L'ODJ Média




Emmanuel Macron, un si petit président pour un si grand pays


La constitution de la Vème République a été conçue par le général de Gaulle, un militaire certes républicain mais avec une nostalgie monarchiste, et le comportement qui va avec. Les présidents qui se sont succédé depuis Mongénéral ont tour à tour eu cette posture de « monarque républicain » selon la formule de Maurice Duverger, chacun à sa façon, chacun avec sa méthode, de Georges Pompidou à François Hollande, en passant par le grand Tonton et le petit Sarkozy.



Écouter le podcast de cet article :


Par Aziz Boucetta

Emmanuel Macron, lui, a une façon bien particulière d’exprimer son être et de déprimer les gens.

Tous les présidents français, depuis 1958, ont peu ou prou œuvré à maintenir et/ou consolider la grandeur de la France, sauf l’actuel qui, lui, se satisfait d’être persuadé de sa propre grandeur. C’est pour cette raison qu’il scande en rafale, inconsciemment ou en toute inconscience, des phrases avilissantes de type « premier de cordée », « ceux qui ne sont rien » et autres expressions condescendantes d’un jeune Gaulois réfractaire à toute forme d’empathie.

L’Histoire de France depuis la Révolution de 1789 a ceci de particulier que le très vieux royaume n’a jamais vraiment rompu avec sa grande tradition monarchiste qui a fait de lui la grande nation qu’elle fut jusqu’à la présidence actuelle, malgré les vicissitudes de l’Histoire et les turpitudes et autres petites histoires d’un pays qui a marqué les Lumières.

Les Français ont guillotiné leur roi pour mettre un empereur à sa place, avant de « restaurer » prestement la monarchie, de s’essayer brièvement à la république pour très vite revenir se réfugier dans l’Empire, avant de renouer avec le régime républicain secoué par tant de soubresauts et bousculé tantôt par des guerres tantôt par une admirable instabilité ; et, au final, nos amis Français ont trouvé un compromis entre monarchie et république, un compromis nommé Vème République.

Aujourd’hui, le vieux pays du vieux continent a décidé de placer à sa tête un jeune homme se voulant sémillant, volontiers frétillant et quelquefois pétillant qui avance vers l’avenir en courant, au risque de rencontrer une gifle, comme il est effectivement advenu une fois.

N’écoutant personne que sa personne, promenant sur le monde une vision égotique et la novlangue qui va avec, dévasté d’amour pour lui-même, il s’acharne à vouloir écrire l’avenir au présent, prenant de haut le monde et les siens, et le voilà qui réussit ce tour de force d’enlever... un second mandat qu’il réussit avec un certain talent à faire caler au démarrage.

Bref, passant de l’état de grâce à la disgrâce, il fait douter de lui-même un pays que le monde, autrefois, redoutait.

 

Avec lui, une forme de maltraitance de son peuple exténué, travaillé à la fourche et au LBD, et autour de lui, les décombres d’une diplomatie qui connut pourtant de beaux jours et de grands noms, de Talleyrand à de Villepin, en passant par Chateaubriand ou Poincaré, entre autres.

En interne, il installe avec une constance qui force l’admiration une violence d’Etat de moins en moins légitime, qui heurte autant les instances internationales que « ceux qui foutent le bordel », professe-t-il avec élégance.

A l’international, il se fâche avec à peu près tout le monde, dans les deux sens du mot. L’Afrique l’ostracise et l’Amérique le méprise, la Russie le ridiculise et la Chine le toise. A force de vouloir rabaisser tout le monde, il abaisse son pays et en voulant briller, il a plongé sa société dans les ténèbres de l’incertitude et la noirceur de la crise de nerfs.

Jamais la France n’a connu autant de déconvenues diplomatiques qu’avec M. Macron : Rappels d’ambassadeurs avec l’Italie, crise humiliante avec les Anglosaxons, crise avec le Mali et le Burkina Faso, crise avec le Maroc, aux prises avec tant d’autres ; il s’est voulu médiateur entre les Russes et les Ukrainiens, mais Poutine ne lui parle plus et Zelensky ne l’écoute pas plus, crise avec la Turquie, crise avec l’Allemagne…

Cet homme Macron n’est bien qu’avec les riches, arabes soient-ils ou chinois. A eux, il sait faire les courbettes pour en soutirer quelques miettes.

Mais personne en France ne lui reproche véritablement ses manquements et autres errements diplomatiques, et pour cause… les Français sont tétanisés par l’état de leur pays, surclassé par quelques-uns, déclassé pour tous et de plus en plus dépassé en tout. Le pays des droits de l’Homme est aujourd’hui tristement épinglé par les associations de droits de l’Homme.

Edouard Herriot disait que « la politique, c’est parler aux gens », lui, Emmanuel Macron, les tance et les sermonne… une petite engueulade et le petit peuple file droit.

Qu’arrive-t-il donc à la France, cette nation jadis appréciée en tout et par tous ? Elle a inconsidérément élu, puis funestement réélu Emmanuel Macron, un si petit président pour un si grand pays. Qui dit pire ?

Rédigé par Aziz Boucetta sur Panorapost 



Jeudi 13 Avril 2023


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 21 Avril 2024 - 15:34 Allo Alger, ici Berkane !

Chroniqueurs invités | Lifestyle | Breaking news | Portfolio | Room | L'ODJ Podcasts - 8éme jour | Les dernières émissions de L'ODJ TV | Communiqué de presse | Santé & Bien être | Sport | Culture & Loisir | Conso & Environnement | Digital & Tech | Eco Business | Auto-moto | Formation & Emploi | Musiczone | Chroniques Vidéo | Les Chroniques Radio | Bookcase | L'ODJ Média




A mag created with Madmagz.




Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.

 




Recherche

















Revue de presse










Menu collant à droite de la page