L'ODJ Média



Féminin Pluriel : journée d'étude sur les défis de la Moudawana au Maroc


Rédigé par le Jeudi 8 Février 2024

Le 8 février 2024, l'association Le Féminin Pluriel a réuni un panel d'experts, d'activistes et de professionnels à Rabat pour une journée d'étude consacrée à la Moudawana. Sous le thème "Le Féminin Pluriel : Moudawana, entre hier et aujourd'hui", cet événement a offert une tribune dynamique où les défis et les réformes entourant ce cadre juridique crucial ont été minutieusement passés en revue.



L'état des lieux de la Moudawana a été exposé dans toute sa complexité. Parmi les problématiques abordées, la pénurie de tribunaux de la famille a été identifiée comme un obstacle majeur entravant l'accès à la justice pour de nombreuses femmes. Dans de nombreuses régions du pays, l'absence de ces infrastructures juridiques spécialisées pose des défis significatifs, en particulier pour les femmes issues de milieux défavorisés. De même, le manque de juges formés et spécialisés dans ces questions sensibles compromet souvent la qualité et l'équité des décisions rendues.

Un autre aspect crucial mis en lumière a été l'absence de services juridiques gratuits pour faciliter l'accès des femmes à la justice. Dans un pays où la précarité économique affecte particulièrement les femmes, la nécessité de services juridiques accessibles et gratuits est impérieuse. Les participants ont souligné que l'accès à la justice ne devrait pas être un privilège réservé à ceux qui peuvent se le permettre financièrement, mais un droit fondamental garanti à tous.

En parallèle, l'influence des médias dans la sensibilisation aux enjeux de la Moudawana a été examinée de près. Les intervenants ont souligné le rôle crucial des médias dans la diffusion d'informations précises et éclairées sur les droits des femmes et les questions juridiques qui les concernent. Ils ont également appelé à une meilleure collaboration entre les médias et les organisations de la société civile pour sensibiliser davantage le public et promouvoir le changement social.

Un autre sujet brûlant qui a animé les débats a été celui du mariage des mineurs. Les participants ont abordé les multiples facettes de cette pratique préoccupante, mettant en lumière ses implications néfastes sur la vie des jeunes filles.

L'analyse des données a révélé une augmentation inquiétante du nombre de mariages de mineurs au fil des années, notamment dans les régions rurales et défavorisées. Les raisons socio-économiques et culturelles sous-jacentes à cette pratique ont été examinées avec attention. Si la pauvreté est souvent identifiée comme un facteur déterminant, la culture du mariage précoce a également été pointée du doigt comme une norme sociale pernicieuse à combattre.

Le Dr. Chakib Guessous, médecin radiologue et socioanthropologue renommé, a souligné que la pauvreté n'est pas le seul moteur du mariage des mineurs. Il a mis en lumière le rôle de la culture et des normes sociales dans la perpétuation de cette pratique, insistant sur le fait qu'une fille qui interrompt sa scolarité pour se marier compromet gravement son avenir et son autonomie financière. Parmi les solutions proposées, l'importance de garantir la scolarité des filles et de leur offrir des opportunités d'emploi a été soulignée comme un moyen crucial de lutter contre le mariage des mineurs et de promouvoir l'autonomie des femmes.

Le divorce a également été au cœur des discussions, révélant les tensions entre les différents courants de pensée au Maroc. Les intervenants ont débattu des différents types de divorce selon la charia et la loi, ainsi que des défis rencontrés par les femmes divorcées, en particulier en ce qui concerne la garde des enfants. La question de la garde automatique des enfants par la mère après le divorce a été examinée de près, mettant en lumière les inégalités persistantes en matière de responsabilité parentale et les défis auxquels sont confrontées de nombreuses mères divorcées.

Madame Houda Zekri, consultante en coopération internationale et spécialiste des droits des femmes, a mis en évidence les défis institutionnels auxquels sont confrontées de nombreuses femmes divorcées au Maroc. Elle a souligné que le manque de soutien juridique et financier rend souvent difficile pour les femmes de faire valoir leurs droits après un divorce, les laissant vulnérables à l'exploitation et à l'abus.

La question de l'héritage a également suscité des débats animés, mettant en lumière les tensions entre les interprétations religieuses traditionnelles et les réalités sociales contemporaines. Les participants ont souligné la nécessité d'adapter l'interprétation du Coran aux réalités socio-économiques actuelles, en particulier en ce qui concerne la question de l'égalité des droits dans l'héritage. Des questions cruciales ont été posées sur la façon de garantir une répartition équitable des biens entre les héritiers, tout en respectant les principes religieux.

Un aspect supplémentaire a été introduit dans les débats : celui des grossesses non désirées et de l'accès limité à l'avortement médicalisé. L'IVG reste un sujet délicat au Maroc en raison de la législation restrictive et des normes sociales conservatrices. Les participants ont souligné les nombreux obstacles auxquels sont confrontées les femmes qui souhaitent avorter, notamment les barrières juridiques, sociales et économiques. La nécessité de réformer les lois pour garantir l'accès à des services d'avortement sûrs et légaux a été mise en avant comme une priorité pour protéger la santé et les droits des femmes.

Enfin, la journée s'est clôturée par la présentation d'ouvrages traitant de divers aspects du droit de la famille et des réformes législatives nécessaires pour promouvoir l'égalité des sexes et protéger les droits des femmes au Maroc. Ces publications ont été saluées comme des contributions précieuses à la réflexion collective sur les moyens d'améliorer la condition des femmes au Maroc et de promouvoir une société plus juste et égalitaire pour tous ses citoyens.

En conclusion, la journée d'étude organisée par Le Féminin Pluriel a été une étape importante dans la discussion sur la Moudawana au Maroc. En mettant en lumière les défis persistants et en proposant des solutions concrètes, les participants ont démontré leur engagement en faveur de l'autonomisation des femmes et de la promotion de l'égalité des sexes dans le pays.

Il est clair que malgré les progrès réalisés ces dernières années, il reste encore beaucoup à faire pour garantir une pleine égalité des droits pour tous les citoyens marocains.

Moudawana, Maroc, Femmes, Mineurs, Justice, Médias, Divorce, Héritage, Avortement, Réformes, Société, Égalité, Genre, Précarité, Éducation

Salma LABTAR





Salma Labtar
Journaliste sportive et militante féministe, lauréate de l'ISIC En savoir plus sur cet auteur
Jeudi 8 Février 2024


Dans la même rubrique :
< >

Lifestyle | Breaking news | Portfolio | Room | Quartier libre | L'ODJ Podcasts - 8éme jour | Les dernières émissions de L'ODJ TV | Communiqué de presse | Santé & Bien être | Sport | Culture & Loisir | Conso & Environnement | Replay vidéo outdoor | Digital & Tech | Small Business | Home sweet Home | Auto-moto | Formation & Emploi | Musiczone | Chroniques Vidéo | Les Chroniques Radio | Bookcase | L'ODJ Média




A mag created with Madmagz.





























Le bouquet L'ODJ : Web Radio    , Portail Web   , Application Mobile   , Magazine connecté   , e-Kiosque PDF  , Régies Arrissala
Menu collant à droite de la page