Afrique : la souveraineté à l’ére de la post-mondialisation

Emergence du Sud Global.


L’Afrique vit une période historique marquée par les changements structurants au plan économique et social. Elle s’est donnée sur le plan multilatéral des objectifs ambitieux mobilisateurs à l’instar de l’intégration économique continentale (projet Zleca 2063). Et, à court et moyen terme, il y a un agenda chargé pour atteindre les objectifs de développement durable (ODD) à l’horizon 2030.



Écouter le podcast de cet article :


Par Taoufiq Boudchiche

Pour cela, des défis et  obstacles majeurs sont relevés chaque jour  dans le continent. Ceux, externes,  liés à un contexte international dans lequel l’exacerbation des rivalités de puissance  (Etats-Unis-Chine Europe) menace l’adoption de solutions collectives bien réfléchies au plan national, régional et mondial. Cela a été illustré, par la perturbation du marché mondial des produits essentiels à la bonne marche de l’économie (engrais, céréales, pétrole, gaz…).  Auparavant en libre accès dans le marché international, ils ont été instrumentalisés en armes de guerre provoquant restrictions, inflation  et décroissance à l’échelle mondiale.

D’autre part, il y a les difficultés inhérentes à un continent soumis à  des tensions diverses : conflits de voisinage, retour des coups d’Etat, insécurité… Ces obstacles couplés à des modèles économiques non inclusifs dominés par plusieurs dysfonctionnements : économies rentières,  aggravation des inégalités sociales, disparités territoriales, insécurité alimentaire et énergétique, … représentent des freins structurels aux  progrès économiques et sociaux en Afrique.

Face à cela, il y a tout de même, si on veut voir le verre à moitié rempli, des efforts qui sont entrepris pour mener à bien les transformations nécessaires. Des stratégies volontaristes à la fois de transition industrielle, transition écologique, transition numérique, transition énergétique qui sont résolument enclenchées. Plusieurs institutions internationales les encouragent comme la Banque Africaine de Développement.  Celle-ci s’est engagée par exemple lors de la deuxième conférence africaine sur l’Agriculture le 25 Janvier dernier  à hauteur de 10 milliards de DH pour contribuer à mettre en œuvre une stratégie de souveraineté alimentaire en Afrique.

L’enjeu de la souveraineté en Afrique à différents niveaux stratégiques alimente par ailleurs le débat politique au sein du continent (rejet de l’ingérence étrangère), financière (remise en question du Franc CFA),  indépendance énergétique, sécurité alimentaire,…Cette aspiration à la souveraineté serait-elle un nouveau prisme structurant des politiques publiques en Afrique ? La crise sanitaire avait déjà permis d’en reconnaître son importance.  Depuis, la guerre en Ukraine, le concept de souveraineté s’impose comme une exigence partout  dans le monde. Une situation qui préfigure une nouvelle ère  géoéconomique que certains n’hésitent  pas à qualifier de « post-mondialisation ».

Les crises successives récentes en si peu d’années ont en effet montré la fragilité de modèles politico-économiques fondés  sur une insertion non raisonnée dans la mondialisation. Aujourd’hui, l’ambition de s’orienter sur la création de chaînes de valeur régionales semblent une option plus viable que celle de chaînes de valeur élaborées à des milliers de kilomètres de distance. Ces mêmes crises incitent à une diversification du partenariat. Une diversification qui s’est accélérée avec le retour de la guerre en Europe qui a mis à mal en outre  la vision ‘occidentalo-centriste’ dans les nouveaux équilibres géopolitiques. Ces phénomènes  renforcent la conviction chez un grand nombre d’observateurs que le monde change sous nos yeux sauf chez ceux qui feignent de ne pas s’en apercevoir. 

Dans ce nouveau monde, dont il est trop de tirer des conclusions quant aux  directions qu’il prendra, il y a l’émergence d’un Sud global dans lequel l’Afrique se repositionne favorablement. Les visites multiples de hauts responsables politiques ces derniers mois dans le continent africain  (France, Russie, Chine, États-Unis,…) armés de promesses dans leurs discours offrent des signes probants à ce sujet. Parmi ces promesses, se classe au premier plan celle de respecter plus et mieux les choix politiques et économiques souverains  des pays africains. 

Il y a aussi au sein des  nouvelles générations de la jeunesse africaine, hyper-connectées et mieux instruites, une  revendication devenue de plus en plus pressante  de faire reconnaître aux anciennes puissances coloniales leurs responsabilités historiques dans les difficultés actuelles des pays africains. Des voix s’élèvent pour demander des comptes aux anciens colonisateurs (réparations des crimes contre l’humanité, restitution des biens et patrimoines constitués lors de la colonisation, rejet du paternalisme politique, rejet de la stigmatisation médiatique …). 

D’autre part, du côté du Sud global, la souveraineté ne doit pas être instrumentalisée par des forces politiques régressives pour justifier ou dissimuler dans ce mot la mauvaise gouvernance, l’absence de démocratie, l’autoritarisme et la théocratie. La post-mondialisation si elle n’est pas bien pensée risque de faire exploser de nouvelles fractures au niveau mondial comme elle peut-être source de nouvelles opportunités dans un monde plus diversifié si elle est intelligemment appréhendée.

Rédigé par Taoufiq Boudchiche



 



Jeudi 9 Mars 2023

Lu 276 fois

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 22 Septembre 2023 - 10:54 En mémoire de Mme Aïcha Khattabi

Chroniqueurs invités | Experts invités | Coup de cœur



Magazine créé avec Madmagz.




Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.

 




















Revue de presse







Menu collant à droite de la page