L'ODJ Média




Au bord du gouffre, je regarde moi aussi ailleurs !


Dans la lumière des flammes, notre Terre pleure en silence,
Cherchant des yeux ses enfants, perdus dans leur négligence.
La maison brûle, on regarde ailleurs, perdus dans nos pensées,
La fin du monde attendra, nos poches sont à compter.

Mais l'espoir n'est pas mort, dans nos voix il se réveille,
Le temps presse, l'heure est grave, mais l'amour veille.
Réveillons nos consciences, avant que tout ne s'efface,
Pour notre Terre, notre maison, retrouvons notre place.



Par Adnane Benchakroun

Sur la Terre, notre maison, l'alarme rouge est sonnée,
L'OMM a crié, d'un futur tout écorché.
L'an deux mille vingt-trois, plus chaud qu'on n'a jamais vu,
Depuis cent soixante-quatorze ans, le passé est perdu.

La moyenne de nos jours, plus un virgule quatre cinq,
Au-dessus des normes d'antan, au bord du précipice on s'aligne.
Le Paris autrefois rêvé, limite à ne pas franchir,
Se joue de nous, à un souffle de l'irréversible finir.

Les océans se réchauffent, leurs eaux s'acidifient,
Leur niveau monte, nos glaces antiques s'offrent en sacrifice.
Février vit son pire, un déficit jamais vu,
Héracléion d'Alexandrie et Baïes la romaine sous mer, disparues.

Les hommes, les femmes, par ces changements écrasés,
Subissent canicules, inondations, la nature déchaînée.
La faim, cruelle conséquence, double en quatre ans de peine,
De cent quarante-neuf à trois cent trente-trois millions, la détresse est pleine.

Le niveau des mers s'élève, rapide et sans remords,
Les incendies ravagent, les cyclones frappent forts.
Pourtant, nos regards se détournent, dans l'abîme, perdus,
Cherchant la fin du mois, quand la fin du monde est vue.

"Nos amis les hommes", disait le sage en pleur,
"Pensent plus à leurs poches qu'à la terre, leur sœur."
La maison brûle, et nous, spectateurs aveugles,
Préférons l'or éphémère aux vérités qui bégueulent.

L'alerte rouge clame, dans le vide elle résonne,
Pendant que l'humanité, sourde, à son destin s'abandonne.
Entre salaire et survie, le choix semble oublié,
Dans le tourbillon du profit, notre âme s'est noyée.

Les records de chaleur, de misère et de peur,
Nous parlent d'un avenir où manque la couleur.
Mais encore obsédés par le gain et le paraître,
On oublie que sans Terre, il n'y aura point de maître.

Il est temps de réveiller les consciences endormies,
De changer nos habitudes, d'embrasser de nouveaux défis.
Ronsard, en son temps, chantait l'amour et la vie,
Aujourd'hui, son alexandrin pour la Terre supplie.

Que la poésie soit l'écho de notre lutte,
Pour que la maison ne soit en cendres, réduite.
Nos mains unies peuvent encore le cours changer,
Pour que "notre, votre maison Terre" puisse perdurer.

L'avenir est dans nos actes, pas dans nos regrets,
Changeons le cours des choses, avant qu'il ne soit trop tard, agissons avec sagesse.
Pour que demain ne soit pas que ruine et désolation,
Rappelons-nous : notre maison, c'est aussi la création.

Cette poésie parle de climat, alerte rouge, OMM, réchauffement global, inondations, sécurité alimentaire, catastrophe climatique, Accord de Paris, montée des mers, insécurité alimentaire


Feuilleter le premier recueil de poèmes de l'auteur




Mercredi 20 Mars 2024


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 29 Mai 2024 - 10:30 NEMO

Dimanche 26 Mai 2024 - 17:05 Ssi Allal Rahimahou Allah…

Experts invités | Coup de cœur | Quartier libre | Replay vidéo & podcast outdoor



Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.

 


















Revue de presse