L'ODJ Média




Accusé, taisez-vous !


Il y a quelque chose de pourri au royaume des facebookeurs et gazouilleurs- zigouilleurs associés. Masqués, forcément masqués pour le gros des troupes. Après Aziz Akhannouch, c’est Khalil Hachimi Idrissi, directeur général de la MAP qu’ils ont mis dans le collimateur.



Écouter le podcast en entier :


Par Naim Kamal

Son crime ? La publication par l’agence marocaine d’information, Maghreb Arabe Presse, d’une dépêche qui livre 10 clés pour comprendre la campagne hargneuse contre le Chef du gouvernement. Un crime de lèse-moutonisme pour les Kapos de la blogosphère. 

Avec eux c’est : Accusé, taisez-vous ! Coupable jusqu’à preuve de votre culpabilité.  Tout ce que vous direz sera retenu contre vous et si vous ne dites rien c’est la même chose.

Dans un univers où la compréhension des choses fait du rase-motte, il leur est difficile de comprendre qu’entre unanimité et inanité il n’y a que quelques lettres qui pavent le chemin du totalitarisme.  

Le crime de Khalil Hachimi et de l’agence dont il est le DG, c’est, entre autres, d’expliquer les éléments composant le prix du carburant à la pompe, pour 60% des taxes qui par ailleurs reviennent dans la poche du citoyen sous forme de compensation qu’il faut réformer pour qu’elle cesse de soutenir indifféremment nécessiteux et riches. 

L’autre délit c’est de dire qu’Afriquia c’est 20% des parts de marché et les autres 80% entre les mains d’autres mastodontes dont personne, ou peu, curieusement, ne parle. Si bien que le crime d’Akhannouch semble, in fine, être sa nationalité. Marocain et riche et en sus a été ministre et est Chef de gouvernement.  Ça fait beaucoup et dans certaines petites têtes, il n’y a pas suffisamment d’espace pour que ça rentre. 

Bien sûr, on fait ici l’impasse, faute de preuves tangibles, sur des centres d’intérêts que la présence de Aziz Akhannouch à la tête du gouvernement incommode.   

Mais au Maroc, il y a un ordre constitutionnel ! Mustapha Sehimi, un constitutionnaliste, l’explique bien dans sa chronique, et ce ne sont pas des hachtags qui vont y changer quelque chose. Ni les amalgameurs de la notion de conflit d’intérêt incapables de comprendre qu’un haut responsable sans aucun intérêt dans un groupe ou une société, peut tout aussi bien par ses comportements et sa gestion des affaires publiques se retrouver en situation de conflit. La Constitution prévoit des institutions pour veiller à ce que cela ne se produise. Il leur appartient de faire proprement leur travail. 

Le vrai débat se situe à ce niveau-là !

Car même si demain on réforme la loi fondamentale pour y introduire une nouvelle disposition :
Ne sont éligibles à de hautes fonctions que des démunis sans racines et sans attaches ; rien, en dehors du bon fonctionnement des institutions de veille, ne garantit que le va-nu-pieds d’aujourd’hui ne fera pas le nabab de demain. D’ailleurs ça s’est souvent vu.  


Rédigé par Naim Kamal sur Quid 



Lundi 25 Juillet 2022


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 15 Avril 2024 - 02:25 France/Maroc, le point d’inflexion ?

Chroniqueurs invités | Lifestyle | Breaking news | Portfolio | Room | L'ODJ Podcasts - 8éme jour | Les dernières émissions de L'ODJ TV | Communiqué de presse | Santé & Bien être | Sport | Culture & Loisir | Conso & Environnement | Digital & Tech | Eco Business | Auto-moto | Formation & Emploi | Musiczone | Chroniques Vidéo | Les Chroniques Radio | Bookcase | L'ODJ Média




A mag created with Madmagz.




Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.

 




Recherche

















Revue de presse










Menu collant à droite de la page