L'ODJ Média



​Le monde du transport maritime est en proie à une crise alarmante

Le début de 2024 s'annonce sous de mauvais auspices pour l'inflation, avec une hausse préoccupante des prix du transport du commerce mondial.


Rédigé par La Rédaction le Dimanche 24 Décembre 2023

Retour de l'inflation
L'Égypte en zone de turbulence
Maroc encore une chance à saisir !



La traversée du canal de Panama est désormais un défi majeur

Les tensions géopolitiques exacerbent un phénomène déjà observé : le basculement des chaînes d'approvisionnement. Face à cela, des industriels européens envisagent de déplacer leur production asiatique vers des pays plus proches, tels que la Turquie ou le Maroc.

La situation se complique davantage avec la menace croissante dans le détroit de Bab al-Mandab, conduisant les géants du transport maritime à suspendre le passage de leurs navires en mer Rouge. Le canal de Suez, essentiel pour 10 à 15 % du commerce maritime mondial et crucial pour 60 à 80 % des importations européennes en pétrole, charbon, minerai de fer, et produits manufacturés, est également perturbé par des enjeux géopolitiques.

Les armateurs sont contraints de dérouter leurs navires vers le cap de Bonne-Espérance, rallongeant le trajet de 10 jours. Ce détour, coûtant environ 60 000 dollars par jour, représente une dépense supplémentaire de 600 000 dollars. Bien que les gros porte-conteneurs puissent absorber cette somme, en partie compensée par l'économie des droits de passage du canal de Suez, l'augmentation des coûts de carburant pèse lourdement.

Récemment, des développements inquiétants ont été observés. Par exemple, le U.S. Postal Service a proposé de nouvelles augmentations de prix pour 2024, incluant une hausse de 2 cents pour le timbre First-Class Mail Forever, passant de 66 à 68 cents. Cette augmentation, bien que modeste, reflète une tendance plus large d'augmentation des coûts dans le secteur du transport.

Ainsi le début de 2024 s'annonce sous de mauvais auspices pour l'inflation, avec une hausse préoccupante des prix du transport du commerce mondial.

Les importateurs cherchant à sécuriser leurs approvisionnements et les armateurs tentés d'augmenter leurs tarifs, la situation pourrait entraîner une inflation encore plus marquée. Ces développements pourraient avoir un impact négatif considérable sur le prix final des biens, exacerbant les tensions économiques mondiales.

L'Égypte en zone de turbulence

Le canal de Suez, cette artère vitale du commerce maritime mondial, est plus qu'une simple voie navigable pour l'Égypte ; il représente une source cruciale de revenus, s'élevant à environ 7 milliards de dollars annuellement. Cette somme substantielle joue un rôle clé dans l'économie égyptienne, finançant des projets d'infrastructure essentiels et soutenant les dépenses sociales. Si l'Égypte devait perdre ces redevances, le pays pourrait se retrouver face à une crise sociale sans précédent, avec des répercussions potentiellement déstabilisatrices pour l'ensemble de la région du Moyen-Orient.

La perte de ces revenus aurait des implications directes et immédiates sur l'économie égyptienne. Le gouvernement, déjà confronté à des défis économiques, se trouverait dans l'incapacité de financer des programmes sociaux essentiels, tels que les subventions alimentaires, l'éducation et les soins de santé.

Cette situation pourrait exacerber les inégalités existantes et accroître la pauvreté, entraînant une hausse du mécontentement populaire. Historiquement, l'Égypte a connu des périodes de troubles sociaux en réponse à des crises économiques, et une telle situation pourrait facilement se reproduire.

En outre, la perte de ces revenus aurait un impact sur la stabilité régionale. Le Moyen-Orient, une région déjà marquée par des tensions politiques et des conflits, pourrait voir ces problèmes s'intensifier.

L'Égypte, en tant que nation influente et pivot dans la région, joue un rôle crucial dans la médiation des conflits et la promotion de la stabilité. Une crise économique majeure en Égypte pourrait limiter sa capacité à jouer ce rôle, laissant un vide qui pourrait être exploité par des groupes extrémistes ou des puissances régionales rivales.

La dépendance de l'Égypte aux revenus du canal de Suez soulève également des questions sur la durabilité de son modèle économique. Cette situation met en évidence la nécessité pour l'Égypte de diversifier son économie et de réduire sa dépendance à cette source de revenus.

Cela implique un investissement accru dans d'autres secteurs, tels que le tourisme, l'agriculture, et la technologie, ainsi qu'une réforme des politiques économiques pour encourager l'investissement étranger et le développement des entreprises locales.

La perte des revenus du canal de Suez pour l'Égypte ne serait pas seulement un coup dur pour son économie, mais aussi un facteur de déstabilisation pour la région du Moyen-Orient. Elle mettrait en lumière les vulnérabilités économiques de l'Égypte et la nécessité impérieuse de diversifier son économie.

Cette situation hypothétique, bien que préoccupante, offre également une opportunité pour l'Égypte de repenser et de renforcer son modèle économique pour l'avenir.

Maroc encore une chance à saisir !

Dans un monde où les crises et les bouleversements sont souvent perçus comme des calamités, il existe une facette moins évidente mais tout aussi réelle : le malheur des uns peut parfois créer des opportunités pour les autres.

L'exemple de la réorientation des chaînes d'approvisionnement par des industriels européens illustre parfaitement ce phénomène. Alors que les tensions géopolitiques et les défis logistiques compliquent la production en Asie, des pays comme la Turquie et le Maroc se présentent comme des alternatives attrayantes.

Cette situation, bien que née de difficultés, offre à ces nations une occasion inespérée de stimuler leur économie, d'attirer des investissements étrangers et de créer de l'emploi. C'est un rappel que, même dans les périodes les plus sombres, des fenêtres d'opportunité peuvent s'ouvrir, apportant un renouveau économique et un développement inattendu. Ainsi, le malheur engendré par les crises globales peut paradoxalement se transformer en un moteur de prospérité pour d'autres régions du monde.

Les sujet de cet article : canal de Suez, Égypte, crise économique, Moyen-Orient, commerce maritime, redevances, instabilité sociale, diversification économique, tensions géopolitiques, infrastructures égyptiennes






Dimanche 24 Décembre 2023

Dans la même rubrique :
< >

Lundi 27 Mai 2024 - 06:33 Tourisme : le Maroc classé 82ème sur 119

Chroniqueurs invités | Lifestyle | Breaking news | Portfolio | Room | L'ODJ Podcasts - 8éme jour | Les dernières émissions de L'ODJ TV | Communiqué de presse | Santé & Bien être | Sport | Culture & Loisir | Conso & Environnement | Digital & Tech | Eco Business | Auto-moto | Musiczone | Chroniques Vidéo | Les Chroniques Radio | Bookcase | L'ODJ Média