Menu


Sommes-nous différents face au stress ?


Aujourd’hui, le mot stress est rentré dans notre langage courant quelque soit notre âge ou notre sexe. Lorsque l’on se plaint de stress, il est nécessaire de découvrir la signification que l’on donne à cet état émotif.



Par Sanaa Mikou

Le stress c’est la vie
‘Stress’ en anglais signifie tension. C’est une réponse de notre organisme face à un événement qui le perturbe. Le stress n’est pas une émotion mais une réponse en cascade du corps tout entier face à un danger réel ou supposé.

Le rôle du stress est d’assurer la survie et de nous préparer à l’action. Le bon stress ou eustress permet de rester vigilent et augmente notre efficacité. Nos  capacités d’adaptation aux situations nouvelles ainsi que nos capacités de récupération sont alors excellentes.

Le stress peut être à l’origine d’émotions désagréables comme la peur et l’anxiété. Si celles-ci s’installent dans le temps cela mène vers un état de stress négatif. En effet, lorsque nous abusons de ce mécanisme d’adaptation, nous vivons le déstress ou stress négatif. Celui-ci génère des perturbations, des tension et même de l’épuisement : cet état de tension engendre un dérèglement du comportement et altère nos relations avec notre entourage.

Agir sur le stress

Lorsque nous comprenons  le problème cela nous permet de mieux le résoudre. Agir sur le stress commence par une analyse de la situation vécue.

Nous aidons la personne à décrire avec précision les manifestations fonctionnelles principales (tensions musculaires, maux de tête, palpitations, douleurs lombaires…) associées à cet état, les réactions émotionnelles principales (ce qu’elle ressent,  irritabilité, colère, angoisse, découragement, sentiment d’urgence….) , les habitudes toxiques et leurs conséquences sur ses résultats. 

Ce travail préliminaire lui permet  de prendre conscience qu’elle est stressée. Nous continuons à lui faire explorer les conditions qui provoquent chez elle le stress: il peut s’agir du contexte social ou familial, de stresseurs aigus ou chroniques et répétitif ou bien la personne elle-même selon sa nature plutôt émotive, anxieuse ou colérique.

A vous de jouer! Comment je sais que je suis stressé(e) ? Qu’est ce qui déclenche mon état de stress ? Quels sont mes points de fragilité?

En effet, nous ne stressons pas tous pour les mêmes choses. Au cours de mes entretiens de coaching le  mot  stress est souvent associé à tous types de mal être : fatigue, mal de vivre, mal de tête, mal dans sa peau, angoisse, épuisement, excitation, agressivité, pression, « être dans la lune », difficulté de se concentrer, sommeil perturbé….

Le stressé prétend ne pas pouvoir agir : je n’arrive pas à gérer mon temps, je ne suis pas à la hauteur, je vais droit à l’échec…Il perçoit que ce que l’on attend de lui dépasse ses ressources et ses capacités, il n’y a pas d’espoir ou bien qu’il ne mérite pas de réussir.   

D’autre part l’état de stress dépend de l’émotivité naturelle de chaque personne. Chez les nouveau-nés  nous pouvons déjà constaté les différences qui existe au niveau des comportements et des émotions : certains sont calmes, d’autres pleurent, d’autres s’agitent….

Comment se libérer du stress ?

Il est autant utile pour les adultes que pour les plus jeunes de développer des capacités qui permettent de dépasser leur état de stress. Il n’y a pas de méthode miracle. Chaque personne selon sa sensibilité peut toujours compenser le stress  en changeant certaines habitudes et en acquérant  de nouvelles aptitudes pour ne pas l’aggraver.

Il s’agit là d’un véritable entraînement. Je vais vous citer de façon non exhaustive quelques outils.

1-Commencer par prendre conscience que vous êtes stressé puis  croire que vous pouvez changer votre état de stress et que cela ne dépend  que de vous.

2-Développer son intelligence émotionnelle : les variations émotionnelles sont source de stress. Il existe un lien étroit entre nos pensées, nos émotions et nos comportements. Modifier nos habitudes de penser, car ce qui nous passe par l’esprit est étroitement lié à notre état de stress. Orienter nos pensées vers ce qui est positif au lieu de les orienter vers nos craintes. Notre corps joue le rôle de caisse de résonance de nos pensées; les images produites dans notre cerveau se répercutent instantanément dans nos muscles et nos organes ce qui  entraîne des tensions musculaires excessives et des perturbations de nos rythmes biologiques. Savoir repérer nos émotions et ressentis et avoir des comportements adaptés à celles-ci.

3-Apprendre un comportement nouveau incompatible avec le stress. Si j’apprends à me relaxer, je ne peux pas en même temps être tendu: il a été prouvé scientifiquement que la relaxation agit directement sur l’état de stress. C’est une méthode qui consiste à détendre l’ensemble du corps particulièrement les muscles et provoque une précieuse mise au repos du mental.

4-La plupart des gens stressés ont du mal à vivre « ici et maintenant »: il est important de comprendre que le passé est passé et que le futur ne nous appartient pas et n’est pas encore là. Ce qui est essentiel c’est le moment présent. La puissance de « l’ici et le maintenant » peut être expérimentée en focalisant toute notre attention sur ce que nous faisons au moment où nous sommes, on laisse venir et partir nos pensées sans porter aucun jugement et on ramène notre attention sur notre respiration. Ce qui aide à se détendre et à contrôler son esprit.

5-Faire une seule tâche à la fois permet de se concentrer seulement sur une activité en cours; ce qui permet un gain de temps, une plus grande efficacité et de rester calme.

6-Avoir un (des)objectif(s) réalistes dans les différents secteurs de sa vie (enfants, couple, travail, parents, famille en général, amis, loisirs, formation, spiritualité, santé…) définir des priorités et mettre en place un plan d’action .

7-Lâcher prise et ne plus chercher à tout contrôler en apprenant à s’ouvrir et à accueillir l’imprévu.

8-Apprendre l’art de rester calme, écouter de la musique apaisante, faire de la place au silence. Pratiquer le jogging, le yoga et avoir le sens de l’humour : ne pas se prendre trop au sérieux, « Le rire, comme les essuie-glaces, permet d’avancer même s’il n’arrête pas la pluie.»

Rédigé par Sanaa Mikou sur Coaching News

Lundi 6 Juin 2022



Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 30 Juin 2022 - 01:45 C’est bon… je démissionne !

Les émissions de L'ODJ TV | L'ODJ Room | Revue de presse | L'ODJ Podcasts | L'ODJ Lifestyle | Communiqué de presse | Sport | Breaking news | Quartier libre | Santé & Bien être | Culture & Loisir | Conso & Environnement | Recettes de cuisine | MOOC & Webinaire | Vidéo Replay | Digital & Tech | Musiczone | L'ODJ Média | Magazine | Small Business | Home sweet Home | Auto-moto | EduWhatsUp



Magazine créé avec Madmagz.