L'ODJ Média




​Les élections espagnoles provoquent un frisson politique dans la région méditerranéenne

Maroc-Espagne : le grand frisson!


​Les dernières élections locales espagnoles, qui ont vu le recul de la gauche au pouvoir, ont provoqué un énorme frisson politique dans la région méditerranéenne. Et si la droite espagnole, épaulée par une extrême droite qui surfe actuellement sur des vents favorables, revenait au pouvoir à Madrid, serait-il envisageable que le royaume d’Espagne puisse récrire ses relations internationales et revoir les alliances stratégiques élaborées par Pedro Sanchez?



Écouter le podcast de cet article :


Par Mustapha Tossa

Dans ce contexte, le regard se porte sur le sujet qui a récemment fait bouger les lignes de la politique espagnole dans la région. La reconnaissance de la souveraineté du Maroc sur son Sahara par Madrid, qui a provoqué une crise inédite avec le voisin algérien, selon lequel l’Espagne est sortie de sa neutralité légendaire et a pris fait et cause pour le Maroc.

Pour la punir, le gouvernent algérien a décidé de geler toutes les transactions commerciales, à part celle qui concerne le gaz, cruciale dans le contexte de guerre internationale. Le risque pour Alger est non seulement de perdre un allié précieux dans la région, mais de provoquer une crise générale avec l’ensemble de l’architecture européenne, qui, par solidarité avec l’Espagne, voit d’un très mauvais œil la démarche punitive algérienne. 

C’est en prenant en considération ces éléments qu’il faut lire et décrypter l’enthousiasme des autorités algériennes face à la défaite de la coalition qui a porté Pedro Sanchez au pouvoir. Pour elle, l’hirondelle de cette défaite annonce forcément la grande reconfiguration politique du printemps dans l’hypothèse où la droite espagnole prendrait le pouvoir lors des élections législatives du 23 juillet prochain. Pour Alger, il existe un espoir de voir la diplomatie espagnole menée par la droite revenir sur le grand tournant du rapprochement avec le Maroc. 

Sans exprimer la moindre inquiétude face à cette évolution politique du voisin espagnol, les autorités marocaines sont convaincues qu’il y a peu de chance, quels que soient les nouveaux maîtres de Madrid, que ces derniers reviennent sur la décision structurante de la diplomatie espagnole qui consiste à se rapprocher du Maroc et à tisser avec lui un partenariat stratégique aux multiples dimensions.

Rabat avance l’idée, d’ailleurs pertinente, que le tournant espagnol au sujet du Maghreb ne s’est pas fait sur un coup de tête, comme certains médias algériens se plaisent à l’affirmer. Une telle décision, lourde de conséquences pour l’ensemble du pays, a été mûrement réfléchie et patiemment pesée avant qu’elle ne soit validée par le pouvoir politique. Engageant l’ensemble du spectre du pouvoir espagnol, elle ne pourra pas être effacée d’un trait de plus parce que le pays a changé de majorité gouvernante.

Espagne, Maroc, Algérie

À l’appui de cette démonstration et de cette certitude marocaine, il y a le fait incontestable que les Espagnols, dans leur grande diversité politique, ont trouvé un intérêt vital pour leur économie et leur sécurité en élaborant cette alliance avec le Maroc, quitte à fâcher le voisin algérien.

Ce partenariat multiforme passe par le renforcement d’une coopération économique qui a fait un énorme bond en avant. Il passe aussi par un partenariat migratoire qui a aidé les deux pays à gérer de manière intelligente et efficace aussi bien l’organisation de l’immigration légale que la lutte contre l’immigration irrégulière – un fardeau pour les deux pays et un enjeu commun pour leur sécurité.

Par ailleurs, Rabat et Madrid coopèrent étroitement dans d’autres secteurs clés pour leur bien-être, la lutte contre les organisations terroristes, le grand banditisme, les réseaux de trafic de drogue… Tous ces sujets sensibles ne peuvent être les otages d’une humeur politique passagère.

Si la droite arrivait au pouvoir en Espagne, les mots et les attitudes pourraient changer et être perçus comme différents des discours de la gauche. Néanmoins, le cœur du réacteur, le soutien total des autorités espagnoles au projet d’autonomie proposé par le Maroc pour mettre fin à cette discorde régionale, ne sera pas touché.

Les deux capitales, Rabat et Madrid, semblent avoir entamé une séquence d’alliance stratégique qui ne connaît pas le revirement. Quelle que soit l’équipe au pouvoir, les petits ajustements qui permettront aux relations entre Madrid et Alger de se réchauffer sont sans aucun doute envisageables; mais la marche arrière qui consisterait à se dédire sur une question aussi cruciale que celle du Sahara marocain apparaît bien difficile à imaginer.

 
Par Mustapha Tossa TWITTER: @tossamus



Jeudi 8 Juin 2023


Dans la même rubrique :
< >

Chroniqueurs invités | Lifestyle | Breaking news | Portfolio | Room | L'ODJ Podcasts - 8éme jour | Les dernières émissions de L'ODJ TV | Communiqué de presse | Santé & Bien être | Sport | Culture & Loisir | Conso & Environnement | Digital & Tech | Eco Business | Auto-moto | Formation & Emploi | Musiczone | Chroniques Vidéo | Les Chroniques Radio | Bookcase | L'ODJ Média




A mag created with Madmagz.




Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.

 




Recherche

















Revue de presse










Menu collant à droite de la page