L'ODJ Média




Chez le médecin, le patient qui a mal doit prendre son mal en patience


« Il n’y a pas de santé sans personnels de la santé », scande l’Organisation mondiale de la santé. Exact, mais il n’y a pas plus de santé « sans personnels de la santé »… humains, pourrait-on ajouter.



Écouter le podcast de cet article :


Par Aziz Boucetta

Ici, au Maroc, il est devenu habituel d’attendre une heure ou deux, souvent plus, quand on se rend chez un spécialiste. Pénurie de médecins ? Course au chiffre d’affaires ? Désorganisation ? Les raisons peuvent être multiples, mais le résultat est le même : attendre, attendre, encore attendre, toujours attendre…

Bien évidemment, il est inconvenant de généraliser, car il existe des médecins, des cliniques (plus rarement) où les rendez-vous sont correctement gérés et les personnels idéalement courtois et avenants…

Bien entendu, il est une vérité que la ponctualité n’est pas une vertu largement répandue… Mais le fait est que, très souvent, trop souvent, un rendez-vous est donné d’une manière très formelle.

Que s’est-il donc produit donc pour que les médecins respectueux de leurs rendez-vous soient si peu nombreux ? Que s’est-il passé pour que les gens s’accommodent de ces délais d’attente, longs, parfois très longs, et qu’ils se résignent et acceptent de sacrifier une demi-journée pour aller chez leur médecin ? Pourquoi cela n’était-il pas ainsi voici quelques décennies, quand les médecins étaient davantage respectueux ?

Aller chez un médecin de nos jours équivaut même parfois à perdre sa dignité, étant entendu qu’il est impossible de faire valoir ses droits, qu’il est impensable de faire respecter ce rendez-vous et que s’adresser à l’assistant(e) du médecin équivaut à parler à un mur.

Et ces comportements sont d’autant plus discutables quand il s’agit de spécialités traitant des maladies « difficiles », neurologie, psychiatrie, oncologie… Et une fois chez le praticien, il arrive que la consultation ne dure que dix ou vingt minutes, et c’est tout… juste avant d’aller s’acquitter des frais de la consultation.

Il est vrai que le médecin a souffert et même beaucoup souffert avant de pouvoir ouvrir son cabinet, après des études longues et difficiles, rythmées par de nombreuses et incertaines sélections, et cela peut justifier la recherche d’une existence conforme au prix payé.

Et il est également vrai que le matériel et les équipements coûtent cher, parfois très cher, et... que les organismes de crédit sont intraitables. Mais alors, la profession médicale serait-elle devenue mercantile ? Qui en blâmer ?

Depuis quelques années, la profession s’organise, des groupes privés voient le jour, recevant à tour de bras des patients examinés, scannés, traités, triturés, mais rarement écoutés, avant d’être dirigés vers l’un des services les plus importants d’une clinique, en l’occurrence le service caisse.

Là encore, peut-on réellement leur en vouloir, à ces détenteurs de capitaux qui doivent faire fructifier leurs investissements ? Non car ils des contraintes financières, mais oui, car les patients au pire souffrent et au mieux préféreraient ne pas perdre leur temps dans des salles d’attente bondées, sous le regard indifférent de personnels affairés

 

Alors que faire quand on est déshumanisé par une profession supposée être la plus humaine ou humaniste du monde ? Prendre son mal en patience ?

Voilà une magnifique expression, très parlante, du patient qui, accompagné de son mal, doit patienter, puis être réduit à un simple dossier, souvent confronté à des médecins sous tension, peu enclins à avoir de l’empathie pour des gens dont la visite chez le médecin est synonyme de rémission, de soulagement, de guérison.

Un médecin, une clinique, ne peuvent-ils donc pas mieux organiser leurs journées, recevant moins de patients mais consacrant davantage de temps et accordant plus d’attention aux malades qui se présentent ? Si la réponse est négative, quelle en est la raison ?

Pourquoi multiplier les consultations et en réduire la dimension humaine ? Que la réponse soit la contrainte de « faire du chiffre » pour amortir le matériel, ou « faire du chiffre » pour grossir son compte en banque, le résultat sera le même, une funeste mercantilisation d’une noble profession.

En prêtant le fameux serment d’Hippocrate, le futur médecin jure qu’ « [il] donnerai [ses] soins à l’indigent et à quiconque les [lui] demandera. [Il ne se laissera] pas influencer par la soif du gain ou la recherche de la gloire ».

Que nos amis médecins pardonnent ces lignes, mais qu’ils conviennent également que les patients actuels, futurs ou potentiels que nous sommes trouvent un certain désagrément et gêne à « patienter » des heures durant dans leurs salles d’attente.

Rédigé par Aziz Boucetta sur Panorapost 



Mardi 18 Avril 2023


Dans la même rubrique :
< >

Chroniqueurs invités | Lifestyle | Breaking news | Portfolio | Room | L'ODJ Podcasts - 8éme jour | Les dernières émissions de L'ODJ TV | Communiqué de presse | Santé & Bien être | Sport | Culture & Loisir | Conso & Environnement | Digital & Tech | Eco Business | Auto-moto | Formation & Emploi | Musiczone | Chroniques Vidéo | Les Chroniques Radio | Bookcase | L'ODJ Média




A mag created with Madmagz.




Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.

 




Recherche

















Revue de presse










Menu collant à droite de la page