Alerte : le pronostic vital de la Terre définitivement engagé


14 000 scientifiques lancent l’alerte , le pronostic vital de la Terre est maintenant engagé, ​Encore une fois, l’urgence climatique passe un cap



“Code rouge” pour la Terre“

Les rapports du GIEC se succèdent année après année et les prédictions alarmistes avec.
Une équipe internationale de 14 000 experts fait savoir que le pronostic vital de la Terre est désormais engagé et ​encore une fois, l’urgence climatique passe un cap
. En avril 2022, le groupement de chercheurs alertait sur le quasi point de retour que l’humanité atteindrait si celle-ci franchissait le cap des 1,5 degré supplémentaires. Un stade au-dessus des rapports du GIEC
Dans ce cas précis, de nombreux écosystèmes seraient confrontés à des risques sans pareil. Le pire étant que le continent le plus sujet au changement climatique est l’Afrique, alors qu’il fait partie de ceux qui émettent le moins de gaz à effet de serre.
Il est vrai que le changement climatique ne mobilise pas beaucoup, mais son impact sur les sociétés humaines le fera peut-être. Il n’y a qu’à voir l’été infernal de 2022 qui sévit et persiste  encore dans plusieurs régions du globe jusqu'à maintenant , à la veille du mois de novembre !
Cette désorganisation mondiale du climat a des conséquences bien réelles : inondations titanesques au Pakistan, incendies monstres en Australie et en Californie, glissements de terrain etc.
Nous ne sommes pourtant pas au bout de nos peines...
C’est en tout cas le signal d’alarme envoyé par ce super groupement de scientifiques lundi 24 octobre 2022. En clair, le pronostic vital de la Terre est engagé, ça sent mauvais
Nous sommes désormais en "code rouge" sur la planète Terre.
L'humanité est sans équivoque confrontée à une urgence climatique. L'ampleur des souffrances humaines indicibles, déjà immenses, augmente rapidement avec l'escalade du nombre de catastrophes liées au climat.” alertent les scientifiques.
Pour être plus précis, le groupement de scientifiques a listé 35 grands indicateurs de santé de la Terre correspondant à plusieurs signaux vitaux. 16 sur 35 sont déjà au rouge.
En effet, comme ils l’expliquent dans leur rapport : “Nous assistons désormais régulièrement à des événements et des catastrophes qui auparavant ne se produisaient que très rarement.
”De plus “Plutôt que d'être simplement plus fréquents, certains événements météorologiques extrêmes sont désormais plus intenses. [...] Cela aggrave chaque dommage et diminue le temps de récupération de la Terre. Il peut augmenter la probabilité de risques extrêmes tels que la chute mondiale simultanée des rendements agricoles dans plusieurs grandes régions productrices de denrées alimentaires.
”Exhortant d’autres scientifiques à prendre position et à sortir de leurs données, ils en appellent à une responsabilisation des décideurs publics ainsi qu’à repenser notre manière de produire et notre manière de penser la nature.
 

" Seule une transformation majeur et radical pourrait nous faire éviter la catastrophe climatique " souligne le PNUE

La crise climatique appelle à une transformation rapide des sociétés et impose des transformations sectorielles et systémiques urgentes, dans les secteurs de l’approvisionnement en électricité, de l’industrie, des transports et du bâtiment, ainsi que dans les systèmes alimentaires et financier, a relevé le PNUE à l’occasion du publication d’un nouveau rapport.
Le document qui souligne l’écart entre les besoins et les perspectives en matière de réduction des émissions, soutient que ces transformations peuvent permettre de réaliser les énormes réductions nécessaires pour limiter les émissions de gaz à effet de serre à l’horizon 2030.
Par ailleurs, le PNUE a relevé que la communauté internationale est encore loin des objectifs de l’Accord de Paris, en l’absence d’une voie crédible pour atteindre 1,5°C, estimant que les politiques actuelles conduiraient à elles seules à une augmentation de 2,8°C.
« Ce rapport nous dit en termes scientifiques ce que nous dit la nature depuis le début de l’année à travers des inondations mortelles, des tempêtes et des incendies violents : nous devons cesser de remplir notre atmosphère de gaz à effet de serre, et s’y atteler rapidement », a déclaré Inger Andersen, directrice exécutive du PNUE.
« Nous avons eu l’occasion de procéder à des changements progressifs, mais ce temps est révolu. Seule une transformation en profondeur de nos économies et de nos sociétés peut nous sauver d’une accélération de la catastrophe climatique », a-t-elle fait constater.
Le rapport montre que les engagements nationaux mis à jour depuis la COP26, tenue en 2021 à Glasgow, au Royaume-Uni, ne font qu’une différence négligeable par rapport aux prévisions d’émissions pour 2030.
Le document constate qu’en dépit de la décision prise par tous les pays à Glasgow de renforcer les contributions déterminées au niveau national (CDN) et de certaines mises à jour de la part des nations, les progrès sont terriblement insuffisants, faisant savoir que les CDN soumises cette année ne réduisent que de 0,5 gigatonne d’équivalent CO2, soit moins de 1%, les émissions mondiales prévues en 2030.
Pour atteindre les objectifs de l’Accord de Paris, le monde doit réduire de manière sans précédent les gaz à effet de serre au cours des huit prochaines années, poursuit le rapport, estimant que les CDN inconditionnelles et conditionnelles réduiront les émissions mondiales en 2030 de 5 et 10% respectivement, par rapport aux émissions basées sur les politiques actuellement en place.
Par ailleurs, le rapport constate que la transformation vers zéro émission nette dans les secteurs de l’approvisionnement en électricité, de l’industrie, des transports et du bâtiment est en cours, mais doit être beaucoup plus rapide, précisant que le secteur de l’approvisionnement en électricité est le plus avancé, grâce à la réduction considérable des coûts de l’électricité renouvelable.
Toutefois, le rythme du changement doit s’accélérer parallèlement aux mesures visant à assurer une transition juste et un accès universel à l’énergie, préconise-t-on de même source.

Avec Maxi sciences 





Hafid Fassi fihri
Hafid Fassi Fihri est un journaliste atypique , un personnage hors-normes . Ce qu'il affectionne,... En savoir plus sur cet auteur
Vendredi 4 Novembre 2022

Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 30 Novembre 2022 - 09:11 La gastronomie, « soft power » du Maroc

Mercredi 30 Novembre 2022 - 03:38 Maroc - Canada : Rendez-vous avec l'Histoire Inchallah

Les émissions de L'ODJ TV | L'ODJ Room | L'ODJ Podcasts | Communiqué de presse | L'ODJ Lifestyle | Sport | Breaking news | Quartier libre | Santé & Bien être | Culture & Loisir | Conso & Environnement | Replay vidéo outdoor | Digital & Tech | Musiczone | L'ODJ Média | Magazine | Small Business | Home sweet Home | Auto-moto | EduWhatsUp



Magazine créé avec Madmagz.