Podcasts - 8éme jour | Les dernières émissions de L'ODJ TV | Communiqué de presse | Santé & Bien être | Sport | Culture & Loisir | Conso & Environnement | Digital & Tech | Eco Business | Auto-moto | Formation & Emploi | Musiczone | Chroniques Vidéo | Les Chroniques Radio | Bookcase | L'ODJ Média




A mag created with Madmagz.




Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.

 




Recherche

















Revue de presse










Menu collant à droite de la page