Menu

​Dakhla, prologue d’une reconnaissance pérenne




A lire ou à écouter en podcast :

​Dakhla, prologue d’une reconnaissance pérenne
dakhla,_prologue_d_une_reconnaissance_perenne.mp3 mp3  (2.31 Mo)

La symbolique est parlante : de la même manière qu’en novembre, à quelques jours de la dernière fête de l’indépendance du Maroc, nos Forces Armées Royales avaient rétabli l’autorité du Royaume sur le tronçon stratégique d’El Guerguerat, revoilà qu’un autre signal fort en faveur du parachèvement de notre intégrité territoriale vient d’être émis à la veille de la célébration hautement symbolique du 77ème anniversaire du Manifeste de l’indépendance.

Il s’agit bien entendu de l’inauguration des locaux provisoires du consulat américain de Dakhla, dimanche 10 janvier, en présence du secrétaire d’Etat adjoint pour le Proche-Orient et l’Afrique du Nord, David Schenker, immédiatement après son passage par Alger où il avait réaffirmé la reconnaissance américaine de la souveraineté du Maroc sur son Sahara, devant un parterre d’officiels algériens abasourdis. L’inauguration du Consulat américain de Dakhla fige, dans le marbre ou plutôt dans le cuivre de la plaque de cette représentation diplomatique, la reconnaissance américaine de la marocanité du Sahara. Elle balaie d’un revers les élucubrations et spéculations de ceux qui s’étaient empressés de ranger cette reconnaissance dans le chapitre des «délires messianiques» d’un Président sortant au crépuscule de son mandat.

Ce qui vient de se passer à Dakhla, au même titre que la généralisation de la carte du Maroc non tronquée du Sahara dans toutes les administrations américaines, confirme l’irréversibilité de la décision américaine. Car, au-delà de l’aspect purement diplomatique et symbolique, ce consulat, qui s’inscrit dans le cadre de l’accord tripartite signé le 22 décembre en présence de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, revêt une dimension économique aussi certaine que significative. En plus de l’enveloppe budgétaire de trois milliards de dollars, débloquée par la Banque Américaine de Développement (DFC) pour le «soutien financier et technique de projets d’investissements privés» au Maroc et en Afrique subsaharienne, s’ajoute en effet le milliard de dollars mobilisé pour le développement de l’entrepreneuriat féminin dans la région par l’intermédiaire de l’initiative «2X Women Africa», également financée par la DFC… La preuve en milliards de dollars que la reconnaissance américaine de la souveraineté du Maroc sur son Sahara est bien partie pour durer.

Rédigé par Majd EL ATOUABI le Dimanche 10 Janvier 2021 sur https://lopinion.ma



Chaymae Abdallaoui


Rédigé par Chaymae Abdallaoui le Mardi 12 Janvier 2021

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 9 Avril 2021 - 16:03 Pourquoi ne parlent-ils pas, ou si peu ?



 L’ODJ dispose d’un service de streaming audio “Commentaire” pour renforcer la proximité et favoriser les interactions avec ses lecteurs.

Cher(e)s lecteurs et lectrices, vous pouvez réagir à cet article, sans avoir à écrire un commentaire,  via cette fonctionnalité en enregistrant simplement des messages d’une durée de 30 secondes.

Commencer par citer le titre de l'article et réagissez sur le contenu ou interpeller son auteur.

Envoyer votre message Audio , sous réserve de modération , il sera diffusé sur la Web radio Radio L'ODJ dans le programme dédié chaque jour à vos commentaires audios 




 

Le Bouquet L'ODJ : Web Radio    , Portail lodj.ma    , Application mobile    , Magazine Web connecté