Menu
lodj lodj
séprateur .png
lodj
Twitter
YouTube
Digital TV
LinkedIn
Facebook
Instagram
Tiktok
search








Dimensions de la dynamique internationale de soutien au plan d’autonomie au Sahara marocain


L’élargissement des soutiens internationaux au plan d'autonomie proposé par le Maroc depuis 2007, comme solution finale au conflit artificiel sur le Sahara marocain, est caractérisé par une dynamique croissante.

Adil Ben Hamza



Cette dynamique a plusieurs dimensions, dont certaines sont liées aux basculements géostratégiques que connaît le monde, notamment celles liées aux positions des parties au conflit et à leur présence sur la scène internationale, outre l'impact de la position américaine qui a jugé depuis la fin du mandat de l'ancien président Donald Trump de reconnaître la souveraineté du Maroc sur le Sahara, et de soutenir et mettre en œuvre le schéma d'autonomie dans le cadre de la souveraineté marocaine, ce qui a été clairement consacré dans la résolution n° 2602 du Conseil de sécurité.

La première dimension : les changements géostratégiques

La guerre russe contre l'Ukraine est, sans aucun doute, un prélude à la reconstruction d'un nouvel ordre international tripolaire (États-Unis, Chine et Russie). Les trois parties cherchent à redéfinir leur espace vital, et bien sûr ce processus laissera des affrontements aux frontières de zones indispensable à caractère sécuritaire stratégique hautement sensible. Les lignes de front se feront dans l'océan Pacifique autour de la mer de Chine et jusqu'à l'Australie, puis les frontières est et nord de l'Europe de la mer Baltique à la mer Noire. Puis en Afrique, qui connaît une concurrence économique entre Occident et Chine, et une éventuelle confrontation occidentale contre la Russie en raison de la présence militaire russe croissante en Afrique (Libye, Mali, Afrique centrale), de sorte que la poursuite d'un conflit artificiel au Sahara marocain est considéré comme un héritage de la guerre froide dans une région importante de l'Afrique du Nord caractérisée par sa proximité avec l'Europe et face aux côtes orientales américaines.

 

Ce qui est considéré comme un enjeu stratégique sérieux et une menace pour la sécurité américaine et européenne. Nous constatons donc que les pays occidentaux et l'Union européenne expriment des positions pro-marocaines en tant que partenaire fiable dans la région. Nous avons suivi cela à travers les positions de l'Espagne, des Pays-Bas, de la Commission européenne, de l'Italie, de la France et l'Allemagne, et d'autres pays qui soutiennent clairement la proposition d'autonomie, et on peut dire que le Maroc a réussi à inverser les pressions qu'il subissait, ce qui Cela s'apparentait à du chantage, à des positions claires de soutien qui avaient été retardées pendant des décennies.

La deuxième dimension : les positions des parties du conflit et leur présence internationale

Le front séparatiste Polisario vit depuis des années dans un « vide prolongé », qui est encore aggravé par la situation en Algérie, car on sait qu'il n'y a pas de front Polisario sans le régime militaire au pouvoir en Algérie, et puisque celle-ci depuis des années, et depuis 2013 au moins, vit dans un vide dans les rapports de force, et l'isolement international qui en résulte. Ce qui la rend incapable de suivre le rythme des transformations que connaît le système international, et d'influencer de nouveaux contextes, qu'il s'agisse de ce qui concernent le Maghreb, la région sahélo-saharienne ou l'Afrique en général, et par extension. Le front Polisario, qui a toujours été habitué à n'être qu'un simple écho de ce que fait le régime algérien, se retrouve aujourd'hui perdu, désespéré et isolé sur le plan international. Cela s'est manifesté lorsqu'il a pris l'initiative de bloquer la route commerciale internationale reliant le Maroc à la Mauritanie au point de passage de Guerguerat, au mépris manifeste des lois internationales et des appels des Nations unies, dont le cessez-le-feu, et la reprise d'opérations militaires fictives qui n'existent que dans l'imaginaire du leadership du Polisario, appuyé par une presse algérienne rétrograde pour l'organisation internationale qui cherche à construire la paix dans la région, qui a fait perdre au front nombre de ses soutiens, notamment au Parlement européen et en Espagne.

