Menu
lodj lodj
séprateur .png
lodj
Twitter
YouTube
Digital TV
LinkedIn
Facebook
Instagram
search








Aides à la presse : " Sortir de l'état d'exception "


Le ministre de la Culture, de la jeunesse et des sports, en charge également du département de la Communication, Othman El Ferdaous, a reçu lundi, tour à tour le président de la Fédération marocaine des éditeurs de journaux (FMEJ), Noureddine Miftah, accompagné de son vice-président, Mahtat Rakas, et Abdelmounaim Dilami, président de l’Association nationale des médias et des éditeurs(ANME), entouré de Fatima Zahra Ouriaghli, Ibrahim Mansour et Aziz Daki.



Par NaÏm Kamal

Ces deux rencontres ont été « couronnées » par l’annonce de la poursuite du versement des salaires pendant trois mois supplémentaires, dans le cadre des mesures d'aide exceptionnelle.
 

Si cette décision est, pour nombre de supports, en difficultés réelles, la bienvenue, elle ne peut constituer, du point de vue de la FMEJ, la panacée aux problèmes de la presse du Maroc. 
 

L’ANME de Abdelmounaim Dilami a raison d’engager avec les tout-puissants GAFA qui phagocytent contenus et marchés publicitaires, un débat acculé à épouser les contours d’un combat homérique.

Le soutien que le ministre en charge de la communication a promis aux démarches que l’ANME compte ainsi entreprendre, ne pourrait être que d’un apport appréciable, même si par ailleurs l’on n’ignore pas la superbe avec laquelle les mastodontes du GAFA se comportent face à des puissances autrement plus pesantes. C’est, à ne pas en douter, une bataille de longue haleine qui attend l’association.
 

Pour le président de la FMEJ, Noureddine Miftah, les choses se présentent différemment. Au ministre, il a présenté, indique un communiqué de la Fédération, « les dysfonctionnements résultant de la gestion des mesures d'aide exceptionnelle et les doléances exprimées par plusieurs journaux de la presse écrite et électronique régionale et nationale ». 
 

L’aide exceptionnelle a été si exceptionnelle que, à titre d’exemple, un support qui recevait au titre de la subvention normale 1,2 million de Dhs est passé à 20 millions de Dhs (devrait-on convertir en centimes comme le font certains dans pareilles cas ?). D’autres ont perçu moins que ce qu’ils recevaient normalement, tandis que pour les moins heureux, ils n’ont rien reçu ou ont continué à ne rein recevoir. 
 

Par souci de transparence, la FMEJ a demandé la publication des chiffres et des bénéficiaires. Elle a surtout plaidé pour que le soutien de l’Etat à la presse revienne « au système de l'aide publique ordinaire, conformément aux dispositions de la loi en vigueur et dans le cadre d'une démarche participative entre les autorités publiques et les représentants des éditeurs professionnels.» Il s’agit, en moins de mots, de sortir l’aide de « l’état d’exception » pour revenir à la normalité institutionnelle. 

Par NaÏm Kamal 
Source : https://quid.ma  




Vendredi 14 Mai 2021


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 16 Mai 2022 - 00:51 Cynisme et euphorie de Washington

Lundi 16 Mai 2022 - 00:27 Sahara, la lame de fond

Chroniqueurs invités | Coup de cœur



Magazine créé avec Madmagz.






Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.