L'ODJ Média




Est-ce le printemps persan ?


Depuis la révolution que Khomeiny a menée depuis Paris, des mois après son expulsion d'Irak, et qui a conduit à la chute du régime du Shah Reza Pahlavi, l'Iran vit une expérience religieuse/totalitaire au sein du gouvernement d'une manière qui ne peut être comparée à aucun autre système politique, et représente l'opposé du système qui prévalait à l'époque du Shah.

Adil Ben Hamza



Écouter le podcast en entier :


Malgré cela, on peut dire que la révolution iranienne avait la capacité de gagner le consensus du peuple iranien, et tous les courants politiques ont diagnostiqué l'état du pays à la veille de la révolution, de l'extrême gauche du Parti communiste iranien « Tudah » au clergé dans les séminaires religieux de Qom, en passant par le bazar de Téhéran hommes et étudiants Universités, chercheurs universitaires indépendants et quelques personnalités libérales, tous se sont plaints des pratiques de la famille du Shah et de la corruption devenue une donnée structurelle dans le pays.
 
La révolution iranienne, qui a été menée par des hommes des séminaires religieux de Qom en 1979 sous la direction de Khomeiny, est la dernière révolution populaire réussie de l'histoire contemporaine. Les forces politiques, y compris les communistes, les nationalistes et les religieux, en plus des marchands du bazar de Téhéran, qui ont joué un rôle décisif.
 
Ce qui s'est passé en Iran en 1979, ses causes profondes ne peuvent être comprises sans s'arrêter à une étape charnière qui a eu lieu des années avant cette date, et précisément le fait que le gouvernement de Muhammad Mossadeq a été renversé en 1953 par une alliance entre le Shah, la Grande-Bretagne et États-Unis d'Amérique en mai 1951, avec la nationalisation de l'industrie pétrolière iranienne, qui porte un coup douloureux aux intérêts britanniques notamment. Outre la décision de nationalisation, le gouvernement Mosaddeq avait pris de nombreuses décisions économiques qui avaient un impact impact significatif sur la société iranienne, notamment l'adoption de l'indemnisation du chômage, la généralisation de la couverture santé, des projets de logements dans les campagnes et les villages....
 
Le renversement du gouvernement de Mosaddeq par la force a plongé l'Iran dans un long tunnel, dont le bout a été lorsque Khomeiny a débarqué de l'avion d'Air France qui l'emmenait de Paris à Téhéran, comme une image qui résume la capacité d'hypocrisie de l'Occident et sa loyauté uniquement envers ses intérêts sans aucune autre considération.
 
La révolution iranienne, malgré toutes ces années qui nous en séparent, représente toujours une leçon importante, tant pour les régimes que pour le peuple. Bien que la révolution iranienne représente une réussite pour le clergé et les structures traditionnelles de la société iranienne que le Shah Reza Pahlavi a longtemps ignorées à travers son mode de vie occidental, c'est également une leçon éloquente pour un certain nombre de régimes différents sur les causes de l'effondrement du régime du Shah., qui était considéré comme l'un des régimes politiques et militaires les plus puissants de la région. Le renversement du gouvernement de Mosaddeq a représenté un arrêt forcé de la transformation de l'Iran en une véritable démocratie.
 
En retour, et avec un soutien occidental exceptionnel, le Shah a établi une ancienne structure autoritaire influencée par l'ancien héritage perse et les gloires impériales, avec des manifestations de modernisation trompeuses qui étaient en fait une facette de l'aliénation vécue par le régime du Shah. Et l'élite rassemblée autour de lui et autour des tables de la richesse, et la structure requise qui encadre la corruption qui a imprégné la structure de gouvernance, et il n'est pas surprenant que le Shah dans le la fin est restée seule et même incapables de comprendre l'accélération des événements de la révolution menée par les « Mollah » des séminaires religieux alliés aux communistes et aux nationalistes.

Le régime du Shah n'est pas tombé parce qu'il n'était qu'une masse de corruption et d'extravagance exagérée, mais comme le dit le grand intellectuel iranien Ihsan Naraghi dans son précieux livre "De la cour du Shah aux prisons de la révolution", c'était un régime isolé de l'identité culturelle et religieuse du peuple iranien, et le mépris pour le clergé de Qom et la capacité de la secte chiite à se mobiliser et à rabaisser une personne comme Khomeiny, ont creusé l'écart avec le peuple de plus en plus en raison des pratiques personnelles du Shah et les pratiques des membres de sa famille.
 
Le mépris du clergé n'était pas seulement une caractéristique du Shah, mais aussi des communistes, qui croyaient qu'après le renversement du Shah, le clergé reviendrait dans les séminaires religieux, alors qu'ils étaient les seuls au pouvoir. révolution, et ils ont établi un régime autocratique global dirigé par l'imam Khomeiny, et l'accusation de complot contre la révolution était prête à éliminer tout discours d'opposition.
 
En 2009, le monde croyait que la révolution iranienne avait achevé son cycle, et que le peuple iranien avait finalement abandonné un régime religieux totalitaire qui n'était pas moins mauvais que le régime du Shah, notamment au niveau des libertés, de la démocratie, de la justice sociale et de la corruption. Mais ce qu'on appelait la Révolution Verte s'est vite évaporé, et le régime de Téhéran a confirmé qu'il a toujours la capacité de contrôler la rue, et fondamentalement la capacité de "protéger" la révolution... mais ce n'est certainement qu'un round que le régime a gagné , en attendant que de nouvelles conditions soient disponibles pour tenter à nouveau, surtout face à une situation économique épuisée par l'économie de guerre depuis la guerre avec l'Irak Et le temps de l'illusion d'exporter la révolution, ainsi que le siège ininterrompu.
 
Aujourd'hui, l'Iran intervient sur fond d'exigence d'élargissement des libertés ; Un nouveau chapitre dans l'épreuve de la révolution de rue, qui a été le chemin que le régime en place à Téhéran a emprunté pour arriver au pouvoir, et comme tout régime totalitaire, le régime des ayatollahs considère toutes les revendications de la rue comme une conspiration extérieure. 2009, il y avait des slogans réformistes et des réformistes de l'intérieur du régime ont participé aux manifestations.
 
Aujourd'hui, il y a des slogans clairs ciblant la nature du système politique et protestant clairement contre le gaspillage des capacités du peuple iranien et l'insistance du régime à l'isoler. à partir de transformations. Les valeurs morales et sociales que le monde connaît, les générations qui mènent aujourd'hui les manifestations et protestations dans les rues de Téhéran et d'autres villes iraniennes, sont un pur produit du temps de la révolution. . Sommes-nous vraiment face à un printemps persan ? Ou n'est-ce qu'une crise passagère, mais c'est une autre sonnette d'alarme pour une révolution sans doute à venir.
 
Source : Al Alam (print)



Mardi 4 Octobre 2022


Dans la même rubrique :
< >

Lundi 15 Avril 2024 - 02:25 France/Maroc, le point d’inflexion ?

Chroniqueurs invités | Lifestyle | Breaking news | Portfolio | Room | L'ODJ Podcasts - 8éme jour | Les dernières émissions de L'ODJ TV | Communiqué de presse | Santé & Bien être | Sport | Culture & Loisir | Conso & Environnement | Digital & Tech | Eco Business | Auto-moto | Formation & Emploi | Musiczone | Chroniques Vidéo | Les Chroniques Radio | Bookcase | L'ODJ Média




A mag created with Madmagz.




Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.

 




Recherche

















Revue de presse










Menu collant à droite de la page