L'ODJ Média




Aziz Akhannouch et la banalisation de la gouvernance en silence


Depuis 2011, les politiques marocains n’ont qu’un mot à la bouche, la constitution. On en discutait âprement, puis on l’a modifiée prestement, ensuite on l’a adoptée massivement, et enfin, on s’est attelé à la mettre en œuvre… laborieusement. Depuis 2011 donc, nous en sommes là, constitution par-ci, constitution par-là, déclinée partout et par tous, les personnels politiques parlent beaucoup de cet éminent et noble texte, mais très peu en font vraiment cas.



Écouter le podcast de cet article :


Par Aziz Boucetta

Dix années sont ainsi passées, et voilà qu’aujourd’hui, non seulement les politiques en responsabilité ne parlent plus de la constitution, mais ne parlent plus du tout.

Au lendemain des élections de novembre 2011, et même un peu avant, la politique était remuante et bruyante, chacun défendant ses positions, attaquant les autres, se liant avec certains et rompant avec les autres.

Certes le niveau n’était pas toujours relevé mais observons ce qui se passe dans les autres pays, aujourd’hui, à l’ère du web tiktokisé et à l’heure de l’internet instagraméen : la politique est un show, fait de petites phrases et de grandes envolées, de punchlines savamment calculées et de coups soigneusement tordus et généralement bas.

Depuis 2011 et même avant, donc, le gouvernement tonnait et le parlement tonitruait, tandis que l’opposition tempêtait du mieux qu’elle pouvait.

Et ce n’était pas seulement du show car tant de choses ont été réalisées : la décompensation, la réforme (même paramétrique) de la retraite, l’accélération industrielle, des lois sociales (comme la 19-12 sur le travail domestique), la gestion rationnelle de la pandémie, la régionalisation très avancée… et d’autres choses encore, réalisées par les deux gouvernements, avec la brochette de partis qui en constituaient les majorités et les oppositions en renfort, le PJD en attaque, le RNI en contre-attaque, l’Istiqlal en embuscade, l’USFP en empoignade, le PPS équilibriste et les partis administratifs en lutte existentielle permanente, et finale. Même le RNI devenu akhannouchiste s’exprimait et donnait de la voix…

Et puis, au lendemain des dernières élections, celles de ce funeste 8 septembre, silence, total, abyssal, sépulcral. On a monté une majorité arithmétiquement parfaite mais politiquement atone. Personne ne parle, chef Akhannouch compris, chef Akhannouch surtout.

Oh, il a bien tenté une sortie médiatique quelques mois après son arrivée à la tête du gouvernement, mais face au désastre que fut cette sortie, plus rien depuis. Sauf quelques saillies parlementaires aussi maladroites qu’inutiles, parfois puériles.

Les autres chefs de partis siégeant autour de la table gouvernementale n’en disent pas plus. Nizar Baraka et Abdellatif Ouahbi gèrent leurs chapelles respectives et cultivent...leur jardin, laissant leur chef Aziz Akhannouch se débrouiller et le délaissant dans son silence, qui en devient gênant. Pourquoi gênant ? Parce que, avec lui, la politique se meurt et parce qu’un pays a, toujours, besoin de politique.

Jamais le Maroc n’a eu de chef de gouvernement/premier ministre aussi dramatiquement taiseux : Abdellatif Filali professait, Abderrahmane el Youssoufi parlait, Driss Jettou s’exprimait, Abbas el Fassi discourait, Abdelilah Benkirane s’exclamait, Saadeddine Elotmani expliquait. Mais Aziz Akhannouch ne dit rien, absolument rien, douloureusement rien.

C’est un peu comme si ses électeurs, une fois l’élection passée, ne comptaient plus ; c’est comme si les Marocains n’importaient pas ; c’est comme si l’opinion publique n’existait pas, dirait l’ex-Cheb Khaled… qu’on pourrait pasticher comme suit : « (il) est passé à côté de moi, sans un regard, (roi) de Saba, j’ai dit (Aziz), prend tout est pour toi. Voici les perles, les bijoux, aussi l’or autour de ton cou, les fruits bien mûrs au goût de miel »

Dans l’intervalle, les rumeurs vont bon train et, sans réponse audible, elles en deviennent atrocement pénibles, douloureusement crédibles … comme par exemple ce refus de légiférer autour de la question de l’enrichissement illicite.

Ces bruits et bruissements qui font tousser sur l’enrichissement illicite sont sans doute faux, très certainement injustes, tout juste des rumeurs et l’expression d’une fureur rentrée, mais à défaut de les démentir par le propos, la com, une présence, une certaine prestance, elles pourraient définitivement s’incruster dans l’esprit des populations, ce qui tuera encore plus la politique et, plus grave, les espoirs.

Ssi Akhannouch, la politique, ce n’est pas seulement la signature de parapheurs épais, la tenue de rencontres bilatérales, quelques propos tenus devant une assemblée parlementaire endormie et indifférente, des inaugurations avec tambours et trompettes, des sorties d’auto-satisfecits bien calculées, face à des auditoires acquis et passablement somnolents, fondés sur des politiques et des instructions royales.

Aujourd'hui, ce silence s'est banalisé, personne n'attend plus une prise de parole du chef de notre exécutif, et c'est bien dommage, et encore plus regrettable.

La politique, sous la constitution de 2011, c’est faire honneur aux électeurs, c’est redorer la chose politique, c’est réinstaurer la confiance et rétablir l’espoir et pour faire cela, il faut parler, exprimer, argumenter, expliquer ce qui est a fait et justifier ce qui ne l’est pas.

Les Marocains le méritent tellement, ô vous, Ssi Aziz Akhannouch, qui professiez que nous méritions mieux et qui devez toujours le penser. La politique a besoin de foi et nous avons besoin de croire.

Rédigé par Aziz Boucetta sur Panorapost 



Mardi 11 Juillet 2023


Dans la même rubrique :
< >

Chroniqueurs invités | Lifestyle | Breaking news | Portfolio | Room | L'ODJ Podcasts - 8éme jour | Les dernières émissions de L'ODJ TV | Communiqué de presse | Santé & Bien être | Sport | Culture & Loisir | Conso & Environnement | Digital & Tech | Eco Business | Auto-moto | Formation & Emploi | Musiczone | Chroniques Vidéo | Les Chroniques Radio | Bookcase | L'ODJ Média




A mag created with Madmagz.




Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.

 




Recherche

















Revue de presse










Menu collant à droite de la page