L'ODJ Média



En Iran, l'économie et les sanctions internationales au cœur du second tour de la présidentielle


Rédigé par le Mercredi 3 Juillet 2024

La présidentielle en Iran se décidera le 5 juillet entre les candidats réformateur Massoud Pezeshkian et ultraconservateur Saïd Jalili, arrivés en tête d'un premier tour où la participation a été la plus faible depuis les débuts de la République islamique en 1979.



A lire ou à écouter en podcast :


Un second tour entre un ultraconservateur et un réformateur

L'ultraconservateur Saeed Jilili (à droite), et le réformateur Massoud Pezeshkian (à gauche)  candidats pour le second tour de la présidentielle en Iran.
L'ultraconservateur Saeed Jilili (à droite), et le réformateur Massoud Pezeshkian (à gauche) candidats pour le second tour de la présidentielle en Iran.
Les candidats réformateur Massoud Pezeshkian et ultraconservateur Saïd Jalili sont en tête et sont ainsi qualifiés pour le second tour de la présidentielle en Iran , qui se tient le vendredi 5 juillet.

"Aucun des candidats n'a pu obtenir la majorité absolue des voix" au premier tour et, "par conséquent, le premier et le deuxième candidats" seront départagés par un second tour le 5 juillet, avait a déclaré devant la presse Mohsen Eslami, le porte-parole du service des élections au ministère. iranien de l'Intérieur .

Sur 14 élections présidentielles organisées depuis la révolution islamique de 1979, une seule s'était , jusqu'à présent, décidée au second tour, en 2005.

Sur les 24,54 millions de bulletins dépouillés, le député Massoud Pezeshkian a recueilli 10,41 millions suffrages, soit 42 %. Il devance Saïd Jalili, ancien négociateur du dossier nucléaire, qui en a obtenu 9,47 millions (38 %).

Ils ont  ont nettement devancé le président conservateur du Parlement, Mohamad Baquer Ghalibaf, crédité de 3,38 millions de voix. Loin derrière, le quatrième candidat, Mostafa Pourmohammadi, le seul religieux en lice, a obtenu 206 397 suffrages.

Abstention historique !

Quelque 61 millions d'électeurs avaient été appelés à voter vendredi  dernier pour cette présidentielle organisée dans la hâte après la mort du président conservateur Ibrahim Raïssi dans un accident d'hélicoptère le 19 mai.

Mais seuls 24,54 millions (40 %) se sont déplacés malgré l'appel lancé vendredi par la plus haute autorité de la République islamique, l'ayatollah Ali Khamenei, à "prendre le vote au sérieux et à y participer".

Des opposants, notamment ceux de la diaspora, avaient appelé au boycott du scrutin .Une forte participation était souhaitée par les autorités alors que la présidentielle de 2021, pour laquelle aucun candidat réformateur ou modéré n'avait été autorisé à concourir, avait été marquée par une abstention record de 51 %.

Seuls 41 % des électeurs avaient par ailleurs voté aux législatives organisées en mars.

Deux profils très différents !

Le second tour opposera ainsi deux personnalités aux profils et aux programmes très différents.

Le réformateur Massoud Pezeshkian créera-t-il la surprise ?

Agé de 69 ans et chirurgien de profession, Massoud Pezeshkian est député de Tabriz, la grande ville du nord-ouest de l'Iran, et a une expérience gouvernementale limitée, qui se résume à un poste de ministre de la Santé de 2001 à 2005 dans le gouvernement réformateur de Mohammad Khatami
 Il s'est fait connaître pour son franc-parler, n'ayant pas hésité à critiquer le pouvoir lors du mouvement de protestation provoqué par la mort en détention de Mahsa Amini en septembre 2022.

Il prône en outre un réchauffement des relations entre l'Iran et les pays occidentaux, Etats-Unis en tête, afin de lever les sanctions qui affectent durement l'économie.

A contrario, Saïd Jalili, 58 ans, est partisan d'une politique inflexible face à l'Occident. Il l'a démontré durant les six années où il a mené les négociations sur le nucléaire iranien, entre 2007 et 2013.Tout au long de sa carrière, il a accédé à des postes clés au sein de la République islamique en ayant la confiance du guide suprême, l'ayatollah Khamenei.

Il est actuellement l'un de ses deux représentants au Conseil suprême de sécurité nationale, la plus haute instance sécuritaire du pays. Sans publier les premiers résultats, la presse prenait position samedi matin selon son attachement politique.

"Vive l'espoir", titrait le journal réformiste Sazandegi en publiant une photo de Massoud Pezeshkian, tandis que le quotidien gouvernemental Iran appelait à "voter pour l'autorité de l'Iran".

Quel que soit le résultat, l'élection devrait avoir des répercussions limitées car le président a des pouvoirs restreints : il est chargé d'appliquer, à la tête du gouvernement, les grandes lignes politiques fixées par le guide suprême, qui est le chef de l'État.

Avec AFP





Hafid Fassi fihri
Hafid Fassi Fihri est un journaliste atypique , un personnage hors-normes . Ce qu'il affectionne,... En savoir plus sur cet auteur
Mercredi 3 Juillet 2024

Chroniqueurs invités | Lifestyle | Breaking news | Portfolio | Room | L'ODJ Podcasts - 8éme jour | Les dernières émissions de L'ODJ TV | Communiqué de presse | Santé & Bien être | Sport | Culture & Loisir | Conso & Environnement | Digital & Tech | Eco Business | Auto-moto | Musiczone | Chroniques Vidéo | Les Chroniques Radio | Bookcase | L'ODJ Média | Last Conférences & Reportages