Menu
lodj lodj
séprateur .png
lodj
Twitter
YouTube
Digital TV
LinkedIn
Facebook
Instagram
Tiktok
search








Comprendre l'Algérie


La retenue. Il faut remonter loin dans le temps pour en retrouver trace dans le discours de l’Algérie officielle. Ou dans le comportement de ses dirigeants. Il suffit de revoir la désinvolture avec laquelle les hiérarques de l’armée algérienne ont plongé leur pays en janvier 1992 dans la décennie noire pour comprendre qu’on est en présence d’un logiciel qui ne conçoit de solution que conflictuelle.



Par Naim kamal

Comprendre l'Algérie
comprendre_lalgeriebreak_ti1636467844.mp3 A lire ou à écouter en podcast :  (1.01 Mo)

Pendant longtemps, avant que l’utopie ne se dévoile sous son vrai jour, chimérique, l’Algérie du FLN, à une époque où les généraux avaient encore la pudeur de se caméléoniser en politiques, faisait illusion. Elle était portée par l’élan des mouvements de libération et des indépendances, au point que ses dirigeants ont fini par croire que le rayonnement de leur pays était dû à ses qualités intrinsèques et à une force qui lui était consubstantielle.

Panne d’imagination 

Lorsqu’à la fin des années quatre-vingt et des débuts quatre-vingt-dix la mécanique s’est cassée dans le sillage de la chute du mur de Berlin, outre les dirigeants, la partie encartée des élites algériennes que l’on peut qualifier d’organique selon le concept gramscien, seule à avoir droit au chapitre, n’a pas trouvé en elle suffisamment d’imagination et d’autonomie pour concevoir une Algérie nouvelle post-guerre-froide. Si bien que l’on peut dire que de tous les pays qui gravitaient autour de l’Union soviétique, notamment les « démocraties populaires » d’Europe, seule la République Algérienne Démocratique et Populaire est restée à l’Est. 

A la ‘’décharge’’ de cette Algérie, son entrée, concomitamment à l’implosion de l’URSS, dans une longue guerre civile de 10 ans qui a fait entre 100 mille et 200 mille morts. Elle ne lui a pas laissé le loisir de trop réfléchir sur son devenir dans la nouvelle configuration mondiale, l’heure étant à la survie du régime et de son système en dehors de ses repères habituels. 

L’ère Bouteflika qui en est sortie en 1999, prometteuse au début, paralysante par la suite, n’a pas non plus, et c’est peu dire, contribué à l’émergence de nouvelles élites au diapason des rapides mutations d’un monde qui obéissait au seul mot d’ordre de la globalisation. Affrontements sourds des clans, lutte de survie, entrechocs des intérêts, télescopages des loyautés au gré des rapports de force, terrorisme résiduel, comme ils disent, ont distrait les dirigeants de l’essentiel : les Algériens. 

Ce sont ces Algériens qui dans un hirak surprenant à plus d’un titre, sont venus subitement bousculer le régime jusque dans ses assises, l’armée. Profitant d’une brèche créée dans le système par la prétention du clan Bouteflika, ‘Issaba disait le général Gaïd Saleh qui en faisait pourtant partie, à un cinquième mandat, ils ont osé ‘’l’impensable’’, l’exigence d’un pouvoir civil. Pour des raisons multiples, dont son manque d’organisation et d’homogénéité, l’absence de leaderships charismatiques, son refus d’aller à l’affrontement, la place prépondérante qu’occupe l’armée aussi bien dans le système que dans l’esprit des Algériens, la pandémie aidant, le hirak pour grandiose et imaginatif qu’il fut, n’a pas été en mesure d’induire dans l’immédiat des transformations majeures dans la pensée et les comportements du régime.

Acculés mais pas à terre, les hiérarques de l’armée ont entamé une reprise en main de la situation par la seule voie qu’ils maitrisent, musclée. Une voie qui ne peut fonctionner, du moins temporairement, que si elle est adossée à la désignation d’ennemis intérieurs et extérieurs que l’on croit pouvoir amalgamer à volonté. Ils sont tout trouvés : les indépendantistes du MAK et les islamistes du Rachad à l’intérieur, le Maroc à l’extérieur. A l’international, les tenants du pouvoir en Algérie croient qu’il suffirait de renouer avec la logorrhée agressive d’autrefois, s’agiter à droite et à gauche, bomber le torse pour retrouver la dynamique enivrante d’antan. 

Mais chaque jour qui passe montre que la communauté internationale n’est pas dupe. Ici et là, elle donne des signes d’agacement.  La récente sortie du président français, Emmanuel Macron, contre un « système politico-militaire dur » qui a tant ému à Alger, s’inscrit dans cette lignée d’irritations. La dernière résolution du Conseil de sécurité de l’ONU sur le Sahara et le peu d’empressement de Moscou à la contrecarrer corroborent ces impatiences. 

Les réactions algériennes intempestives dont le Maroc accuse réception avec un sang-froid à toute épreuve, indiquent que dans les allées fébriles du pouvoir, on se refuse encore à regarder en face ces nouvelles réalités. Or, la fébrilité n’est ni bonne conseillère ni jamais bon signe.     

Rédigé par Naïm Kamal sur https://quid.ma



Lundi 8 Novembre 2021


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 16 Mai 2022 - 00:51 Cynisme et euphorie de Washington

Chroniqueurs invités | Coup de cœur



Magazine créé avec Madmagz.






Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.