L'ODJ Média




​L'assombrissement de la scène et l'absence d'initiatives


La Banque mondiale a aggravé la situation dans son rapport, qui a été publié au cours de la première semaine de ce mois de juin, en révélant des données et des faits qui ont approfondi les craintes de ce qui attend le monde à court et long terme. Ce qui était, et est toujours, clair est que les développements dangereux que le monde a connus et vécus au cours des derniers mois, à commencer par les répercussions de la pandémie, dont il est à noter qu'elle est revenue de plus belle, sa propagation est montée en flèche au cours des dernières semaines, se terminant par la guerre qui fait rage au cœur du vieux continent parmi les grandes puissances sur les terres ukrainiennes, des crises de plus en plus profondes ont atteint, cette fois, au point de menacer d'une grave crise alimentaire, après le blocage des voies commerciale et la perturbation des chaînes de production. Cela a provoqué d'énormes hausses des prix de nombreux produits de consommation et de services de base.

Abdallah Bekkali



Écouter le podcast en entier :


Le dernier rapport de la Banque mondiale a révélé ces craintes avec des chiffres et des statistiques, et a mis en garde contre le danger de ce qu'il a appelé la tempête économique à tous les niveaux, etc., avec une baisse du rythme de nombreuses activités.

Difficulté économique et matérielle, qui menace de fermer de nombreuses unités de production. 

Il est confirmé que certaines étapes la crise actuelle est plus  importante que ce que le monde a connu lors de la crise pétrolière de 1973, parce que cette crise était liée au pétrole seul ses fragments n'ont pas touché d'autres matériaux, contrairement à ce qui est actuellement le cas, si bien que la crise actuelle touche tous les produits énergétiques telles que le pétrole, le gaz et le charbon, sans compter la réduction importante de la production et de la commercialisation de nombreux produits de base comme les céréales, les huiles, etc., ce qui signifie que la crise pétrolière, en 1973, était quasiment isolé du reste des marchés, alors que la gravité de la crise actuelle englobe bon nombre des produits énergétiques, alimentaires et de services.

Dans les détails de ce qui était inclus dans le rapport, une des plus grandes institutions financières internationales, on constate que la détérioration significative dans tous les indicateurs économiques et sociaux, y compris que le taux d'inflation dans le monde, fin avril dernier, il atteignait 7,8%, soit une augmentation de l'un des indicateurs économiques les plus importants que l'économie mondiale n'ait connue depuis 2008, lors de la crise financière. Elle est plus élevée pour les pays à grandes  économies depuis 1982, et il est certain que cette hausse a continué au cours des deux derniers mois, car ses raisons se sont poursuivies à un rythme et une acuité accrues.

Les répercussions des évolutions que le monde a connues, et qu’il connaît, dans ces circonstances difficiles qu'il traverse, ont imposé à l'institution de la Banque mondiale de revoir ses prévisions économiques pour l'année en cours, pour révéler d'une part, que les prédictions qu'il publie à l'opinion publique ne sont pas des sciences exactes, mais plutôt ce sont presque de simples spéculations liées aux données circonstancielles dominantes, si elles ne sont pas réellement liées des calculs éloignés de l'économie elle-même. 

Dans ce contexte, la Banque mondiale retire son nouveau rapport sur le taux de croissance économique mondiale pour l'année en cours est de 4,1% qu'il avait prédit il y a quelque temps, à un taux n'excédant pas 2,9 %, après que ce taux eut connu une reprise inattendue dans les comptes de cette institution, qui paie fidèlement les résultats de ses études et attentes, et avec la présence de bataillons d'experts et des spécialistes, comme le taux de croissance de l'économie mondiale - selon la même institution - atteint fin 2021 à 5,7 %, ce qui n'était pas prévu en raison de la gravité, de la force et de la férocité des répercussions de la maudite pandémie.

