L'ODJ Média




Ah, si je pouvais




Ah, si je pouvais, je construirais des sanctuaires pour les démunis,
Un havre de paix, pour nos âmes unies,
Un temple pour les mères, aux mérites peu reconnus,
Ah, si je pouvais, je ferais tout ce que je peux, je ferais tout ce que je peux.

J’implorerais leurs enfants, d’aimer sans retenue,
Porter l’amour de porte en porte, inlassablement tendu,
Pour soigner, nourrir, chérir les petits délaissés,
Élever un dôme bleu, pour combattre la misère avec douceur, vous voyez.

Ah, si je pouvais, je construirais des sanctuaires pour les démunis,
Un havre de paix, pour nos âmes unies,
Un temple pour les mères, aux mérites peu reconnus,
Ah, si je pouvais, je ferais tout ce que je peux, je ferais tout ce que je peux.

Je poserais les briques d’un tribunal sans limites,
Siège du droit, de l’égalité, où l’injustice s’évite,
Appeler les hommes, toutes races, toutes couleurs,
Les mélanger, les pétrir, pour en extraire la sève de notre bonheur.

Ah, si je pouvais, je construirais des sanctuaires pour les démunis,
Un havre de paix, pour nos âmes unies,
Un temple pour les mères, aux mérites peu reconnus,
Ah, si je pouvais, je ferais tout ce que je peux, je ferais tout ce que je peux.

Je chanterais les louanges de l’amour, de l’amitié,
Sur les sentiers fleuris du ciel étoilé,
Crier au monde aveugle, déboussolé,
Voyez comme on glisse tous vers un destin condamné.

Ah, si je pouvais, je construirais des sanctuaires pour les démunis,
Un havre de paix, pour nos âmes unies,
Un temple pour les mères, aux mérites peu reconnus,
Ah, si je pouvais, je ferais tout ce que je peux, je ferais tout ce que je peux.

Refuser, m’insurger, devant la lâcheté,
Revendique la résilience, lutte par la bienveillance,
Ah, si je pouvais, je changerais tout,
Pour un monde meilleur, où règne la vertu.

Ah, si je pouvais, je construirais des sanctuaires pour les démunis,
Un havre de paix, pour nos âmes unies,
Un temple pour les mères, aux mérites peu reconnus,
Ah, si je pouvais, je ferais tout ce que je peux, je ferais tout ce que je peux.

Ah, si je pouvais, je ferais tout ce que je peux,
Pour soigner ce monde, pour un avenir radieux,
Ah, si je pouvais, je ferais tout ce que je peux,
Pour que demain soit meilleur, pour qu’on vive heureux.

Ce poème nous parle de sanctuaires, démunis, havre, paix, temple, mérites, nourrir, chérir, tribunal, égalité


A écouter aussi en chanson et en musique - V1


A écouter aussi en chanson et en musique - V2




Mardi 25 Juin 2024


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 15 Juillet 2024 - 11:43 Je suis un menteur bienveillant

Samedi 13 Juillet 2024 - 14:21 Adieu, mon cher croissant

Experts invités | Coup de cœur | Quartier libre | Replay vidéo & podcast outdoor | Chronique : À charge et à décharge



Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.

 



















Revue de presse