L'ODJ Média




« الأولى لعفو، و الثانية لعفو، و الثالثة عليها نتناتفو »


S’il est une chose dont ce gouvernement manque, c’est bien l’exemplarité. On ne peut dire moralité ou intégrité, mais l’exemplarité lui manque assurément, oui. Bien des bruits circulent, bien des rumeurs enflent, et en l’absence de toute réaction, tout cela se confirme et la bonne tenue de l’ensemble vient à en souffrir.



Par Aziz Boucetta

Il n’est pas anormal pour un gouvernement que de telles choses adviennent, mais en période de crise généralisée, d’inflation mal maîtrisée, de classes sociales marginalisées, et même démonétisées, cela fait désordre.

Un an et demi après son installation, et trois ans et demi encore avant son départ, on ne peut que s’interroger sur les raisons qui font de ce gouvernement, chef et membres, un ensemble taiseux, qui aligne des chiffres toujours optimistes, affiche sa satisfaction éternelle, dans le déni de la réalité sociale. Les gens protestent vigoureusement, les vidéos pullulent dangereusement, rien n’y fait, le gouvernement demeure droit dans ses bottes, et « tout va bien, Madame la Marquise » comme on dit sous d’autres cieux.

Et les problèmes s’amoncellent les uns sur les autres, les doutes se multiplient, les questions fusent et pas de réponse, sauf des déclarations de type Coué qui ne convainquent semble-t-il que leurs auteurs. Et encore…

On attend toujours les résultats des enquêtes pour forfaiture concernant les tickets du Mondial du Qatar, depuis que le président de la Fédération de football avait affirmé détenir les éléments qui, dans l’intervalle, auraient ou disparu ou s’étant avérés non suffisants. Bon, on peut le croire, mais deux mois pour une enquête, cela fait un peu long tout de même, même pour les plus crédules.

On a connu un examen pour l’accès à la profession d’avocats qui aurait gagné à être irréprochables. Las, les reproches avaient fusé. Rien ne le prouve certes, mais tout le monde aurait gagné à ce que des preuves d’intégrité de l’examen fussent apportées. Et que pensez-vous qu’il arriva ? Rien, hors l’arrogance du ministre concerné, le silence de ses collègues, l’inconsistance de l’opposition et la complaisance de cette institution chargée de contrôler l’action gouvernementale, appelée parlement.

Les prix des denrées alimentaires ont flambé, subitement, brutalement, dangereusement, sans que le gouvernement n’en assume sérieusement la responsabilité. Tantôt, c’est la faute à la sécheresse passée tantôt au grand froid présent, et parfois, ce sont les spéculateurs.

Ce n’est jamais la faute au gouvernement, supposé gouverner....Quant aux augmentations des prix de la viande, viendra un jour où les doutes seront levés, les voiles aussi et les vrais responsables connus, à défaut d’être traduits devant la justice, avec la douce compagnie de leurs protecteurs.

Et voilà qu’on en arrive à des choses inimaginables pour et dans un pays comme le Maroc. Selon des informations non publiques et encore moins confirmées, mais avec de solides soupçons révélés par le vénérable Wall Street Journal (WSJ), il semblerait que certaines gens au Maroc importent du diesel russe à vil prix et le réexportent en jouant sur les certificats d’origine. Cela a fait l’objet de la question d’un parlementaire à la ministre de l’Economie, mais pas de réponse connue. Le WSJ a interrogé le gouvernement marocain, se heurtant au silence habituel.

Tout cela pris séparément reste un détail, mais dans son ensemble, cela fait beaucoup, et plus le gouvernement et son chef se taisent, plus la colère monte. Un dicton marocain bien connu dit que «  الأولى لعفو، و الثانية لعفو، و الثالثة عليها نتناتفو », en gros une fois ça va, deux fois ça va, trois fois bonjour les dégâts. 

Aziz Akhannouch est-il conscient qu’il endosse la responsabilité de tout cela, et qu’en sa qualité d’ancien pétrolier (insistons sur le mot « ancien », quand même…), il prête le flanc à des critiques que seule l’épaisseur d’un trait sépare d’accusations ? Croit-il vraiment que son succès électoral, à supposer que c’en soit véritablement un, le prémunit contre la gronde de la population exposée à toutes ces suspicions et révélations et explosée par des prix de plus en plus élevés ?

Le problème avec ce gouvernement, du moins dans sa frange politique, est qu’il croit qu’il a été bien et très largement élu, qu’il est convaincu de son triomphe électoral, et donc de l'impunité qui va avec. Fort bien, alors de deux choses l’une, soit c’est le cas et les électeurs sont bien mal payés en retour, demandant des résultats et ne recevant que des camouflets, soit ce n’est pas vrai, si l’on considère un certain nombre de paramètres que les connaisseurs connaissent, et alors ce gouvernement prend le risque de s’engager sur une pente dangereuse et d’y entraîner le pays.

Le Maroc, sa jeunesse, sa modernité, sa ruralité, ses entreprises et ses ambitions « méritent mieux », comme disait le slogan du RNI, oublié depuis.

Rédigé par Aziz Boucetta sur Panorapost



Vendredi 3 Mars 2023


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 29 Mai 2024 - 10:16 Deux ministres PAM sous les projecteurs

Chroniqueurs invités | Lifestyle | Breaking news | Portfolio | Room | L'ODJ Podcasts - 8éme jour | Les dernières émissions de L'ODJ TV | Communiqué de presse | Santé & Bien être | Sport | Culture & Loisir | Conso & Environnement | Digital & Tech | Eco Business | Auto-moto | Musiczone | Chroniques Vidéo | Les Chroniques Radio | Bookcase | L'ODJ Média | Last Conférences & Reportages



Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.

 


















Revue de presse