L'ODJ Média




Fes, capitale de la culture soufie et symbole de l’unite spirituelle

« Ne dit-on pas, en milieu soufi, que le soufisme est une saveur qu’on ne peut connaître que si on y a goûté ».


Il y a déjà quelques semaines que l’édition de l’année 2024 du festival de la culture soufie a été clôturée en beauté dans la capitale spirituelle du Royaume. Concerts, conférences et expositions ont introduit les participants aux saveurs singulières des différentes expressions du soufisme.



PAR TAOUFIQ BOUDCHICHE

Les concerts animés par les différentes traditions issues des zaouïas marocaines ont fait vibrer comme une seule âme le public national et international venu nombreux cette année comme pour s’exorciser, par le rythme de la « Hadra »,  des épreuves d’un contexte international anxiogène. Le festival de la culture soufie est en soi une thérapie collective pour se reconnecter avec les valeurs spirituelles qui élèvent l’âme et polissent notre cœur telles que la fraternité, l’empathie, la solidarité, l’Adab…Des valeurs simples, évidentes et puissantes quand elles portées dans la convergence des différentes religions abrahamiques.

Les participants venus d’Afrique, du Moyen Orient, d’Europe, d’Amérique et d’Asie ont eu l’occasion de développer lors des tables rondes, des visions du soufisme qui démontrent à la fois unité et diversité des traditions spirituelles de l’islam à travers le monde. Unité dans la foi divine et diversité dans son expression humaine par la langue, la culture, la connaissance et le savoir... 

Le Festival de Fès sait combiner entre l’intellect et l’émotion avec pour effet notamment l’émergence d’une sagesse humaine à vocation universelle.  Il est une formidable plateforme fluidifiant le dialogue des religions et des civilisations dont le Royaume s’est toujours prévalu historiquement. Il est bien à propos de rappeler à ce sujet l’accueil en 2019 par Sa Majesté le Roi Mohammed VI du Saint Père le pape François. Une visite historique qui a permis entre le Commandeur des Croyants et Sa Sainteté de promouvoir les valeurs de paix et de coexistence entre les différentes communautés religieuses.

A cette occasion, les deux leaders religieux avaient signé un appel sans précédent pour la paix à Jérusalem afin que la Ville sainte soit « un lieu de rencontre et symbole de coexistence pacifique, où se cultivent le respect réciproque et le dialogue». A l’heure où la guerre fait rage à Gaza, ce rappel met en perspective le rôle du Maroc de promouvoir un langage civilisationnel de paix  et de concorde. Prions à nouveau  pour qu’il soit entendu !

Rappelons également que la ville de Fès, avait également accueilli, en 2022, le Forum de l’Alliance des civilisations des Nations unies dont le prestige a été rehaussé par la présence du Secrétaire Général de l’ONU Monsieur Antonio Gutterez. A cette occasion, l’accent a été mis sur le rôle positif du continent africain  dans la promotion des valeurs du dialogue et de tolérance dans le monde.

Cette référence à l’Afrique lors de cette rencontre mondiale de l’ONU vient consacrer l’importance du soufisme africain à Fès avec la présence du mausolée du Saint Sid Ahmed Tijani, fondateur de la Tarika Tijania, l’une des prestigieuses voies soufies africaines qui revendiquent 300 millions d’adeptes dans le monde. Une référence africaine qui en a fait sienne le festival de la culture soufie de Fès depuis sa première édition en 2007. Il fêtera dans deux ans sa vingt septième bougie.

Lors de l’édition 2024 (16eme  édition) placée sous le Haut Patronage de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, ont été réunis à l’instar des précédentes,  de grands experts du soufisme mondial qui ont animé des tables rondes sous la direction de Faouzi Skalli, Président du Festival. Il a été noté par exemple,  la participation de Bruno Guiderdoni, Eric Geoffroy, Denis Gril, Sylvie Cady…

Leurs interventions ont suscité chez les nombreux participants au sein de la medersa Bou Inania des débats d’un très haut niveau de connaissance philosophique, sociale, culturelle, écologique, anthropologique, religieuse,  spirituelle…. Vivement alors l’édition 2025 avec le souhait d’un monde meilleur avec une sortie de crise au Moyen-Orient, en Ukraine, … et partout où la souffrance humaine est indicible par des mots qui peinent à les exprimer.



Jeudi 9 Mai 2024


Dans la même rubrique :
< >

Chroniqueurs invités | Lifestyle | Breaking news | Portfolio | Room | L'ODJ Podcasts - 8éme jour | Les dernières émissions de L'ODJ TV | Communiqué de presse | Santé & Bien être | Sport | Culture & Loisir | Conso & Environnement | Digital & Tech | Eco Business | Auto-moto | Musiczone | Chroniques Vidéo | Les Chroniques Radio | Bookcase | L'ODJ Média | Last Conférences & Reportages



Avertissement : Les textes publiés sous l’appellation « Quartier libre » ou « Chroniqueurs invités » ou “Coup de cœur” ou "Communiqué de presse" doivent être conformes à toutes les exigences mentionnées ci-dessous.

1-L’objectif de l’ODJ est de d’offrir un espace d’expression libre aux internautes en général et des confrères invités (avec leurs accords) sur des sujets de leur choix, pourvu que les textes présentés soient conformes à la charte de l’ODJ.

2-Cet espace est modéré  par les membres de la rédaction de lodj.ma, qui conjointement assureront la publication des tribunes et leur conformité à la charte de l’ODJ

3-L’ensemble des écrits publiés dans cette rubrique relève de l’entière responsabilité de leur(s) auteur(s).la rédaction de lodj.ma ne saurait être tenue responsable du contenu de ces tribunes.

4-Nous n’accepterons pas de publier des propos ayant un contenu diffamatoire, menaçant, abusif, obscène, ou tout autre contenu qui pourrait transgresser la loi.

5-Tout propos raciste, sexiste, ou portant atteinte à quelqu’un à cause de sa religion, son origine, son genre ou son orientation sexuelle ne sera pas retenu pour publication et sera refusé.

Toute forme de plagiat est également à proscrire.

 


















Revue de presse