Menu

Algérie et Maroc: bientôt la guerre !?


Après des décennies de guerre froide , le spectre d'un conflit armé plane de nouveau après l'escalade qui a conduit à la rupture des relations , une décision qui n’est pas l’émanation de la présidence algérienne mais de l’institution militaire.



Algérie et Maroc:  bientôt la guerre !?
Demain, la guerre .
 
Les réactions s’enchaînent après la décision de l’Algérie de rompre ses relations diplomatiques avec le Royaume du Maroc.
Le grand saut dans l'inconnu du voisin ,  qui après avoir refusé le dialogue et la main tendue par Sa Majesté , démontre que les généraux d'Alger préfèrent l'escalade militaire à la négociation politique.
Et pourtant , une confrontation militaire entre le Maroc et l’Algérie serait fatale pour toute la région avertissent à l'unanimité les experts et spécialistes. 

Depuis quelques mois, nous assistons à une obsession haineuse  contre le Maroc par cette institution depuis le début du Hirak algérien et surtout après l’arrivée de Saïd Chengriha à la tête de l’armée algérienne.
Son arrivée au pouvoir a sonné le glas pour ceux qui espéraient encore une  éventuelle réconciliation  entre le Maroc et l’Algérie. Mais, dans les faits nul n'ignore que le régime algérien joue sa survie !
 
Pire, le Maroc est le bouc émissaire idéal  de l’Armée nationale populaire (ANP).
La preuve, le refus d’Alger d’accepter la main tendue de Rabat pour l’ouverture des frontières, l’établissement d’un dialogue serein et responsable, ou encore l’aide exprimée par le souverain lors des récents feux de forêt.
 
Le roi  Mohammed VI avait  qualifié les deux pays de jumeaux lors du denier discours du Trône , ce qui est beaucoup plus fort que «voisins» ou «frères», et pour démontrer la bonne volonté et la bonne foi du Maroc , c’est la première fois dans l’histoire des relations internationales qu’on donne une qualification exceptionnelle à deux Etats, à savoir le terme «jumeaux». 
 
Une stratégie machiavélique 
 
Les généraux d'Alger ont mis en place un stratagème machiavélique , une stratégie montée de fil en aiguille à coups de grossiers mensonges et d'accusations fallacieuses montées de toutes pièces.

  D’ailleurs ,la rupture des relations diplomatiques avec le Maroc figure dans le cadre d’un scénario bien ficelé par les généraux pour justifier  dans l’avenir, une escalade qui pourrait mener a une confrontation militaire qui serait fatale pour tous les pays de la région .

Notre pays est ainsi appelé à faire preuve de vigilance, et toutes les forces vives du  royaume doivent redoubler  de fermeté et de patriotisme.

 


Une rupture, et un affrontement diplomatique permanent..

Algérie et Maroc:  bientôt la guerre !?

Si la rupture des relations révèle une grave crise entre les deux pays, les relations autres que diplomatiques ne devraient pas être affectées, sauf si l’Algérie décide d’aller plus loin dans l’exacerbation des tensions.

La rupture des relations entre deux pays signifie l’arrêt total de tout contact diplomatique entre eux.
Elle vient généralement à la suite d’un incident qui n’a pas été résolu par les voies diplomatiques.
La rupture des relations est le stade le plus avancé des crises diplomatiques. 
Si on peut faire un classement du degré de gravité d’une crise diplomatique, la convocation de l’ambassadeur pour lui communiquer une protestation, vient comme première étape.
Elle est suivie du rappel de son propre ambassadeur, ce qu’a aussi fait l’Algérie.
La rupture des relations bilatérales, quant à elle, exprime la forme la plus grave des crises diplomatiques.
La convention de Vienne qui régit les relations internationales, dans ses articles 45 et 46, stipule de ne pas toucher aux locaux diplomatiques et de poursuivre les affaires consulaires pour servir les ressortissants des deux pays, normalement.
Un conflit armé pourrait malheureusement mettre un terme aux relations consulaires même si Alger n'a rien annoncé pour le moment .
Des ressortissants marocains en Algérie et des ressortissants algériens au Maroc pourraient être utilisés pour des négociations , sachant que l’Algérie a annoncé que ses affaires consulaires vont continuer à travailler  normalement.

Le Maroc, même en 1975, quand l’Algérie avait expulsé 350.000 ressortissants marocains suite à la Marche Verte, n’avait pas touché aux algériens résidant au Maroc.

 

Une rupture des relations diplomatiques ne signifie pas forcément l’arrêt des échanges commerciaux même si franchement , ce n'est pas une priorité pour notre pays .. . 

Mais d’autre part, les relations économiques entre le Maroc et l’Algérie sont insignifiantes. Il n’y a pas de risque à craindre pour l’économie marocaine. même si le contrat du Gazoduc ne sera pas renouvelé dans deux mois. 

Les relations commerciales intra-maghrébines ne dépassent pas les 4% des échanges globaux de ces pays. Même quand les Algériens veulent importer du Maroc, ils passent généralement par les ports de Marseille ou de Barcelone, alors que 60 km seulement séparent Oujda de Tlemcen.

C'est donc l'Algérie qui pourrait pâtir d'un arrêt des échanges commerciaux.

 

Par ailleurs, les lignes aériennes pourraient être suspendues  en cas de conflit même si pour le moment, il n’y a eu aucune annonce algérienne dans ce sens.

Le sommet arabe est prévu prochainement à Alger. la participation du Maroc pourrait donc être compromise avec cette nouvelle conjoncture , car la Ligue arabe devrait normalement trouver un pays neutre pour y organiser ce sommet.
Un sommet arabe est censé unir et il ne peut pas être organisé dans un pays qui est en rupture de relations avec un autre pays arabe.
Les grandes puissances ont maintes fois exprimé leur souhait de voir les frontières ouvertes et les relations normalisées.
Elles veulent voir une coopération maghrébine pour affronter les défis du terrorisme et de la migration. Elles ne peuvent que déplorer cette situation qui menace de nouveaux risques sur la région.
 

La probabilité d'un conflit , dans le cas où les généraux déclencheraient les hostilités, serait catastrophique pour les deux pays, les deux peuples, pour toute la région et pour le monde.

Dans une région qui connaît une grande instabilité au Sahel et en Libye, avec des groupes armés qui y circulent,  peut-on se permettre d’y ajouter un autre conflit de cette  envergure !? 

Dans son communiqué, le ministère des Affaires étrangères marocain avait déclaré que “le Maroc restera un partenaire crédible et loyal pour le peuple algérien”: 

Cela signifie que dans le différend qui oppose notre pays au régime militaire en Algérie, le Maroc n’a rien à reprocher au peuple algérien frère. Cela prouve que la main tendue par le Maroc est sincère et le restera pour le bien du peuple algérien.

Dans tous les cas, à part les généraux d'Alger personne ne  souhaite  une nouvelle escalade vers un conflit armé même si la logique de guerre est omniprésente. 






Hafid Fassi fihri
Hafid Fassi Fihri est un journaliste atypique , un personnage hors-normes . Ce qu'il affectionne,... En savoir plus sur cet auteur
Samedi 28 Août 2021

Dans la même rubrique :
< >