Menu
lodj lodj
séprateur .png
lodj
Twitter
YouTube
Digital TV
LinkedIn
Facebook
Instagram
Tiktok
search








​Dakhla, prologue d’une reconnaissance pérenne




A lire ou à écouter en podcast :

​Dakhla, prologue d’une reconnaissance pérenne
dakhla,_prologue_d_une_reconnaissance_perenne.mp3 mp3  (2.31 Mo)

La symbolique est parlante : de la même manière qu’en novembre, à quelques jours de la dernière fête de l’indépendance du Maroc, nos Forces Armées Royales avaient rétabli l’autorité du Royaume sur le tronçon stratégique d’El Guerguerat, revoilà qu’un autre signal fort en faveur du parachèvement de notre intégrité territoriale vient d’être émis à la veille de la célébration hautement symbolique du 77ème anniversaire du Manifeste de l’indépendance.

Il s’agit bien entendu de l’inauguration des locaux provisoires du consulat américain de Dakhla, dimanche 10 janvier, en présence du secrétaire d’Etat adjoint pour le Proche-Orient et l’Afrique du Nord, David Schenker, immédiatement après son passage par Alger où il avait réaffirmé la reconnaissance américaine de la souveraineté du Maroc sur son Sahara, devant un parterre d’officiels algériens abasourdis. L’inauguration du Consulat américain de Dakhla fige, dans le marbre ou plutôt dans le cuivre de la plaque de cette représentation diplomatique, la reconnaissance américaine de la marocanité du Sahara. Elle balaie d’un revers les élucubrations et spéculations de ceux qui s’étaient empressés de ranger cette reconnaissance dans le chapitre des «délires messianiques» d’un Président sortant au crépuscule de son mandat.

Ce qui vient de se passer à Dakhla, au même titre que la généralisation de la carte du Maroc non tronquée du Sahara dans toutes les administrations américaines, confirme l’irréversibilité de la décision américaine. Car, au-delà de l’aspect purement diplomatique et symbolique, ce consulat, qui s’inscrit dans le cadre de l’accord tripartite signé le 22 décembre en présence de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, revêt une dimension économique aussi certaine que significative. En plus de l’enveloppe budgétaire de trois milliards de dollars, débloquée par la Banque Américaine de Développement (DFC) pour le «soutien financier et technique de projets d’investissements privés» au Maroc et en Afrique subsaharienne, s’ajoute en effet le milliard de dollars mobilisé pour le développement de l’entrepreneuriat féminin dans la région par l’intermédiaire de l’initiative «2X Women Africa», également financée par la DFC… La preuve en milliards de dollars que la reconnaissance américaine de la souveraineté du Maroc sur son Sahara est bien partie pour durer.

Rédigé par Majd EL ATOUABI le Dimanche 10 Janvier 2021 sur https://lopinion.ma



Mardi 12 Janvier 2021


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 21 Mai 2022 - 19:18 Ukraine : L’aveu

Samedi 21 Mai 2022 - 19:09 Le triangle Russie-Kazakhstan-Chine

Chroniqueurs invités | Coup de cœur



Magazine créé avec Madmagz.






Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.