L'ODJ Média




2022, Impérissable contre vents et inflation


Péniblement l’autobus décapoté des Lions de l’Atlas se frayait un chemin au milieu de la foule de centaines de milliers de citoyens s’étirant sur une quinzaine de kilomètres de l’aéroport Rabat-Salé à l’enceinte du Méchaour où dans le Palais royal les attendaient le Roi Mohammed VI, son fil, le Prince héritier Moulay Al Hassan, et son frère, le Prince Moulay Rachid.



Par Naim Kamal

Portés par une vague sonore de siiir siiir, une ola estampillée marocain, les joueurs touchaient enfin de leurs yeux et de leurs smartphones pour la postérité cette onde que par leur jeu et leur vaillance, ils ont provoquée de bout en bout du Royaume.

Les mains de Hakimi

Au Palais, l’ambiance est aux jours de fête. L’orchestre de al-khamsa oua al-khamsine et al-makhaznya  en blanc immaculé et rouge vif des grands soirs. Si le protocole est tenu, l’humeur est, elle, à la décontraction et la convivialité. Le Souverain qui donne parfois l’impression de s’ennuyer à ce genre de cérémonies, rayonne, laissant transparaitre un vrai bonheur. Son sourire qui n’est pas seulement de circonstance, ne le quittera à aucun moment de la réception. Il a une attention pour chacun et une décoration pour tous. 

Ouissam Al Arch (Commandeur) pour Fouzi Lakjaâ, président de la FRMF et Walid Regragui, le sélectionneur. Ouissam Al Arch (Officier) pour les joueurs*. Achraf Hakimi qui ne sachant pas quoi faire de ses mains finit par les mettre dans ses poches, est touchant. 

Et une photo pour l’histoire qu’on imagine déjà trônant un peu partout, chez les Lions de l’Atlas bien sûr, mais pas seulement. Les mamans qui avaient salué le Roi en même temps que leur douée progéniture, rejoignent le portrait comme une troisième mi-temps de cette osmose mères-fils que nous avons suivie à chaque fin de match de l’équipe nationale.

S’installe une ambiance familiale bon enfant qui relâche un temps la rigueur protocolaire sans que personne ne s’en formalise, même pas ceux qui ont pour mission d’y veiller. On se sépare sur un échange de francs sourires et d’applaudissements et, quittant la salle d’audience, le Roi a encore quelques mots pour Walid Regragui.  


 

Un drôle de ‘’cauchemar’’  

Plus tard, vers 21 h, Al Oula aussi bien que 2M remettent ça. Une répétition de l’intégral qui ne lasse pas. On se repasse le film de ce parcours dont on rêvait sans trop oser y croire et on se redemande encore ce qui ce se serait passé si l’arbitre mexicain n’avait pas volé aux Marocains deux pénaltys avérés. Si les juges de la VAR avaient fait correctement (honnêtement ?) leur boulot.   

J’éteints la télévision et m’en vais dormir. Heureux. Au petit matin, c’est un drôle de cauchemar qui me sonne le réveil : Une fin de match Maroc – France cahoteuse où dans le désordre de l’après match, c’est l’entraineur français qui entre marquer un but contre le Maroc dans des bois vide de Yassine Bounou.

Je cours pour protester auprès de l’arbitre, mais je me réveille presque en sursaut avant de pouvoir l’atteindre. Il faut dire qu’il a une chance de…

Cela fait assez longtemps que j’ai divorcé avec Dionysos et ses effluves, mais ce matin j’émerge de la coupe comme d'une nuit de fête trop arrosée. Une redescente sur terre sans parachute. 2022, comme sa précédente, n’a pas été particulièrement une bonne année dont on aimerait se souvenir, mais cette équipe et tous ceux qui, du Sommet à la base, ont fait qu’impossible n’est pas marocain, l’ont rendue impérissable.

Même quasi simultanèment Abdellatif Jouahri, Wali de Bank Al Maghrib, nous apprend que ses prévisions font ressortir que l'inflation va devoir continuer à enregistrer des taux élevés pour une période bien plus longue que prévu en septembre, passant à 6,6% en 2022, avant de revenir à 3,9% en 2023. Prions qu’au moins sur ce dernier point, ses prédictions se révèleront justes. 

--------------

* Ghanem Saïss, Yassine Bounou, Achraf Hakimi, Noussair Mazraoui, Sofyan Amrabat, Nayef Aguerd, Hakim Ziyech, et Azzedine Ounahi, Abderrazak Hamdallah, Anass Zaroury, Abdelhamid Sabiri, Mounir El Kajoui, Ilias Chair, Zakaria Aboukhlal, Selim Amallah, Abdessamad Ezzalzouli, Sofiane Boufal, Jawad El-Yamiq, Youssef En-Nesyri, Achraf Dari, Walid Cheddira, Ahmed Reda Tagnaouti, Bilel El Khanouss, Badr Benoun, Yahia Attiat-Allah El Idrissi et Yahya Jabrane. 

Rédigé par Naim Kamal sur Quid 



Dimanche 25 Décembre 2022

Chroniqueurs invités | Lifestyle | Breaking news | Portfolio | Room | L'ODJ Podcasts - 8éme jour | Les dernières émissions de L'ODJ TV | Communiqué de presse | Santé & Bien être | Sport | Culture & Loisir | Conso & Environnement | Digital & Tech | Eco Business | Auto-moto | Musiczone | Chroniques Vidéo | Les Chroniques Radio | Bookcase | L'ODJ Média | Last Conférences & Reportages



Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.

 


















Revue de presse