Menu
lodj lodj
séprateur .png
lodj
Twitter
YouTube
Digital TV
LinkedIn
Facebook
Instagram
Tiktok
search








Que cherche vraiment Nasser Bourita ?




Par Aziz Boucetta

que_cherche_vraiment_nasser_bourita.mp3 A lire ou à écouter en podcast :  (4.3 Mo)

Il est toujours difficile de se sentir cerné par des gens qui ne vous veulent pas forcément du bien. Et le sentiment est d’autant plus exacerbé quand il s’agit d’un pays, le nôtre en l’occurrence. Ce qui se produit actuellement avec l’Espagne devient préoccupant, voire inquiétant. Quelque chose a mal tourné, ici ou chez le voisin du nord…
 

Le 10 décembre 2020 est un tournant. Ce jour-là, suite à des années de négociations et de marchandages, de tractations et de calculs politiques de toutes natures, les Etats-Unis de Donald Trump avaient reconnu la souveraineté marocaine sur l’ensemble de son territoire. Deux événements se sont greffés à cet épisode, l’un visible, et c’est la reprise des relations entre le Maroc et Israël, et l’autre imperceptible… Il s’agit du profond rejet de cette décision par notre voisinage immédiat.
 

Si, pour les Algériens, les choses sont naturelles car naturellement hostiles, avec les Espagnols, il en va différemment. Un temps divisée autour de la colère du Maroc suite à l’hospitalisation de Brahim Ghali, la classe politique espagnole s’est finalement réunifiée et, mobilisée, elle a su fédérer le parlement européen contre le Maroc. On peut crier victoire autant que l’on veut, cela relève de Coué plus que d’une politique cohérente et rationnelle.
 

Le Maroc ne nous a pas habitués à cette rugosité diplomatique. Bien au contraire, le comportement « oulad nass » est ce qui nous a toujours caractérisés. Nous nous en éloignons… et nous ne nous reconnaissons plus. En 2002, et au plus fort de la crise de l’îlot Laila, quand l’Espagne de Jose Maria Aznar nous avait attaqués avec son armada en formation, le Maroc avait su raison garder, lançant plus tard sa politique de Tanger Med, dont on a pu voir les résultats plus que positifs.
 

Certes, comme le dit Nasser Bourita, le Maroc d’aujourd’hui n’est pas celui d’hier, mais le Maroc d’aujourd’hui n’est pas non plus celui de demain, et beaucoup de choses restent à faire. Le ministre des Affaires étrangères devrait ravaler sa hargne et rengainer ses armes, agir comme un homme d’Etat et non comme un homme dans tous ses états.
 

Alors que les Américains soufflent le chaud et le froid, nous restons dans le show. Alors que l’Espagne et l’Union européenne font globalement cause commune contre nous, nous restons dans l’invective. Et le « nous » signifie la diplomatie nationale. Les actes sont-ils bien calculés ? Les conséquences ont-elles été bien mesurées ? Connaissons-nous vraiment le jeu des Américains ? Où en sommes-nous avec la Chine et la Russie, avec l’Afrique et le monde arabe ? Quel est le rôle des Français ?
 

Une grande bascule géopolitique se produit à nos portes. La France se retire du Sahel, ou du moins y réduit sa présence, les Américains ont l’intention affichée de venir en Afrique, mais à leurs conditions, les Anglais aussi, après avoir claqué la porte de l’Europe, les Algériens se rapprochent des Espagnols, lesquels se dissimulent derrière l’UE et aussi l’OTAN, dont ils reçoivent le sommet en 2022.
 

Notre diplomatie s’insère dans ce jeu mondial et régional, mais sans un mot d’explication. Alors elle devrait savoir ceci : aucune nation ne sera jamais respectée par les autres tant qu’elle n’accorde aucune importance à son opinion intérieure (à moins d’être une grande puissance militaire, à l’autocratie assumée, comme la Russie ou la Chine, et ce que le Maroc n’est pas). Bouder l’Allemagne et botter l’Espagne est sûrement une bonne chose pour notre ego, pour notre aura internationale et, oui, nous avons parfaitement les moyens de le faire car nous avons des leviers de puissance et de négociation.
 

Mais ouvrir plusieurs fronts, simultanément, sans expliquer, en attaquant sans cesse, en usant de mots parfois inappropriés, en ignorant superbement l’opinion intérieure, en arguant bruyamment du soutien d’obscurs inconnus européens ou de parlements aussi éloignés qu’insignifiants est une erreur… Contourner l’Epagne pour l’opération Marhaba n’est pas l’idée du siècle, et voilà qui mènera notre diplomatie à une possible défaite d’image, peut-être plus.
 

On peut comprendre qu’un pays se défende et protège ses intérêts. Mais dès lors qu’il devient inutilement agressif, même s’il dispose de bien des atouts, il doit s‘attendre à une très forte réplique. En avons-nous les moyens ? Chacun répondra à sa manière.
 

Rédigé par Aziz Boucetta sur https://panorapost.com




Jeudi 17 Juin 2021


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 16 Mai 2022 - 00:51 Cynisme et euphorie de Washington

Chroniqueurs invités | Coup de cœur



Magazine créé avec Madmagz.






Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.