L'ODJ Média




CGEM, partis, …l’égalité des chances, ou la malchance de ceux qui ne sont rien


« L’Etat veille à garantir l’égalité des chances », nous enseigne la constitution du Maroc en son article 35… L’égalité, comme la parité, de nobles principes consacrés par la loi fondamentale, comme fondements d’une société vertueuse où chacun serait considéré pour ce qu’il a et non pour ce qu’il est. Mais comme souvent, ce qui est inscrit dans la constitution n’engage que ceux qui l’ont rédigée et son non-respect n’enrage que ceux qui y croient.



Écouter le podcast de cet article :


Par Aziz Boucetta

Dans la réalité, dans la vraie vie, les « ismes » se multiplient, comme népotisme, clientélisme, favoritisme, et même clanisme. On peut être surdiplômé ou même surdoué mais on sera toujours surpris par la survivance de pratiques qu’on croyait, qu’on espérait révolues.

Et, plus grave, cette chose hideuse de l’adoubement par le nom ou le clan se confirme de plus en plus, comme nos confrères de TelQuel viennent de le rappeler pour cette confrérie généreuse qu’est la CGEM. Mais il n’y a pas que dans ce club de (grandes) entreprises que l’inégalité des chances triomphe.

1/ La CGEM, donc… Elle n’a jamais été une véritable démocratie, car elle a éternellement été une réelle ploutocratie. Des frères et des sœurs, des cousins et des cousines, et la fameuse « nsoubiya » marquant la parentèle éternelle.

Ces gens nommés dans les nouvelles instances de la confédération sont-ils incompétents ? Assurément non. Mais la question à poser est de savoir s’il n’existe de la qualité et du talent que chez les proches. Non, encore une fois.

Cela étant, les nouvelles nominations concernent des personnes occupant des fonctions éminentes en entreprise. Et il est naturel qu’un géniteur nanti privilégie son fils, sa fille, leurs conjoints, les amis et les proches. L’entreprise n’est pas une démocratie et le détenteur du capital est aussi détenteur du pouvoir, entre autres celui de nommer qui il veut où il veut… sauf que cela est valable au sein de l’entreprise, pas de la CGEM, organe représentatif et représenté au parlement.

Le problème est là. Car, dans l’entreprise, on recrute des talents et il n’y aura jamais autant de parents que de postes à pourvoir, surtout dans les grandes entreprises qui animent la CGEM. Alors pourquoi n’adoube-t-on dans les instances de la confédération que les fils, filles, neveux, nièces, nsab, ignorant les autres talents de l’entreprise ?

Il semblerait qu’on n’élargisse le champ des nominations qu’après épuisement des proches. Le malaise, déjà palpable, augmente avec cette réaction du chef des chefs Chakib el Alj qui prend son téléphone, sans que personne ne le lui demande, et déclare à medias24 que « si ajustement il doit y voir au sein du Conseil d’administration, il sera fait ».

2/ Le gouvernement. Pourquoi reprocher à la CGEM de rééditer ce qui est déjà fait au gouvernement ? Le cabinet Akhannouch, c’est de notoriété publique, comporte bien des amis et d’ « anciens collaborateurs », des fidèles et des affidés, dont on retrouve des prolongements au sein de la...

CGEM. Des rencontres gouvernement/CGEM ressemblent depuis deux ans à des agapes entre amis, réunissant vassaux et commensaux. Les rumeurs courent sur les affaires qui se font et les dirhams qui pleuvent, mais personne ne les dément, par manque de temps ou insouciance et indifférence d’une ploutocratie qui s’étend et dont les protagonistes et heureux bénéficiaires s’entendent.

 

3/ Les partis politiques et le parlement. L’affligeante tendance au « familialisme » est certes mondiale, et le Maroc ne fait pas exception, sauf qu’il est dans la démesure et que chez nous, cela devient en quelque sorte la règle.

Quand on sait comment fonctionnent les partis au Maroc et quand on connaît l’irrésistible pouvoir de l’argent en leur sein, on ne s’étonnera pas de voir une singulière et admirable reproduction des élites politiques dans les appareils politiques puis, logiquement et mécaniquement, au parlement ; souvent, au détriment de la qualité et du talent.

Là encore, fils et filles, conjoints et consanguinité, alliances et nsoubiya triomphent. Pas besoin de citer des noms pour la double raison que la pratique est connue et que, là encore, elle ne contrevient pas à la légalité. Seule l’éthique en prend un coup… l’éthique et l’attractivité de la chose politique car, en effet, écœurés par ces pratiques pratiquées à très large échelle, tant de jeunes tournent le dos à la politique.

Et beaucoup s’en vont, sous d’autres cieux où leurs talents seront mieux appréciés.

Mais c’est tout de même regrettable que cela se produise à si grande échelle au sein d’une institution chargée de mettre en musique le fameux et très ingénu principe de « l’égalité des chances ».

4/ Les avocats. A la proclamation des résultats de l’examen d’accès à la profession d’avocat, les heureuses progénitures ont décroché le gros lot. Illégal ? Pas vraiment, si tant est que les résultats ne fussent pas tripatouillés…

Ce qui gêne est cette vérité qui émerge, crânement revendiquée, voulant que les avocats privilégient leurs enfants pour reprendre leurs cabinets, leurs enfants mieux préparés à l’examen, pour avoir fait leurs classes au sein des structures de leurs parents. On peut reconnaître au ministre de la Justice l'honnêteté  et le mérite de l'avoir reconnu en creux.

Question : Combien d’heureux lauréats l’ont-ils été en lieu et place de jeunes « mal nés » ? Encore une fois, un questionnement douloureux pour une profession supposée défendre les droits, et en particulier ceux de jeunes possiblement talentueux dont le seul tort et la seule tare est de ne pas être fils ou fille de ?

« Selon que vous serez puissant ou misérable,… », professait Lafontaine dans les Animaux malades de la peste, au 17ème siècle. Aujourd’hui, sur nos terres, on comprend mieux que les proches de puissants puissent se placer aussi aisément alors que les autres vivent les affres de la misère relationnelle. Et on comprend encore plus que ces derniers s’en aillent à gros bouillons, privant le pays de leurs talents.

Rédigé par Aziz Boucetta sur Panorapost 



Mardi 27 Juin 2023


Dans la même rubrique :
< >

Chroniqueurs invités | Lifestyle | Breaking news | Portfolio | Room | L'ODJ Podcasts - 8éme jour | Les dernières émissions de L'ODJ TV | Communiqué de presse | Santé & Bien être | Sport | Culture & Loisir | Conso & Environnement | Digital & Tech | Eco Business | Auto-moto | Formation & Emploi | Musiczone | Chroniques Vidéo | Les Chroniques Radio | Bookcase | L'ODJ Média




A mag created with Madmagz.




Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.

 




Recherche

















Revue de presse










Menu collant à droite de la page