La Banque mondiale n'a pas été la seule à révéler la gravité des pertes que le monde subit en raison des développements de ce dernier, et en alertant sur l'ampleur des dangers qui guettent la situation mondiale, alors que l'Organisation de coopération et de développement économique OCDE, confirme dans ses prévisions, qu'il a publiées en même temps, que le monde paiera un lourd tribut à la guerre russo-ukrainien, et que le taux de croissance de l'économie mondiale ne dépassera pas 3%, après le pari sur la capacité d’atteindre un taux de plus de 4,5%, et que le produit intérieur brut de la zone euro ne dépassera pas, cette année 2,6%, une baisse significative par rapport à ce qu'elle a réalisé à la fin de l'année précédente, dans lequel ce taux à 5,3 pour cent, cependant, le taux d'inflation dans cette région atteindra un niveau record de 8,5 %, et si l'on se rappelle le poids économique des pays de la zone euro et leur impact sur l'économie mondiale.

Nous connaissons le coût pour l'économie mondiale à cause de cela, et qu'il s'agisse de la Banque mondiale ou de l'Organisation de coopération et de développement économiques, elles rassemblent toutes deux le nouveau choc auquel le monde est actuellement confronté entraînera une inflation économique sans précédent, accompagné d'une récession économique que le monde n'a pas connue depuis 1970, et que les effets de cette crise vont durer et se poursuivre depuis plus d'années, car la structure de l'économie mondiale n'est pas en mesure de se remettre directement des effets de ce fort malaise d'urgence, et qu'il faut miser sur le facteur temps pour une reprise progressive, à moins que de nouveaux développements n'interviennent. 

Que signifie la baisse de ces indicateurs économiques dans le monde en raison de la guerre actuelle ?  Les moyennes ne sont pas des nombres secs, ni des indicateurs isolés, mais plutôt les résultats d'équations complexes. Ils indiquent une grave détérioration des conditions économiques, mais en même temps ils sont des indicateurs d'une grave détérioration attendue dans les conditions sociales, ce qui signifie que la détérioration affectera les conditions humaines dans diverses parties du monde en raison de la baisse de ces taux. Ainsi, aujourd'hui, cela signifie d'énormes augmentations des taux de chômage, après...

La baisse du taux de croissance tue des millions d'emplois et une augmentation alarmante des niveaux de pauvreté en raison de la baisse et le rétrécissement et le manque de revenus financiers, et à cause des coups durs qui sont actuellement portés sur le pouvoir d'achat pour les personnes, les diverses manifestations de vulnérabilité sociale ont été amplifiées en raison de la réduction et du manque d'accès aux exigences d'une vie décente.Remettre le compteur à zéro.

Pour tout cela et bien d'autres, la situation s'assombrit au cours de la prochaine étape, et il est certain que les peuples de pays en difficulté pour obtenir des ressources financières est celle qui paiera la facture des développements et des événements qui s'accumulent à un rythme rapide en plus grande taille. Ce qui aggrave cette morosité, c'est l'absence d'initiatives sérieuses pour y remédier. Ce qui se passe a des répercussions graves et importantes.

Source: Al Alam (Print)



Vendredi 1 Juillet 2022


Dans la même rubrique :
< >

Mardi 23 Avril 2024 - 00:11 La panne d'imagination

Lundi 22 Avril 2024 - 17:07 La mystérieuse percée kabyle à l’ONU

Chroniqueurs invités | Lifestyle | Breaking news | Portfolio | Room | L'ODJ Podcasts - 8éme jour | Les dernières émissions de L'ODJ TV | Communiqué de presse | Santé & Bien être | Sport | Culture & Loisir | Conso & Environnement | Digital & Tech | Eco Business | Auto-moto | Formation & Emploi | Musiczone | Chroniques Vidéo | Les Chroniques Radio | Bookcase | L'ODJ Média




A mag created with Madmagz.




Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.

 




Recherche

















Revue de presse










Menu collant à droite de la page