Menu

​La crise des visas est passagère mais qu’en est-il des frais de ceux refusés ?


Comme à chaque automne, depuis de longues années, il y a des tensions, un « durcissement » des modalités et prestations pour l’octroi des visas, soit de la part de la France, soit de l’Espagne, les pays les plus proches, du moins affectivement, du Maroc.



_la_crise_des_visas_est_passag1633009347.mp3 A lire ou à écouter en podcast :  (769.97 Ko)

L’Histoire entre les trois pays, quoique d’emblée d’ordre du « colonialisme », s’incruste dans les mœurs, de par les habitudes, la langue (étudiée et parlée couramment) et laisse ses séquelles.
On a déjà vu pareils scénarios hormis ces deux années de pandémie, surtout de la part de l’Espagne. Mais, ces tensions se dissipent dès les prémices du printemps, sachant que les touristes marocains y sont les bienvenus puisqu’ils déboursent toutes leurs économies annuelles en habits, fringales, en plus du loyer, restauration…

Autant les français et les espagnols aiment passer de bonnes vacances au Maroc (Marrakech, Agadir…) à bon marché (selon leur pouvoir d’achat), et vice-versa, autant les marocains dont la classe moyenne, se suent le reste de l’année et passent des vacances sécurisés et agréables,  et se régalent des fringues et autres produits vendus à l’étranger. Il ne faut pas se voiler la face. La crise des visas est une crise de quelques mois. Dès le printemps  se dissipent tous les quiproquos.

Les trois pays ne peuvent se passer l’un de l’autre, qu’il soit question de flux migratoire, de Sahara ou autre problématique d’ordre commercial (pêche, agriculture...).

Déjà, selon les données, il y a une nette régression depuis la pandémie à la Covid-19, puisque les visas n’étaient pour la plupart octroyés que pour les étudiants et les malades qui sont traités en France, avec motif impérieux. En effet, selon TV5 Monde : La France a délivré 18.579 visas en 2021 pour 24.191 demandés par des Marocains (à peu près 76%), un nombre nettement en baisse.

A titre de comparaison, en 2019, avant la pandémie de coronavirus, elle en délivrait 346.000 pour 420.000 demandes (environ 82%).

Si l’on fait un peu de calcul pour ce qui est des pertes des citoyens marocains, 5612 personnes en 2021 ont payé des frais non rendus, du moins en partie, et 74 000 en 2019. Des frais qui ont renfloué la caisse des services du visa.

Il faut dire que les seuls perdants dans cet état des choses, ce sont les familles des ressortissants et résidents en France qui ne pourront plus, à leur guise, faire des allers-retours fréquents. Et encore, le service des visas ne semble pas faire de difficultés avec les nationaux coutumiers qui ont un visa de plus d’un an.

Seulement, la problématique du non retour des frais de visa en cas de refus est à soulever, une affaire que l’état marocain devrait trancher une fois pour toute avec le service des visas français. Car, connaissant les citoyens marocains, ils vont sûrement essayer d’avoir ce fameux visa quitte à perdre le montant des frais fixé par le consulat. A leurs risques et périls si comme déclaré, il y aura réduction de 50% de visas pour les marocains qui s’y aventurent, mais c’est  de la pure arnaque.

Les vacanciers peuvent tout autant choisir d’autres pays amis du Maroc telle que l’Italie ou attendre le retour des bonnes relations avec l’Espagne pour pouvoir souffler dans d’autres cieux.






Journaliste professionnelle. 30 ans d'expérience à L'Opinion. Actuellement journaliste à Radio Web... En savoir plus sur cet auteur
Mercredi 29 Septembre 2021

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 22 Octobre 2021 - 21:29 Grogne après l'obligation du pass vaccinal





Inscription à la newsletter

Plus d'informations sur cette page : https://www.lodj.ma/CGU_a46.html

Magazine créé avec Madmagz.


L'ODJ WEB MAG