Menu



De la sécurité énergétique au Maroc


Le Maroc est fortement dépendant des énergies fossiles, et ses grandes ambitions en termes d'investissement dans les énergies renouvelables et sa politique d'accompagnement de la transition énergétique vont changer cette donne à terme.

Lahcen Haddad



Cependant, les changements géostratégiques et les transformations technologiques dans le domaine des énergies renouvelables et l'adoption de politiques de blocs comme l'Union européenne (premier partenaire du Maroc) concernant de nouvelles normes concernant le niveau d'émission de carbone dans l'énergie utilisée, pour la production industrielle et l'adoption d'une nouvelle classification transitoire des énergies renouvelables et non renouvelables moins polluantes, comme le gaz et l'énergie nucléaire...

 

Tout cela poserait des défis au niveau de l'investissement et de sa rentabilité, et de l'adaptation de la technologie aux évolutions futures, notamment en ce qui concerne la production, le stockage, le transport et l'utilisation industrielle.


Les questions qui se posent aux décideurs énergétiques sont cruciales et nécessitent une intelligence stratégique et des visions d'avenir basées sur des données qui ne sont pas disponibles aujourd'hui, mais doivent être visualisées avec précision, en tenant compte de la tendance des évolutions technologiques dans le domaine de l'énergie, de l'avenir géostratégique études sur l'énergie, les évolutions géopolitiques générales et l'évolution de la consommation, à la lumière des changements de comportement que la culture de la durabilité et de la responsabilité envers la terre et les ressources naturelles entraînera, en particulier chez les jeunes générations.


La problématique fondamentale qui se pose est la suivante : comment s'articule-t-elle entre les investissements de long terme dans le domaine du gaz naturel d'une part, et la politique de basculement vers les énergies alternatives d'autre part, d'autant que l'Europe s'orientera d'ici vingt à trente ans vers continuer à soutenir l'énergie solaire, éolienne, hydraulique et l'hydrogène vert, et considérer le reste polluant, c'est-à-dire au-dessus de la limite de 100 grammes d'émissions par kilowatt d'énergie ?
 

Le gaz naturel, dans la nouvelle classification de l'Union européenne, peut être considéré comme "énergie de transformation", c'est-à-dire que le plafond de cent grammes pourra être dépassé jusqu'à environ deux cent soixante-dix grammes, si les stations qui fonctionneront au gaz sont construites avant 2030 et passent à des gaz moins polluants avant 2036, et si cela arrive, les centrales remplaceront des centrales à charbon ou à fuel plus polluantes ( Comprendre l'Europe, « Environnement : Qu'est-ce que la classification verte de l'UE ? »).


Les investissements que le Maroc fait dans le domaine du gaz auront un retour à moyen et long terme, mais d'ici vingt ou trente ans, il y aura probablement une transition énergétique dans laquelle le gaz naturel ne jouera peut-être pas un rôle majeur dans le futur mix énergétique...

 

Des études prévisionnelles financières et économiques doivent être réalisées afin de déterminer l'efficacité de ces investissements et quels sont les investissements futurs pour remplacer le gaz polluant par du gaz moins polluant, et comment il peut être fourni au niveau international, et dans quelle mesure cela est-il compatible avec les orientations des partenaires économiques ?
 

Une autre question se pose avec urgence : elle est liée à l'investissement dans les énergies renouvelables (surtout solaire), un domaine qui connaît d'importants développements technologiques concernant le processus de captage du rayonnement et de stockage de la chaleur, ce qui peut rendre la production moins coûteuse à moyen terme par rapport à l'obligation de l'État d'acheter l'énergie à un certain prix pour garantir les droits des investisseurs.

 

C'est ce qui rend controversé le recours à l'autoproduction d'énergie, car cela créera une concurrence sur le marché susceptible d'affecter les droits des investisseurs et les obligations de l'État. Cela ne veut pas dire qu'il ne faut pas continuer à investir dans les énergies solaires et la rentabilité, mais les choix actuels peuvent avoir des conséquences financières et économiques qu'il faut prévoir et comment les surmonter à moyen et long terme.


Et qu'en est-il de l'énergie nucléaire ? Oui, l'Europe est divisée sur le sujet, mais l'énergie nucléaire a été intégrée dans la nouvelle classification avec des exigences de sûreté, notamment dans la gestion des déchets nucléaires.