La troisième dimension : l'importance de la reconnaissance américaine du Sahara marocain

La position américaine a connu une évolution importante liée à la voie du règlement international, et représente un point de vue influent dans la formation d'une nouvelle conviction au sein du Conseil de sécurité, dans le contexte de l'évolution de sa vision du conflit dans le désert depuis 1997, qui a vu la signature de l'accord de Houston, et cette transformation a culminé dans la position internationale en 2007 lorsqu'elle a présenté la proposition d'autonomie du Maroc comme une nouvelle plate-forme de négociation après la conviction des grandes puissances et de nombreuses capitales mondiales, que le processus de identifier et organiser le référendum est devenu irréalisable, et que s'y accrocher ne fait qu'étendre le conflit dans une région qui connaît de grands enjeux sécuritaires à dimension internationale.

 

La proposition d'autonomie, que le Conseil de sécurité qualifie depuis 2007 de sérieuse et crédible, a été considérée comme une proposition réaliste qui rompt avec le cadre qui entourait la thèse référendaire, basée sur la dualité perdant / gagnant du référendum et refusant de prendre des risques en attendant le résultat, le Maroc a donc fourni une plate-forme gagnant/ gagnant, pour que le Royaume ne perde pas sa souveraineté et son intégrité territoriale, et que le front Polisario ne perde pas les slogans qu'il a brandis sans créer un État séparé du Maroc.

 

Cette solution réaliste constituait pratiquement une voie pour la solution devant la communauté internationale, compte tenu de sa force juridique, politique et morale et de la rapidité de sa pénétration dans les cercles décisionnels internationaux, l'Algérie a misé sur le temps pour lui faire perdre ce pouvoir et rayonnement...

 

Ainsi est venue la position américaine, qui a choqué le régime algérien, car Washington est la pièce maîtresse dans tout ce qui touche aux résolutions du Conseil de sécurité concernant le Sahara, en plus de l'influence des États-Unis a été dans un certain nombre de capitales, et l'impact de la reconnaissance américaine était évident dans le texte de la récente résolution 2602 du Conseil de sécurité sur la question du Sahara, qui a fait tomber les illusions algériennes.

La quatrième dimension : les acquis du Maroc au Conseil de sécurité.. Résolution n° 2602

En octobre dernier, le Conseil de sécurité était à un nouveau rendez-vous avec la question du Sahara, et l'Algérie, qui a coomis une escalade dangereuse et sans précédent contre le Maroc, venant à rompre les relations diplomatiques et à fermer l'espace aérien, avait des objectifs qu'elle cherche à inscrire dans la résolution du Conseil de sécurité, car on peut dire que les attentes de l'Algérie et du Polisario sont derrière elle. Elle reposait sur six éléments :

1- Condamner le Maroc et imposer un retour à la situation antérieure à Guerguerat.
2- Rejet des tables rondes regroupant le Maroc, l'Algérie, la Mauritanie et le Polisario, et lancement de négociations directes entre le Maroc et le Polisario.
3- Renforcer le mandat de la MINURSO pour inclure la surveillance des droits de l'homme au Sahara.
4- Reconnaissance de l'existence d'une « guerre de libération » menée par le Polisario depuis novembre 2020.

5- Donner à la Russie un plus grand rôle d'une manière qui affecte les États-Unis d'Amérique, et repositionner le conflit comme un conflit régional qui évoque l'ère de la guerre froide.

6- Isoler la position de la reconnaissance américaine de la souveraineté du Maroc sur le Sahara, et la rendre sans aucun impact sur les décisions du Conseil de sécurité.


La résolution du Conseil de sécurité a fait tomber bon nombre des illusions que l'Algérie avait dans les mois précédant la réunion du Conseil de sécurité, y compris un rôle influent de la Russie. Cela est devenu clair lorsque Moscou n'a pas réussi à modifier le projet de résolution américain malgré le report du vote de deux jours. .

Il s'agit d'un ensemble de considérations et de dimensions qui affectent le dynamisme de l'étreinte internationale de la proposition d'autonomie. Les dirigeants algériens comprennent-ils le danger de l'étape que traverse le monde pour discuter de solutions qui préservent le droit des peuples de la région à développement? Ou chercheront-ils une fois de plus à exploiter la situation internationale, comme hier pendant la guerre froide ?

Source : annahar.com




Vendredi 20 Mai 2022

Mustapha Bourakkadi
Journaliste sans la prétention de détenir la science infuse... ma seule ambition est de rapporter... En savoir plus sur cet auteur

Dans la même rubrique :
< >

Coup de cœur | Chroniqueurs invités



Magazine créé avec Madmagz.






Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.