Des nouvelles du polisario ?

Le polisario se meurt à petit feu.


Les contradictions internes du polisario ont plus de chances de venir à bout de la bête que les tractations diplomatiques.



Écouter le podcast en entier :


Il y a un peu plus de deux ans, le 13 novembre 2020 plus exactement, le polisario prit la stupide décision de rompre le cessez-le-feu, conclu en 1991.

Une réaction mal calculée à l’opération de désinfection menée, le jour même, par les Forces Armées Royales au passage frontalier de Guergarat.
 
Depuis lors, le polisario multiplie les communiqués de guerre, tout en comptant ses morts et ses blessés, ciblés par les drones des Forces Armées Royales à chaque fois que ses miliciens osent s’aventurer dans la zone tampon.

Plus rapproché dans le temps, le 6 octobre 2021, le SG de l’Onu a nommé Staffan de Mistura son envoyé personnel pour l’affaire du Sahara.

Le poste était vacant depuis 29 mois, l’allemand Horst Köhler ayant déclaré forfait, comme tous ses prédécesseurs.

Diplomatie vs schizophrénie

Un an après, le mieux que pu faire le diplomate septuagénaire italo-suédois est d’obtenir, le 27 octobre, le prolongement d’un an du mandat de la Minurso.

Le jour même, le représentant permanent du Maroc auprès des Nations Unies, Omar Hillal, a prévenu que le retrait de la Minurso allait entraîner la prise du contrôle de la zone tampon par les Forces Armées Royales.

Staffan de Mistura ne peut, en effet, raisonner des polisariens qui réclament un retour au cessez-le-feu qu’ils ont pourtant eux-mêmes déclaré rompre.

Ni leurs parrains algériens, qui accueillent, arment et soutiennent à bout de bras les polisariens, tout en jurant ne pas être partie prenante dans le conflit.

A défaut de convaincre les polisariens et leurs marionnettistes algériens de revenir à de meilleurs sentiments par la négociation, la proposition marocaine d’autonomie avancée des provinces du Sud du royaume suscitant une toujours plus large adhésion au sein de la communauté internationale, il se pourrait que l’électrochoc nécessaire provienne des camps même de Lahmda, en Algérie.

Erosion des convictions

Que le polisario essaye d’entretenir le fantasme de prochains succès militaires contre le Maroc, à l’aide d’éventuels drones iraniens, ou tente de faire taire les voix discordantes à l’intérieur des camps de Tindouf, en versant de maigres compensations aux victimes de la torture, les habitants desdits camps de la honte sont tout simplement fatigués.

47 ans à vivre dans l’attente de la réalisation d’une chimère, chose dont les habitants des camps de Tindouf ont maintenant parfaitement pris conscience, ont de quoi dégoûter le plus endurci des séparatistes.

Réseaux sociaux aidant, le visionnage de vidéos tournées dans les provinces du Sud du Maroc, permettant de constater les énormes progrès qui y ont été réalisés et le niveau de vie des habitants, a chamboulé bien des convictions.

Les habitants des camps de Lahmada regardent autour d’eux et ne voient que la mort de proches, sacrifiés juste pour les besoins de la propagande, la misère dans laquelle ils végètent, et ce pendant que les dirigeants du polisario se vautrent dans le luxe à Tindouf et à l’étranger et envoient leurs enfants vivre loin des camps et des tirs des drones.

La menace des mercenaires

Autre ingrédient de ce cocktail explosif, les sahraouis originaires de l’Azawad, au Mali, et du Nord de la Mauritanie, recrutés il y a fort longtemps pour combattre contre le Maroc et peupler les camps de Tindouf, et qui se posent depuis quelques temps, à haute voix, des questions sur leur sort.

Ceux là ne voient aucun intérêt à un règlement pacifique du conflit et une large autonomie des provinces du Sud ne les concernent en rien, puisqu’ils ne sont pas d’origine marocaine.

Ces mercenaires en sont maintenant au stade des menaces, exigeant leur part d’un butin territorial inexistant.

Le polisario se meurt à petit feu.





Ahmed Naji
Journaliste par passion, donner du relief à l'information est mon chemin de croix. En savoir plus sur cet auteur
Mardi 22 Novembre 2022

Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 30 Novembre 2022 - 09:11 La gastronomie, « soft power » du Maroc

Mercredi 30 Novembre 2022 - 03:38 Maroc - Canada : Rendez-vous avec l'Histoire Inchallah

Les émissions de L'ODJ TV | L'ODJ Room | L'ODJ Podcasts | Communiqué de presse | L'ODJ Lifestyle | Sport | Breaking news | Quartier libre | Santé & Bien être | Culture & Loisir | Conso & Environnement | Replay vidéo outdoor | Digital & Tech | Musiczone | L'ODJ Média | Magazine | Small Business | Home sweet Home | Auto-moto | EduWhatsUp



<

Magazine créé avec Madmagz.