 

Au Maroc, on parle du nucléaire comme l'une des composantes du futur mix énergétique, mais le concept est encore incomplet. Je soupçonne que le dessalement de l'eau de mer pourrait être possible à l'avenir grâce à des centrales nucléaires le long des côtes de l'Atlantique et de la Méditerranée.

 

L'investissement porte sur des réacteurs de taille moyenne qui ne nécessitent pas un investissement important. Les déchets sont stockés grâce à de nouvelles technologies développées en Suède et en Finlande (selon l'expert nucléaire marocain Khammar Lamrabet). Il est possible de rechercher des sources permanentes d'approvisionnement en uranium à travers des minéraux tels que les phosphates ou autres.


La stratégie énergétique du Maroc, qui se traduit par « l'efficacité énergétique », la mobilisation des ressources énergétiques internes, la continuité de l'approvisionnement, la généralisation de l'accès à l'énergie, le lien entre le Maroc et son environnement régional et la durabilité, n'ont pas clairement porté leurs fruits (Media 24, "Stratégie énergétique : le Maroc vers où ?", 24 avril 2021).

 

Peu de choses ont été faites en termes d'efficacité, alors que des progrès ont été réalisés en termes relatifs au niveau des énergies renouvelables, et que la production individuelle d'énergie se heurte à des obstacles juridiques, tandis que le régime du gaz sort de sa place et n'a pas existé malgré les déclarations de ministres de l'énergie depuis 2012 (même source).


La situation financière de l'Office national (marocain) de l'eau et de l'électricité, dont dépend la sécurité énergétique du pays, appelle un traitement réel et réaliste. Oui, la gouvernance du secteur a été améliorée grâce à la création de l'Autorité nationale de régulation de l'électricité, mais son rôle doit être renforcé et son indépendance et l'efficacité de ses interventions assurées.


Tout cela signifie que la sécurité énergétique du Maroc ne se fera pas sans se poser des questions embarrassantes et élaborer des scénarios d'avenir activables à la lumière d'investissements et d'ouvrages lourds, et à la lumière des transformations technologiques et géostratégiques actuelles et futures affectant le domaine énergétique.


La demande de gaz comme source de chauffage et pour faire fonctionner les centrales thermiques atteindra environ 180 M de pieds carrés d'ici 2040, un développement qui pourrait atteindre plus de soixante pour cent, par rapport au taux de consommation actuel (CFR, « Réserves de gaz naturel » 2011). La construction d'énormes pipelines nécessitera d'énormes investissements et cela aura un impact sur la structure des prix et les finances publiques, car les gouvernements interviendront pour soutenir les groupes faibles et soulager la pression sur eux.
Le défi pour le Maroc est : comment transformer les subventions en aide directe qui cible les pauvres et les classes moyennes et exclut les riches et les grandes entreprises. Un soutien direct par le biais de transferts monétaires aux groupes identifiés via le registre social unifié est la solution, mais la transition vers celui-ci doit être gérée avec sophistication politique, communication et pédagogie afin qu'elle ne soit pas exploitée pour servir des agendas populistes ou politiciennes.


L'énergie n'est pas seulement une question de production, d'approvisionnement, de distribution et de contrôle des prix. C'est un enjeu politique, géopolitique et géostratégique par excellence. Les choix du présent gouvernent largement les paris du futur. Et cet avenir est transformé d'une manière qui ne peut pas être prédite à 100% scientifiquement.

 

Mais les études prospectives, la futurologie, les transformations technologiques, économiques et géostratégiques actuelles et futures nous donnent une idée de la science future de la politique énergétique. Le Maroc devrait s'armer de cette science pour développer une vision globale, flexible, scientifique et réalisable de son avenir énergétique et de sa sécurité énergétique à l'horizon 2050 et au-delà.

 

Source : aawsat.com




Mercredi 1 Juin 2022

Mustapha Bourakkadi
Journaliste sans la prétention de détenir la science infuse... ma seule ambition est de rapporter... En savoir plus sur cet auteur

Dans la même rubrique :
< >

Mardi 28 Juin 2022 - 01:26 Hélène de Troie

Lundi 27 Juin 2022 - 19:27 Tragédie aux portes de Melilia

Coup de cœur | Chroniqueurs invités



Magazine créé avec Madmagz.






Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.